Avec la FFPB, la France se dote enfin d’une Fédération Blockchain

Vous en avez sûrement déjà entendu parler, mais la France à l’instar de l’Allemagne ou de l’Espagne va bientôt se doter de sa propre fédération professionnelle Blockchain : la Fédération Française des Professionnels de la Blockchain (FFPB) portée par Remy André Ozcan et Jean-Michel Mis, député LREM. TheCoinTribune, toujours au cœur de l’actualité vous livre ici une interview exclusive.

Interview de Rémy André Ozcan

Rémy Ozcan

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Bien entendu, je m’appelle Rémy André Ozcan, je suis le Directeur général de Crypto4All, une des premières sociétés française en matière d’ingénierie et de conseils sur la blockchain.                       

Avec mon frère Christophe nous sommes dans le secteur de la Blockchain depuis 2012 et accompagnons nos clients depuis 2015 dans ce monde complexe et intriguant en les aidant à développer des produits et des services. 

Vous avez sûrement déjà entendu parler  de notre plateforme Tozex, dont le rôle est de mettre à disposition des entreprises les outils et l’infrastructure nécessaire pour créer et manager des actifs numériques. 

Tozex

En parallèle, j’interviens aussi en tant qu’expert au sein de la commission Blockchain de l’AFNOR regroupant les experts Français contribuant à l’élaboration des standards techniques internationaux qui s’appliqueront à tous les acteurs de l’industrie d’ici 2022 (ISO/TC307).

Je suis également consultant pour le Parlement Européen sur toutes les questions liées à la réglementation de la technologie Blockchain.

Celle-ci a déjà considérablement changé, notamment concernant les ICO et est  amenée à changer prochainement encore plus pour préparer l’arrivée des security tokens.

Je suis également membre du BCID dirigé par le Ministère de l’Intérieur qui réfléchit à l’usage de la technologie Blockchain dans la construction de la future identité numérique en vue des Jeux Olympiques en 2024.

Et bien entendu, la raison de ma présence : la création de la Fédération Française des Professionnels de la Blockchain (FFPB) avec le député LREM Jean-Michel Mis.

Remy André Ozcan et Jean-Michel Mis, à l'initiative de la première fédération française de la Blockchain
Remy André Ozcan et Jean-Michel Mis à l’initiative de l’apparition de la FFPB

Comment vous est venue l’idée de la FFPB et depuis quand est-elle présente dans votre esprit ?

Ayant découvert cette technologie il y a 7 ans, nous avons eu le privilège de voir évoluer cette technologie et ses acteurs. La majorité des clients de Crypto4all se trouvant à l’étranger et intervenant moi-même régulièrement dans des conférences à l’étranger, nous avons pu avoir une vision globale du développement et l’adoption de la Blockchain à travers le monde.

Et comme vous vous en doutez peut-être … la France est considérablement en retard.

Au sein de l’UE, nous assistons depuis plus de 2 ans à une importante bataille de lobby auprès de la Commission européenne et du Parlement dont nous sommes absent du fait d’une fragmentation de notre écosystème et de ses ressources. En revanche, d’autres pays à l’image du Royaume Uni, du Japon ou encore de Singapour ont su très tôt favoriser le développement de cette technologie.

Alarmés par ce constat, nous avions contacté le MEDEF mais celui-ci n’a pas donné suite à la demande. Je pars du principe que nous ne sommes jamais mieux servis que par soi même … il y a donc 1 an, nous avons commencé à réfléchir avec Jean-Michel MIS.

La problématique était simple : Comment créer une fédération réunissant les professionnels du secteur, répondant à leur demande et fournissant des informations claires et préalablement vérifiées ?

La FFPB était née !

En quoi la FFPB est elle unique/différente d’une autre structure ?

Il s’agit avant tout d’une initiative inédite en France, c’est la première fois dans l’histoire qu’un acteur privé et un représentant politique se trouvent à l’origine de l’apparition d’une Fédération professionnelle ! Cela illustre toute l’étendue du mouvement que nous souhaitons impulser. Nous espérons que cette alliance unique permettra de faciliter les discussions entre le secteur privé et publique.

Au delà du fait qu’il s’agit d’une Fédération professionnelle et non d’une association, notre approche est singulière dans toutes ses dimensions.

