Airdrop de 200 dollars de Coinsbit, trop beau pour être vrai ?

Coinsbit, un exchange basé en Estonie fait beaucoup parler de lui ces dernières semaines.

La raison : la plateforme promet 200 dollars de ses tokens internes, sous la forme d’un airdrop, à tous les utilisateurs qui seront enregistrés et validés sur le site, d’ici la fin du mois de décembre.

Ajoutons à cela un généreux programme d’affiliation à plusieurs niveaux (ceux qui me lisent à l’occasion savent à quel point j’en suis amateur). Saupoudrez d’une couche épaisse de communiqués de presse dithyrambiques (forcément) dans la presse crypto et financière, et l’opportunité semble indispensable à saisir !

Un peu trop peut-être ? En effet, outre le montant étonnamment conséquent de cet airdrop (qu’il faut bien financer quelque part), plusieurs petites clochettes semblent retentir au loin comme autant de mise en garde. Des conditions formelle de cette offre qui fait un peu trop briller les yeux, à la personnalité « étonnante » de l’homme d’affaire derrière le projet, on fait le point.

La promesse

L’exchange Coinbits est en pleine campagne de promotion ces derniers mois.

En effet, pour garantir le succès du lancement de son token interne (le CNB, un Binance Coin-like), la plateforme a lancé un impressionnant programme d’airdrop de plusieurs milliers de CNB pour chaque participants, assorti d’un programme d’affiliation séduisant : chaque utilisateur est supposé être éligible à un airdrop de 200 dollars de tokenvoire plus en cas de parrainages multiples – fin décembre, à la condition d’être enregistré sur l’exchange. La contrepartie ? Passer avec succès le KYC et être validé par la plateforme.

Les drapeaux rouges agités par CoinsBit

Outre qu’on rappellera pour les petits nouveaux que l’argent magique n’existe pas et qu’aucune fée amoureuse ne vous distribuera spontanément plusieurs centaines de dollars pour vos beaux yeux, on pourra objecter, qu’après tout, un exchange important pourrait organiser un airdrop particulièrement sexy pour s’assurer un buzz de tous les diables et un lancement direct « to the moon ».

Pour autant, il est urgent de garder son sang froid et de jeter un coup d’œil sous le tapis.

Ancienneté et crédibilité du site officiel

L’avis du site ScamAdvisor n’est pas trop inquiétant : si avec une ancienneté de 18 mois le site semble un peu jeune au yeux de ce véritable radar à escroqueries (qui devrait être présent dans vos favoris), la présence de certificats SSL valides et un classement Alexa avantageux (12 211ème place mondiale, une excellente performance) offre un panorama plutôt positif.

On pourra tiquer sur l’anonymat évident de l’ensemble, mais après tout, nous somme dans le milieu de la crypto n’est-ce pas ?

Bilan de ScamAdvisor, du bon, du moins bon

Une équipe aux abonnés absents

Vous aurez beau retourner le site officiel dans tous les sens, pas moyen de retrouver le moindre visage, la moindre identité associée à l’exchange (ou à l’entreprise derrière). Rien du tout dans la catégorie « About us ».

Cocasse pour une société qui vous demande de lui envoyer la votre d’identité avec force documents « pour se conformer aux normes KYC/AML»).

Entendons-nous bien : l’anonymat dans l’industrie crypto est une notion précieuse – voire fondatrice – mais entendons-nous encore mieux : quand les choses commencent à partir en vrille avec Binance, tout le monde est très content de savoir ou CZ habite.

Autopsie du token CNB

Voici l’adresse du token CNB , un jeton Ethereum à la norme ERC-20. Ce n’est pas infamant : le BNB de Binance l’est lui-même resté durant longtemps avant de migrer vers son propre mainnet. On retiendra pour l’essentiel un total supply de 1.5 milliards de CNB.

Sur cette quantité, seul 100 millions de tokens CNB seront réservés pour l’IEO du 20 au 23 décembre prochain. On rappellera que le prix de vente du token sera de 0.10 dollars. Le reste aura vocation à alimenter les généreuses opérations d’airdrop et de parrainages (1.4 milliards de tokens, soit 14 fois le montant des tokens proposés à la vente).

Formulé autrement, le hard cap de l’IEO une fois atteint pourrait rapporter 10 millions de dollars à l’exchange (bien, mais pas fou non plus), cependant que CoinsBit distribuera gratuitement l’équivalent de …140 millions de dollars en CNB.

Si vous avez un peu suivi l’écosystème crypto ces quelques dernières années et que vous avez 2-3 notions en « tokenomic », cette répartition devrait vous laisser dubitatif, voire vous contraindre à retenir un rire nerveux.

On aura ainsi une pensée émue pour tous les acheteurs du token CNB qui croiseront très fort leurs petits doigts pour que ceux qui posséderont des tokens gratuits – en nombre 15 fois supérieur doncdécident TOUS de les holder, plutôt que de les convertir le jour même de leur versement en Bitcoin ou autre (générant un effet intéressant sur la valeur du CNB).

