Avec sa “Digital Fiat Currency” VISA tente piteusement de copier Bitcoin

Le système de paiement Visa – 3 milliards de cartes bancaires – travaille sur une Blockchain. C’est comme si Marlboro produisait des patchs de nicotine…Des armées de développeurs se sont cassés les dents sur Bitcoin pour finalement découvrir que monnaie de banque et cryptomonnaie sont aussi irréconciliables que l’eau et l’huile.


VISA brevette la Blockchain…

Il fallait y penser ! Après tout, il y en a même qui ne se gênent pas pour breveter le vivant… #Monsanto

Visa vient de déposer un brevet de blockchain de monnaies fiat dont les nodes seraient les banques. Il fallait vraiment l’inventer ! Une blockchain de monnaies de singe… À deux doigts d’inventer le stablecoin !

Visa marche dans les pas des banques centrales en entretenant l’amalgame entre Bitcoin et CBDC (Central Bank Digital Currency) dans le but inavoué de faire disparaître le Cash. Nous pouvons ainsi lire dans le brevet que :

« L’écosystème de paiement pourrait devenir entièrement (100%) numérique. Selon divers modes de réalisation, l’argent liquide pourrait être retiré de la circulation […]. Les utilisateurs pourront détenir une monnaie numérique ayant la même dénomination que les billets de banque (par exemple, 100 $ pour l’utilisateur A en Amérique ; 200 pesos pour l’utilisateur B au Mexique). »

Brevet VISA ” DIGITAL FIAT CURRENCY

Les manigances de Big Brother s’étalent au grand jour. Ses grands argentiers sont tous à la tâche pour essayer de travestir la fin du cash en « cryptomonnaie ». Après l’arrêt de la production du billet de 500 euros, la disparation de près de 2000 distributeurs de billets par an, l’interdiction de payer en cash lorsque la somme dépasse 1000 euros, voilà que les banquiers voudraient déguiser leur fausse monnaie en « cryptomonnaie » pour réaliser leur sombre dessein…

Ceci n’est pas une pipe

On essaie de nous faire prendre des vessies pour des lanternes mais la ficelle est un peu grosse…

Après avoir quitté le projet Libra de Facebook, Visa se donne comme nouvel objectif d’évincer la société SWIFT qui gère depuis les années 1970 toutes les transactions traversant les frontières.

Mais aucun géant de la tuyauterie financière ne pourra jamais créer une “blockchain” pouvant véritablement faire de l’ombre au Bitcoin qui est une monnaie ainsi qu’un système de paiement. Deux-en-un. Cette caractéristique de la Blockchain la rend absolument incompatible avec le système monétaire “moderne”.

En effet, il existe autant d’euros différents (l’euro BNP, l’euro Société Générale, etc) qu’il existe de banques différentes. La raison étant que certaines banques sont plus proches de la faillite que d’autres…

Nous avons d’un côté les banques et, de l’autre, un système absolument distinct permettant des transactions entre banques de différentes zones monétaire (Le réseau SWIFT).

Construire une blockchain par-dessus l’usine à gaz financière mondiale est un fantasme sur lequel travaillent aussi les fondateurs du shitcoin XRP

Cependant, rajouter des tuyaux ne fera qu’augmenter la vulnérabilité du système et la BCE ne dit pas autre chose. Ne manquez pas notre papier sur le sujet. Ce manque d’enthousiasme est aussi palpable chez VISA si l’on en croit la tempête de tweets de Cuy Sheffield , le Mr Crypto de VISA.

Cuy Sheffield avance ainsi dans son thread que le CBDC pourrait prendre deux formes :

Pub

  • Un Cash digital
  • Un système de paiement

Nous retrouvons la dualité mise en lumière plus haut.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

Bitcoin, le casse-tête des banques centrales

Sheffield doute que les banques centrales veuillent véritablement mettre en circulation un CBDC directement aux citoyens. Ce qui fait écho au dernier rapport de la firme R3 (Avril 2020) qui affirme que l’idée d’un CBDC accessible à tous est tombée aux oubliettes.

