Plus haut historique de l’Or face au Dollar : Bitcoin sera le grand Gagnant

Dans son dernier rapport, Coin Metrics montre que la corrélation entre l’or et le Bitcoin est forte depuis le début de l’année. Et alors que la relique barbare vient de marquer un nouveau plus haut historique, nous sommes en droit de nous demander si la cryptomonnaie n’est pas à l’aube d’un puissant bull run.

Pub

Gold vs Bitcoin

Le graphique ci-dessous qui montre qu’il existe une forte corrélation entre l’or et le Bitcoin. Cette simultanéité suggère que Bitcoin est en train de gagner ses galons en tant qu’or digital.

The price of Bitcoin and gold
Source : Coin Metrics

On observe que les deux valeurs refuges ont plongé côte à côte au début de la crise du Covid.

[Le Bitcoin avait alors perdu plus de la moitié de sa valeur contrairement à l’or qui bénéficie d’une distribution beaucoup plus homogène et stabilisante. En effet, rappelons que moins de 10 000 personnes possèdent plus de la moitié des Bitcoins.]

Nous avons depuis assisté à une hausse en tandem qui a ramené Bitcoin sur la ligne de front des 10 000 $. Le métal jaune est quant à lui au plus haut historique.

La corrélation est de 0.42 depuis le début de l’année. En sachant qu’une corrélation de 1 est une corrélation parfaite et -1 une corrélation parfaitement inverse. Cela révèle que le couple évolue de manière assez synchronisée depuis près d’un an.

C’est une évolution remarquable quand on sait que cette corrélation n’était que 0.03 sur la période 2012-2020. Cette absence d’affinité est toutefois dû à l’envolée exponentielle du Bitcoin depuis qu’il existe. Dit autrement, la corrélation avec l’or n’est pas l’alpha et l’oméga. Personne ici ne sera fâché d’une corrélation de -1 dans le cas où l’or baisserait pendant que le Bitcoin monte…

Mais la bonne corrélation ambiante nous intéresse particulièrement aujourd’hui car l’or est au plus haut historique face au dollar. Le rubicond a déjà été franchi face à l’euro, au Yen et d’autres monnaies et ce nouveau palier est un signal fort dont les ondes de choc seront d’une plus grande amplitude pour le Bitcoin.

L’or a déjà franchi le rubicond face au GBP, a l’Euro, au Yen
Indexé sur la base 100 = 1970
Les zone grisées indiquent les récessions aux Etats-Unis

1900 $

On voit mal comment le dollar pourra résister face à l’or. Il est vrai que la Banque Centrale américaine (FED) a imprimé jusqu’à présent moins d’argent que ses homologues européenne et japonaise (comparé au PIB) mais nous observons un effet de rattrapage avec le redémarrage du Quantitative Easing de l’autre côté de l’Atlantique.

Cela étant dit, et même si le bilan des Banques Centrales est un bon indicateur brut, c’est l’inflation qu’il faut surveiller attentivement. En effet, la meilleure définition de l’utilité de l’or est finalement de protéger contre l’inflation. Sa quantité limitée, augmentant bien plus lentement que le nombre de dollars en circulation, en fait un témoin de la baisse de notre pouvoir d’achat.

Il faut également garder un œil sur la dette et les déficits budgétaires des nations. Qui dit dette en augmentation dit augmentation de la quantité d’argent dans l’économie. Ce qui génère de l’inflation, toutes choses étant égales par ailleurs. Les voyants sont au vert de ce côté là… Le déficit budgétaire US atteindra cette année son plus haut niveau depuis la seconde guerre mondiale (par rapport au PIB). 3000 milliards $ dépensés au cours des 12 derniers mois… Autant de milliards qui viendront s’ajouter à une dette atteignant actuellement 25 000 milliards.

Dépenses budgétaires des État-Unis

Les taux réels sont aussi très importants. Le taux réel est le taux de rémunération de votre épargne moins l’inflation. Si ce dernier est négatif, (c’est le cas), alors l’or, même s’il ne rapporte pas d’intérêts, devient naturellement attractif.

Certains craindront une baisse spéculative de l’or mais ce dernier a passé l’épreuve du temps… Qui peut croire que l’or puisse baisser durablement dans un monde où la dette ne peut qu’augmenter ?…

Evolution du cours de l'or depuis 1900
Or depuis 1900. Nous sommes loin des 37 $ l’Once des acords de Bretton Woods….

Jusqu’où l’or montera ?

Sa valeur s’est appréciée de plus de 35 % depuis l’été 2019, touchant 1800 $ le dernier jour du premier semestre 2020. Alors que prévoir pour le reste de l’année ?

Pub

Un bon marqueur ces derniers temps est de regarder ce que les banques d’investissement en pensent. Or ces dernières ne cessent de relever leurs anticipations. La recherche du mot gold est également en hausse sur Twitter et Google, ce qui est de bon augure.