Ainsi, soit Coinbit laisse faire et les heureux propriétaires ayant acquis des tokens vivront un réveillon pénible ou, plus vraisemblablement l’airdrop sera assorti – tout d’un coup – de contraintes rigolotes (gel pour une certaine période, tokens utilisable uniquement pour payer les frais de trade…). Mais tout ça, personne ne vous le dit à l’heure actuelle mes petits lapins.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

Un petit tour sur Bitcointalk

Si la source n’est pas infaillible (aucune ne l’est, seul compte le recoupement et ce qu’on appelle en matière d’instruction judiciaire « le faisceau de présomptions », c’était la minute Les Experts), il n’est jamais inutile d’aller faire un tour sur THE forum de la communauté crypto : Bitcointalk.

Trouver le sujet qui traite de CoinsBit prend un instant. Et là, l’ambiance n’est pas la même.

Le rouge, à part pour Ferrari, c’est toujours mauvais signe

Les mentions que vous voyez apparaître en rouge émanent de membres du forum, certains particulièrement reconnus (ceux qui apparaissent sous « Trusted FeedBack »). En résumé, l’exchange CoinsBit est accusé de plusieurs choses :

  • générer artificiellement du buzz en se servant de faux comptes sur le forum et les réseaux sociaux. Bon, c’est pas jojo mais c’est tellement commun que ça passe encore,
  • Plus important, Coinsbit et p2pb2b appartiendrait à la même personne : l’ukrainien Valerii Solodovnyk

Le fait que ce dernier soit derrière les 2 exchanges ressort d’investigations menées au gré des différentes accusations ayant notamment entouré l’exchange p2ppb2b, qui déclenche pas mal d’alarmes ces derniers mois (source 1, source 2).

Pour être un peu plus complet, Bitcointalk se fait également l’écho d’accusations autour du fait que CoinsBit serait en réalité un bon gros schéma de Ponzi.

Était ainsi présentée une offre de rendement (enlevée du site depuis) pour le moins étonnante : 3.5% d’intérêt…par semaine !

Oui, mais non

Le CEO fantôme

On pourrait aussi parler du profil particulier de Valerii Solodovnyk, dont vous retrouverez le profil Linkedin par ici et qui est présenté comme l’éminence grise derrière les deux exchanges.

357 relations et une présentation professionnelle bien austère, pas franchement raccord avec l’envergure supposée de l’intéressé (notez le logo de Partida Services identique à celui de b2bp2p) 

On aurait également pu parler des volumes de transactions (à la fois de CoinsBit et de p2ppb2b), proprement irréalistes dont CoinMarketCap se fait écho, et de toute une série d’autres petites choses gênantes. J’arrête là cependant pour l’heure les investigations. En effet, le propos de cet article est ailleurs : vous démontrer qu’une offre trop alléchante doit nécessairement vous inciter à une prudence redoublée !

N’oubliez pas en effet qu’en échange d’un gain hypothétique, il vous sera demandé de communiquer à une entreprises bien nébuleuse de nombreuses informations personnelles, ainsi que des copies de documents sensibles. Faites ce choix de manière éclairée.

Un conseiller de Dash vole les fonds crypto de plusieurs investisseurs

Au mois d’août 2019, le conseiller principal du Dash Core Group avait envoyé un email aux investisseurs, leur informant qu’il allait fermer le service de Masternodes Partagés et qu’il renverrait tous les dépôts à leur adresse initiale. Le 1er décembre 2019, Dash Uncensored annonce sur…

Accord entre Zilliqa et Elliptic pour séduire les fonds institutionnels

Zilliqa (ZIL), la plateforme blockchain publique à haut débit, s'est associé à Elliptic, la société de crypto-surveillance londonienne, pour améliorer la conformité de sa crypto ZIL et du stablecoin XSGD, aux lois anti-blanchiment d’argent. Selon Tom Robinson, Co-Fondateur d'Elliptic, les institutions financières préféreront les plateformes…

Luxembourg : Création d’un hub d’excellence blockchain

Dans un communiqué commun, plusieurs leaders luxembourgeois du secteur ont annoncé l'émergence d'un hub d'excellence pour la blockchain. L’objectif est à la fois ambitieux et limpide : que le Luxembourg se mette dès maintenant en ordre de bataille pour prendre sa place dans la révolution…

Fraude alimentaire : 31 milliards d’économie sur 5 ans grâce à la blockchain (étude)

Le 21 octobre 2019, la Food And Drug Administration (FDA) américaine a organisé une consultation avec des intervenants internationaux, en vue d’établir un système de suivi utilisant la blockchain et l’IA pour mieux tracer les aliments. Une étude du 25 novembre 2019 réalisée par le…

HUOBI Russia lance de nouveaux services crypto et accepte les roubles

Exchange de cryptomonnaies basé à Singapour, Huobi vient d'annoncer le développement de nouveaux services mis à disposition par sa récente franchise Huobi Russie. Le dépôt de roubles russes est désormais possible et le lancement prochainement d’une plate-forme IEO est confirmé, rapporte le site spécialisé d’informations…