Conscient que les applications de la technologie vont bien au-delà des crypto-actifs et que les enjeux sont différents d’un secteur à l’autre, nous avons souhaité pouvoir permettre à tous les acteurs de pouvoir y être représentés dans leur hétérogénéité tout en respectant les spécificités sectorielles.

Par ailleurs, nous avons souhaité utiliser la technologie Blockchain pour la gouvernance de la Fédération. Il s’agissait d’une évidence pour nous. En tant que professionnels de cette industrie il semblait normal de l’intégrer pleinement dans le fonctionnement de la Fédération. Nous avons donc joint le geste à la parole. Sans verser dans le cynisme, j’avoue ne pas comprendre comment des entités supposées composées d’experts Blockchain… se passent paradoxalement de cette technologie dans leur gouvernance.

Notre dimension inclusive : que vous soyez une grande entreprise, une TPE, une PME, un institut de recherches, une profession libérale ou une université, vous trouverez votre place au sein de la FFPB. Les professions libérales sont bien trop souvent laissées de côté par ce type d’organisation alors qu’elles sont un liant important du tissu économique à l’image des avocats, qui sont bien souvent les intermédiaires entre les autorités et les entrepreneurs et les entreprises.

Cet état d’esprit s’inscrit dans la philosophie Blockchain : un écosystème décentralisé avec des acteurs égaux.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le fonctionnement de la FFPB ?  

Nous devons mettre en place des comités stratégiques sur des aspects essentiels à la création de l’industrie. Ab initio, ceux-ci seront au nombre de quatre, mais de nouveaux seront crées en fonction de la demande des adhérents.

  1. Business et Intelligence Economique
    Il faut protéger la valeur des produits et services économiques que nous créons, sans quoi nous assisterons à un vampirisme économique de la part d’entreprise étrangère et d’autre pays. Nous assurerons donc une protection de valeur via ce comité.
  2. Standardisation.
    Les enjeux de la standardisation sont mal compris par les entreprises peu importe leur taille, la faute à une méconnaissance de leur intérêt et des enjeux).
    Le comité aidera avec l’AFNOR à faire comprendre à tous pourquoi nous avons besoin de celle-ci.
  3. La régulation
    Une industrie ne peut exister sans un cadre réglementaire précis. La loi PACTE mise en place par le gouvernement a permis de donner un cadre réglementaires aux acteurs (entrepreneurs et investisseurs ) dans le cadre de dispositifs de financement de type ICO. Par ailleurs ce cadre a donné un statut pour les prestataires de services d’actifs numériques (PSAN). Il faut pouvoir faire remonter les besoins de chaque activité sur les flous ou vides juridiques qui peuvent exister pour développer la Blockchain. J’estime que l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), la Commission et le Parlement Européen ainsi que les autorités financières réglementaires ayant un intérêt à discuter avec les acteurs de l’industrie, ont un rôle important à jouer. Nous leur ferons donc naturellement une place particulière avec un statut unique.
  4. Académique et recherche. Nous devons faire évoluer les offres de formations des cursus pour intégrer la Blockchain ainsi qu’une compréhension des schémas économiques permis par celle-ci. Les entreprises doivent pouvoir facilement trouver des ressources en France et ne pas avoir à se tourner vers les entreprises étrangères.

Pensez-vous que le fait qu’un membre de LREM soit dans l’initiative va faire bouger les choses ? La communauté crypto semble avoir perdu confiance en notre gouvernement. Nous nous rappellons tous de certaines interventions de Bruno Le Maire ou de la Banque de France.

Effectivement, il y a eu des ratés par le passé de la part de notre gouvernement… mais celui-ci a fini par s’apercevoir qu’il avait été induit en erreur sur la véritable nature de la technologie Blockchain qui allait bien au-delà des seules crypto-monnaies. Il est facile de faire des erreurs surtout dans un domaine aussi complexe à appréhender que la Blockchain qui transcende des pans entier de l’économie.

La présence de Jean-Michel Mis, député LREM très investi dans ce secteur révèle toute l’étendue de notre mouvement qui doit mettre dans la même direction les professionnels et notre gouvernement. La Fédération se doit d’instaurer un dialogue permanent entre ces acteurs. Le député Mis ne manquera pas de continuer à essayer de faciliter les discussions avec le gouvernement.