Et pour cause. Les banquiers se sont rendus compte de ce que Sheffield pose sous forme de question rhétorique dans son thread :

« Si une banque centrale émet du CBDC, comment vont-elles expliquer à leurs clients la différence entre un CBDC et leur compte bancaire habituel qui est également sous forme d’argent digital ? »

Le CBDC est un projet mort-né. D’où le choix de se focaliser sur une espèce de blockchain fourre-tout pour concurrencer le réseau SWIFT en saupoudrant son ambition avec une “Blockchain” qui n’en a que le nom…

Nous tournons en rond et revenons toujours à la différence fondamentale entre Bitcoin, CBDC ou tout autre pathétique chimère voulant imiter la Blockchain originelle.

La blockchain du Bitcoin est une et indivisible (façon de parler…) alors qu’il y aura autant de “CBDC” que de banques. Point barre. #JPMCOIN

Voici donc quelques attributs qui sont l’apanage du Bitcoin :

Il se constitue d’une masse monétaire fixe (21 Millions) faisant de lui une monnaie anti-inflationniste. Les banques n’adopteront jamais une monnaie en quantité fixe car leur raison d’être (esclavage par la dette, les intérêts et l’inflation) disparaîtrait… Dans un monde ou seul le Bitcoin circulerait, les prix s’ajusteraient automatiquement à une demande ne pouvant PAS être artificiellement gonflée par une dette ponzienne…

Il permet des paiement instantanés. Le Bitcoin permet de transférer des milliards de manière instantanée moyennant une poignée de centimes. Un tour dont les banques sont bien incapables de part la nature même de leur création monétaire qui repose sur un système de réserves fractionnaires.

Personne ne peut voler vos Bitcoins. Ils vous appartiennent absolument (si vous les gardez sur votre propre wallet). Pas besoin de demander l’autorisation du banquier pour retirer son argent…

Il s’agit là d’un atout non négligeable quand on sait que la croissance mondiale perd 1 % chaque décennie. Ou encore quand on se souvient que l’imminent pic pétrolier promet une décroissance forcée. En effet, la dette a un besoin vital de croissance. Pour le dire autrement, les banques finiront tôt ou tard par faire faillite en emportant votre épargne avec elles. D’une manière ou d’une autre (Bail-in, inflation, taux d’intérêt négatif, faillite)…

Pub

« Si la population comprenait le système bancaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin. ».

Henry Ford

Le système bancaire est une vieille arnaque mise sur pieds pour vampiriser notre travail grâce à l’usure, la planche à billets et l’inflation. La cryptomonnaie est le Nemesis du système bancaire et le CBDC – qui ne verra très probablement jamais le jour – est une publicité inespérée pour le Bitcoin.

Bitcoin et le Kremlin, future histoire d’amour ? Vladimir Poutine ne dit pas “Niet”

Une Russie qui s’est débarrassée de 96% de ses dollars ou qui fait la chasse aux mineurs de Bitcoin (BTC) illégaux, tout en investissant massivement dans les blockchains – le pays accueillera 5 000 distributeurs de billets sur blockchain : le gouvernement…

Bitcoin (BTC) le 2 août 2020 – Une Chute et 2 Hypothèses

Bitcoin (BTC) est en train de subir la correction tant attendue ou tant redoutée – c’est selon. La grosse bougie quotidienne d’aujourd’hui 2 août 2020, est porteuse de leçons – pas forcément de mauvaises nouvelles, sans verser non plus dans…

Bitcoin (BTC) : Le Club Privé, St Graal de l’investissement crypto ?

Angle un peu particulier aujourd'hui pour l'article du dimanche matin, habituellement farouchement occupé par Cryptodidacte et sa Tribune du Trading. Notre jeune ami a eu un petit empêchement et reviendra dès la semaine prochaine, il vous embrasse, bien évidemment. A…

Bitcoin le 1er août 2020 – La route des 100 000$ parfaitement balisée

Les taureaux ont encore brisé quelques résistances à coup de cornes ; le prix du Bitcoin (BTC) a atterri dans une zone stratégique où le BTC devrait livrer une dernière bataille pour pouvoir prétendre à de nouveaux sommets historiques. La situation…

La Rupture entre Bitcoin (BTC) et le Venezuela est consommée

Depuis son avènement, le Bitcoin n’a pas seulement fait des émules. Il a connu aussi son lot de farouches détracteurs. L’un des premiers noms qui viennent à l’esprit quand on évoque cette catégorie, c’est Nicolas Maduro. Les signes avant-coureurs d’un…