Goldman Sachs anticipe 2000 $ au cours des 12 prochains mois. La Bank of America est encore plus prolifique en prévoyant 3000 $ d’ici 18 mois. Cette dernière prédiction signifierait une hausse de 150 % entre juillet 2018 et janvier 2022. Soit la même augmentation que nous avons connu entre la crise de 2008 et le pic de 2011…

Ces scénarios haussiers sont probablement au-dessous de la réalité car les banques n’aiment pas voir l’or monter. Il est en effet préférable d’étouffer le canari dans la mine de monnaies pour dissimuler les affres inflationnistes de leur machine à dettes…. JP Morgan, Bank of America, Deutsche Bank et d’autres vont incessamment être condamnées pour avoir manipulé le prix de l’or et de l’argent à la baisse pendant une décennie, sinon plus…

Vous pouvez donc les croire lorsqu’elles vous disent que l’or va monter…

Et soit dit en passant, la JP Morgan elle-même sera cette fois-ci poursuivie pour manipulation des marchés. Une bonne nouvelle alors que les banques ont l’habitude de plaider l’insouciance en se cachant derrière des traders bouc-émissaires. #Kerviel

10 000 $

Voilà un chiffre qui fera peut-être sourire mais il est évident que nous y arriverons tôt ou tard. Peut-être pas l’année prochaine, ni dans 2 ans. Mais nous y arriverons, tout comme le Bitcoin fera voler en éclats le plafond de verre des 20 000 $.

La raison première qui sous-tend cette affirmation est que la Chinepremière économie mondiale à parité de pouvoir d’achat – a bien l’intention de remettre l’or au centre du système monétaire international. En somme, un retour au gold standard qui avait émergé au sortir de la seconde guerre mondiale. Un système juste que les États-Unis brisèrent en mettant fin à la convertibilité du dollar en or (1971)…

Dans l’ensemble, l’or a tendance à monter à chaque fois que l’équilibre géopolitique international est bousculé. C’est exactement ce à quoi nous assistons depuis la seconde guerre du Golfe. Les grandes puissances s’affrontent dans des guerres proxi afin de préserver ou conquérir des prés carrés énergétiques. Pire, les dépenses en armements ne cessent d’augmenter. Les États-Unis quittent les traités de non-prolifération nucléaire les uns après les autres… À ce propos, les dernières nouvelles concernant le traité New Start (réduction du nombre d’armes nucléaires) devant expirer en février 2021 ne sont pas encourageantes…

Mer de Chine, Kashmir, golfe persique, Syrie, Irak, Libye, Turquie, embargo sur l’Iran, guerre commerciale USA-Chine, sanctions économiques contre la Russie, Covid, les sujets d’achoppement ne manquent pas et l’on voit mal comment nous pourrions renouer avec une cordialité globale de sitôt dans ce contexte explosif.

Lorsque la confiance s’effrite…

Lorsque la confiance entre les nations s’évapore, la confiance dans les monnaies est la première à s’ébranler. La valeur du dollar est aujourd’hui surtout adossée à des tanks et des porte-avions. Cependant, d’autres nations, Russie en tête, disposent désormais d’armements plus sophistiqués. Plus rapides…

Ce n’est pas non plus l’économie qui pourra redorer le blason américain. 48 millions de personnes sont allées pointer au chômage au cours des 3 derniers mois. Pire, la moitié de la population active est sans emploi… Le prolongement de la crise du Covid risque de se solder par une récession en « double-dip », comme on dit à New York. La reprise en « V » n’est plus d’actualité et même le scénario en « U » semble avoir du plomb dans l’aile.

Courbe bleue : personnes infectées par la Covid19 aux États-unis (échelle de gauche) Courbe noire : personnes décédées (échelle de droite)

Plus inquiétant encore, l’industrie du pétrole de Schiste US mettra probablement de très longs trimestres à se relever. Un simple blocage du détroit d’Ormouz pourrait alors plonger les États-Unis dans une reprise en « L »… Il s’agit là d’un scénario se trouvant au fond des tiroirs des généraux iraniens mais il est bon de l’avoir en tête…

« Je ne pense pas revoir 13 millions de barils par jour de mon vivant », a déclaré M. Gallagher, directeur général de Parsley Energy, l’un des plus grands producteurs de pétrole du Texas, au Financial Times. Il y a actuellement moins de 230 puits en activité aux États-Unis contre plus de 850 un an plus tôt…

Pub

Pour le dire autrement, l’or ronge son frein face au dollar. La corrélation se faisant de plus en plus palpable avec le Bitcoin, il est fort probable que nous soyons à la veille d’une appréciation marquée de la cryptomonnaie. Une correction technique de l’or à court terme (comme souvent après le franchissement d’un seuil majeur) ne sera que reculer pour mieux sauter.