S’agissant de la Banque de France je suis plus réservé. Celle-ci n’a jamais cessé de décrier la technologie blockchain en l’assimilant uniquement au Bitcoin, en expliquant à quel point il fallait fuir celui-ci … pour ensuite faire un appel d’offre utilisant cette technologie. Jean Pierre Landau a été hypocrite sur la question, mais je pense que ce n’était dû qu’à une méconnaissance de sa part… je comprends donc la communauté sur cette aspect.

« Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence »

Arthur Schopenhauer

Nous sommes actuellement dans l’opposition et glissons lentement vers l’évidence.

À ce propos je tiens à rappeler que la Banque de France ne peut lancer à elle-seule un crypto-euro. Seule la Banque Centrale a ce pouvoir.

La banque de France ne sera donc pas dans le comité « Business et Intelligence économique » ?

Je n’y avais pas pensé de prime abord, mais ils sont bien entendu les bienvenus et pourront profiter des informations fiables que nous fournissons.

Des acteurs français majeurs et connus (ARK, iExec, Tezos, Ledger) sont-ils intéressés par la FFPB ?

Nous avons reçu plus d’une centaine de demandes d’information et d’adhésion. L’industrie se déploie bien au-delà des acteurs préexistants, nous devons favoriser la création d’un véritable tissu économique avec des entreprises établies dans des secteurs variés (luxes, bâtiments, assurances, agroalimentaires, textiles). La Fédération devra s’élargir à l’image de notre industrie. Le nombre et la nature des adhérents seront communiqués prochainement dans un communiqué de presse.

Félicitation pour toutes ces demandes ! Comment se passe la candidature et la sélection ?

Il suffit de se rendre sur notre site internet et de remplir le bulletin de pré-adhésion. Nous vous contacterons ensuite pour devenir un membre à part entière de la FFPB.

La gouvernance de la FFPB est elle en accord avec la philosophie blockchain ? 

Oui complètement ! Les différents votes au sein de la communauté se feront en utilisant les propriétés des tokens non fongibles (NFT). La nature des votes reste encore à définir mais il est certain que chaque membre de la fédération disposera d’un Wallet (clé publique/privé) afin d’y recevoir lesdits Tokens.

Lors d’un vote, l’adhérent signera une transaction lui permettant de voter sur chaque résolution “oui”, “abstention” ou “non” afin de certifier son vote. Une fois le vote effectué sur l’ensemble des résolutions, un hash sera associé au procès-verbal de cette résolution. Ce hash sera ensuite inscrit dans le registre de la blockchain et permettra de certifier la prise de décision.

Ce système de vote via blockchain permettra de rendre possible :

  1. l’attribution d’un droit de vote unique pour chacun des membres
  2. La consultation du résultat du vote en quasi temps réel
  3. La création d’un historique fiable des résolutions de la FFPB
  4. Permettre aux nouveaux acteurs de se familiariser avec cette technologie avec un cas d’usage concret

Ce système permet une gouvernance simplifiée et digitale sans la nécessité de faire acte de présence physique.

Le nombre de membres étant public, il sera très facile de contrôler le nombre de participants aux votes (avec ou sans délégation).

L’identité du votant est associée cryptographiquement par la génération d’une paire de clé public/privée dont il sera le seul possesseur. Dès lors, il lui appartient de sauvegarder ces éléments.

Ces décisions seront elles publiques et visibles par tout le monde ?

Actuellement, nous n’avons pas prévu de l’ouvrir à des externes à la fédération. La fédération est une entité qui a le devoir de rendre confidentielles des données qui pourraient – si elles étaient transparentes et publiques -, apporter un avantage industriel à des concurrents au niveau national, mais surtout international.

Naturellement, nous publierons périodiquement des rapports à destination du public.

Des dates clés et une roadmap pour nos lecteurs ?

Le 27 mai prochain, se tiendra la première réunion officielle de lancement de la FFPB, mais cette date est aujourd’hui sujette à caution en raison des événements que nous vivons tous actuellement…

La fédération commencera par recenser et cartographier l’ensemble des acteurs de notre beau pays par secteur d’activités. Nous manquons cruellement de données, sur les acteurs utilisant déjà une solution, ceux en développant une et surtout ceux souhaitant en développer une. Ce manque d’informations rend la cohésion et le développement industriel impossible et c’est là que nous intervenons !

