10 millions de dollars et un peu de motivation ? découvrez comment acquérir un Nœud Libra !

Marre de cette vieillerie de Bitcoin ? Vous avez 10 millions de dollars, immédiatement disponibles et à la réflexion, EuroTunnel ne vous semble plus si sexy que ça ? Vous venez de vendre votre start-up à Google et vous rêvez d’une nouvelle aventure ? Découvrez le bon plan du moment : l’acquisition d’un nœud du futur réseau Libra, propulsé par Facebook !

Ça tombe bien, le contrat et les conditions d’achat viennent de tomber, en revanche mauvaise nouvelle : être riche ne sera peut-être pas suffisant pour décrocher le précieux sésame…

Libra, Calibra, et caetera

Il est bien évidemment douteux que vous soyez passé à côté de l’information de la semaine : la publication du Livre Blanc du projet Libra  le 18 juin, et la mise à disposition en simultané de tout un panel de sites web colorés et de moult documentations plus ou moins techniques dont l’objectif est simple à résumer : vous faire comprendre que vous allez parler et entendre parler de Facebook, Libra et autre Calibra jusqu’aux terres exotiques et brumeuses de la machine à café du bureau vers 08h30, le lundi matin.

Rassurez-vous ! Autant pour vous crypto-communauté bien-aimée, que pour nous autres, pauvres hères du journalisme blockchain, le sujet risque bien de demeurer central pour un temps indéfini !

On aura bien évidement l’occasion d’en reparler sur The CoinTribune et vous retrouverez d’ailleurs l’essentiel de l’actualité du projet de cryptomonnaie disruptrice de Mark Zuckerberg, dans nos pages, que ce soit parce que Libra a le potentiel de détruire les 2/3 des tokens existants, ou qu’on constate avec effroi que Facebook s’intéresse surtout aux 1.7 milliards d’humains à travers le monde qui n’ont pas accès aux services bancaires de base.

Libre à vous également de vous rencarder dès maintenant sur où, quand et comment acheter des Libra. Cependant, aujourd’hui on parle de choses autrement plus sérieuses : l’acquisition d’un des 100 mythiques premiers nœuds du réseau, au ticket d’entrée mirifique de 10 millions de dollars.

Autant être clair tout de suite : il va falloir aligner un sacré CV ! 

Des critères de sélection draconiens

Lorsque la liste des premières entreprises partenaires de Libra a été révélée il y a une dizaine de jours, il est devenu immédiatement évident que le futur consortium ne réunirait pas de seconds couteaux du secteur :  VISA, Master Card, Paypal…rien que pour les acteurs du paiement international. Sans même évoquer Ebay, Booking.com ou encore Uber ou Free… Seuls des leaders de leurs secteurs respectifs semblaient pouvoir être en mesure de s’asseoir autour de la table de la Fondation créée ex nihilo en Suisse, pour accueillir les “Membres fondateurs” aux pouvoirs élargis, chargés de la lourde tâche d’assurer le fonctionnement de la future blockchain Libra.  

Or, si cette sélection toute Darwinienne ne fait émerger que des géants commerciaux, ce n’est pas seulement en raison d’une prime à l’entrée élevée, même dans ce contexte, mais également parce que les candidats devaient aligner une liste de caractéristiques pour le moins impressionnantes :

  • “Poids” commercial : Valeur capitalistique établie à plus d’un milliard de dollars américains ou solde client supérieur à 500 millions USD,
  • Bassin de clientèle : plus de 20 millions de personnes par an au niveau international,
  • Antériorité de la marque : classement dans le top 100 des leaders du secteur par une association ou une entreprise de médias indépendante. En gros, apparaître dans les tablettes du Global 100,  du Fortune 500, du S&P Global 1200 ou listé sur le FTSE Eurotop 300

Conscient qu’avec des conditions pareilles, les nouveaux venus d’un secteur relativement jeune auraient des difficultés à s’aligner, Libra a taillé une côte sur mesure pour les acteurs crypto :

  • Société concentrée sur les cryptoactifs gérant plus d’un milliard de dollars (typiquement une société comme Coinbase).
  • Entreprises blockchain (devant cumuler tous les critères suivants):
    • plus de 12 mois d’antériorité ;
    • gros process de sécurité, de confidentialité et d’opérations ;
    • plus de 100 millions de dollars en gestion.

Coinbase s’est donc porté volontaire, Binance passe son tour et CZ n’a pas particulièrement caché son ironie s’agissant de l’irruption de Facebook dans la blockchain…

« Le token Libra de Facebook n’aura pas besoin de KYC. Ils ont tellement plus de données sur les 2 milliards de personnes. Pas seulement le nom, l’identité, l’adresse, le numéro de téléphone. Ils connaissent votre famille, vos amis, l’historique de vos déplacements en temps réel, ce que vous aimez…. Ils vous connaissent mieux que vous-même. Et maintenant il connaîtront votre portefeuille aussi. C’est le meilleur AML qui soit !  »Zhao Changpeng, PDG de l’exchange Binance.

A noter que les statuts de la fondation prévoient que le nombre total de membres en lien avec la cryptomonnaie et la blockchain ne devra pas dépasser 1/3 de l’association… Tirez-en les conclusions qui s’imposent sur la propagation de « l’état d’esprit crypto  » dans le futur Conseil d’Administration.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin est des crypto-monnaies

Bitcoin sera dans le portefeuille de chaque investisseur institutionnel

Bitcoin (BTC) sera dans le portefeuille de chaque investisseur institutionnel

Pompliano a récemment prédit que Bitcoin (BTC) atteindra 100 000 $ d'ici la fin de 2021. L'investisseur américain et co-fondateur de Morgan Creek Digital Assets, Anthony Pompliano, affirme que Bitcoin (BTC) se retrouvera dans le portefeuille de chaque investisseur institutionnel.

Bitcoin (BTC) bientôt disponible sur Booking.com ?

Dans un entretien donné à Skif, le CEO du site de réservation d'hôtels Booking.com Glenn Fogel a annoncé voir un gros potentiel dans les cryptomonnaies. Il parle des nouveaux modes de paiements qui pourraient arriver dans l'industrie du voyage et s'attarde sur les cryptomonnaies. Néanmoins,…
bank-of-america-cryptos-wallet

Bank of America cherche à breveter un portefeuille de cryptos

Bank of America cherche à breveter un système de sécurité « partitionné » pour les portefeuilles de monnaie numérique ce qui donnerait à différents utilisateurs différents niveaux d'accès aux fonds stockés.
Israël-regulations-finctech

L’organisme de réglementation israélien accélère le traitement de 2 000 demandes de licence Fintech !

L'organisme israélien de réglementation Fintech est en train de réorganiser son régime d'octroi de licences pour encourager la concurrence dans ce domaine.