Une fois cette cartographie complète, nous mettrons en place une base de donnée permettant aux entreprises d’entrer en relation avec les personnes appropriées pour leur projet (audit, juridique, technique, …) .

Ce que vous dites, me fait penser à l’objectif de B-hub et de l’observatoire, êtes vous en contact ?

Nous partageons des objectifs similaires et nous sommes effectivement en discussions. B-hub est en effet en liaison avec les instances européennes et a compris la nécessité de la création d’une fédération blockchain pour les entreprises.

Nous devons mettre fin à notre chauvinisme, nous ne sommes pas le centre du monde ! Nous devons arrêter de défendre nos intérêts individuels en fragmentant notre force et collaborer pour rejoindre le niveau international !

Nous n’avons à ce jour pas d’interlocuteur privilégié en France pour faire remonter les informations auprès des instances européennes. Nos voisins allemands avec leur propre structure et leur lobbying très intense ont tout compris ! 

Ce besoin d’un interlocuteur est visible dans les centaines de demande d’adhésion que nous avons reçu mais également par la couverture médiatique. Au Portugal, nous avons eu un article par L‘ordre des économistes qui est je le rappelle, l’entité la plus influente au Portugal en matière d’économie ! Dans le domaine crypto, Coinbase va également parler de la fédération, la Corée du sud aussi.

Paradoxalement, nous sommes beaucoup jugés à l’international et de nombreux pays attendent de savoir ce que fait la France ! Avec la FFPB, nous n’allons pas les décevoir !

La FFPB en 4 phrases ?

  1. Une fédération professionnelle destinée uniquement aux acteurs de l’industrie, les particuliers ne sont pas concernés
  2. Une approche plurisectorielle et une très grande diversité de ses membres, pour respecter les sensibilités de chaque secteur et mettre en oeuvre une stratégie affinée pour chaque secteur d’activité.
  3. Blockchain-centrée, y compris dans l’organisation de la fédération
  4. Une initiative inédite entre un représentant politique et un acteur privé de l’industrie.

Nous ne nous déclarons pas comme le premier réseau dynamique de France, nous le deviendrons pour nos membres et grâce à eux.

Bug de Bancor : Une ombre sur toute la DeFi (Finance Décentralisée) sur Ethereum

L’Ethereum (ETH) 2.0 pour donner un coup de boost à la DeFi : il faudrait déjà que les failles de l’ERC-20 soient colmatées pour assurer la sécurité des app basées sur la version originelle et actuelle d’ETH. Une faille dans l’écosystème ETH Selon les révélations de…

Dark Pool, Bitcoin et Institutionnels : SheeldMarket boucle une première Levée de fonds

SheeldMarket, qui a pour ambition d’être la plateforme de référence pour le trading institutionnel de Bitcoin et devises crypto, réalise une première levée de fonds de 1 million d’euros menée par Axeleo Capital et le fonds américain Draper Dragon, accompagnés par Kima Ventures, Acequia Capital…

ChainLink rejoint la super-Blockchain BSN Chinoise

Le BSN chinois (Blockchain Service Network) a récemment vu le jour à l’initiative du Centre d’information de l’État chinois en coopération avec China Mobile, China Unionpay mais aussi Red Date Technologies. Il a notamment pour objectif de construire une infrastructure qui abaissera progressivement les barrières…

BLOCK Interview : The Sandbox, le “Vidéo-Game Changer” sur Ethereum

Cela fait déjà un petit moment que The Sandbox est sorti du bac à sable de sa prime jeunesse. Et pourtant, alors même que les choses sérieuses ne font encore que commencer, le projet déclenche déjà les passions d'une communauté de plus en plus large.…

Fiscalité, Europe, “Blockchain Nation”…Jean-Michel Mis, Interview d’un Député gonflé à Block

Dans l'écosystème français blockchain et crypto, beaucoup admettent avoir peur de la vision du gouvernement sur des questions à la fois techniquement complexes, mais également à la réputation contrastée. Certaines erreurs commises par le passé, les occasion manquées, demeurent gravées dans la mémoire des anciens,…