Le monde évolue. Certains refusent de l’admettre et tentent de résister. Ceux qui agissent ainsi finissent toujours par être dépassés. Évoluer ou disparaître est une expression bien connue. Elle traduit parfaitement le dilemme auquel l’ancienne génération fait face avec le Bitcoin. Ce dilemme est autour du Bitcoin s’inscrit au cœur de la lutte entre l’ancienne et la nouvelle génération. A la fin, la jeune génération finit toujours par l’emporter.


2020, année pivot pour le Bitcoin

Après des années d’opposition farouche au Bitcoin, de plus en plus d’investisseurs institutionnels font volte-face en 2020. L’opposition aveugle fait place au pragmatisme. Ce mouvement a été amplifié par l’annonce du macro investor Paul Tudor Jones au début du mois de Mai 2020.

Dans une lettre à ses investisseurs, Paul Tudor Jones avait ainsi expliqué privilégier l’achat de Bitcoin à l’achat d’or pour se prémunir face à la grande inflation monétaire que nous subissons.

Quelques jours après, Paul Tudor Jones allait même plus loin. Il avouait que le Bitcoin représentait 2% de son portfolio.

A ce signal fort s’est ajouté ensuite l’attitude de Grayscale investments. Le fond d’investissement spécialisé en crypto monnaies achète une quantité incroyable de Bitcoins pour ses clients depuis plusieurs mois.

Le Bitcoin devient de plus en plus populaire parmi les investisseurs institutionnels.

Ce changement d’opinion sur le Bitcoin n’est pas une mince affaire. Depuis sa création, le Bitcoin se heurtait en effet à une résistance farouche.

Cette résistance face à la révolution Bitcoin étant pour moi le symbole de la lutte éternelle entre l’ancienne et la nouvelle génération.

Une bataille entre l’ancienne et la nouvelle génération autour du Bitcoin

Dans l’histoire du monde, les chocs intergénérationnels ont toujours existé. Les anciens disent toujours que c’était mieux de leur temps, et les jeunes cherchent toujours à renverser l’ordre établi.

Le Bitcoin se situe en plein dans cette lutte intergénérationnelle entre ancienne et nouvelle génération.

D’un côté, nous avons des Baby Boomers qui bénéficient du système monétaire et financier actuel depuis bientôt 50 ans. Ils ont réussi à amasser une fortune personnelle importante. Ils ne veulent pas prendre le risque de perdre les avantages que ce système leur octroie.

De l’autre, nous avons une nouvelle génération, composée des millennials et de la génération Z. Elle remet en question un système totalement injuste. Ce dernier n’a cessé de creuser les inégalités entre les riches et le reste de la population depuis 50 ans.

La génération Z entre par exemple dans la vie active en sachant qu’elle vivra dans des conditions moins avantageuses que les générations précédentes.

Cette nouvelle génération doit assumer le poids de la dette laissée par la vieille génération qui a profité toute sa vie en vivant à crédit. La nouvelle génération va devoir payer pour les plaisirs de l’ancienne génération à coup de taxes dont les montants ne font qu’augmenter.

Le Bitcoin est perçu comme une chance unique de rebattre les cartes pour les millennials et la génération Z.

La vieille génération a peur de perdre ses privilèges à cause du Bitcoin

Voir se développer une alternative crédible au système monétaire et financier actuel fait peur aux Baby Boomers. Ce n’est pas un hasard si Warren Buffett est si hostile au Bitcoin qu’il qualifie constamment de danger.

Warren Buffett a même été jusqu’à dire que le Bitcoin était de “la mort au rat au carré”. L’Oracle d’Omaha me semble désormais dépassé, car il n’a pas été capable d’appliquer sa règle d’or qui est de toujours améliorer ses connaissances au cours de sa vie.

Personnellement, entendre Warren Buffett critiquer le Bitcoin aussi injustement, alors qu’il n’a jamais cherché à comprendre comment il fonctionne ainsi que les problèmes auxquels ils répond, m’a plutôt donné envie d’acheter encore plus de Bitcoin.

Si Warren Buffett a tellement peur du Bitcoin, c’est qu’il doit représenter une chance pour les personnes moyennes comme moi.

Au niveau des gouvernements et des banques centrales, le Bitcoin est également perçu comme un risque. La création monétaire a toujours été la prérogative des Etats. Les puissants à la tête du système actuel ne veulent pas perdre leur pouvoir :

Ce fameux pouvoir d’impression d’argent fiat à l’infini qui permet aux banques centrales d’imprimer plus de 10,000 milliards de dollars à partir de rien en tout juste trois mois.

Cette politique d’easy money a des conséquences dramatique sur une majorité de la population mondiale, mais les banquiers centraux n’en n’ont que faire. Le système monétaire et financier actuel doit être sauvé à tout prix. Le fait que des centaines de millions de personnes doivent en souffrir n’a aucune importance.

A vrai dire, il y a une certaine logique derrière cette attitude des banquiers centraux. Ils agissent de la sorte, car ils sont totalement déconnectés de la réalité de la vie de 99% des habitants de la Terre.

La composition du board de la Fed explique pourquoi le système actuel n’évoluera pas

Prenons l’exemple de la Fed qui est la banque centrale la plus puissante au monde.

Les décisions de la Fed sont prises par les 7 membres du Board of Governors et les 5 présidents de la Federal Reserve Bank. Actuellement, deux postes de membres du Board of Governors sont vacants.

Sur les 5 membres en poste, trois ont plus de 60 ans. Jerome Powell, chair of the Federal Reserve, en est le doyen du haut de ses 67 ans. Les deux plus jeunes sont des femmes âgées respectivement de 58 ans et de 49 ans.

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Tous ces membres sont des millionnaires qui ont grandement bénéficié du système actuel pour s’enrichir.

Ils font largement partie des 1% les plus riches. Lorsqu’ils décident de mener un programme de quantitative easing illimité pour soutenir l’économie, ils savent qu’ils n’auront pas à souffrir directement de cette mesure.

Au contraire, puisque l’impression infinie de dollar Américain menée par la Fed rend les riches encore plus riches.

Les décisions qu’ils prennent vont donc leur bénéficier in fine en renforçant leur richesse. Dans ces conditions, vous comprenez bien pourquoi ils rejettent en bloc le Bitcoin.

Si le Bitcoin venait à devenir une alternative grand public au système actuel, ou même si le système actuel venait à évoluer, ces personnes auraient trop à perdre.

Les gouvernements, les banquiers centraux, ou les économistes, ne veulent pas évoluer vers un monde plus juste, car ils ont peur de perdre leurs avantages injustes tout simplement.

Certains Baby Boomers ouvrent les yeux sur le Bitcoin

Robert Kiyosaki est mondialement connu pour avoir écrit en 1997 le best-seller “Père riche, Père pauvre” vendu à plus de 40 millions d’exemplaires autour du monde. Ce livre a fait de lui une référence dans le domaine de la finance personnelle.

Né en 1946, Robert Kiyosaki est un représentant de la génération des Baby Boomers qui a réussi à dépasser les clichés autour du Bitcoin tout en se remettant en question comme il vient de l’avouer récemment :

« Je pense qu’il est important, surtout pour les vieux comme moi, de comprendre le monde de la crypto monnaie parce que c’est le monde qui apparaît en ce moment et que nous, les agents immobiliers et les chercheurs d’or, sommes progressivement éliminés. »

Robert Kiyosaki

Robert Kiyosaki a toujours été un ardent défenseur du marché immobilier, de l’or, ou encore de l’argent. Face à la grande inflation monétaire que nous subissons actuellement, Robert Kiyosaki prend conscience que le monde est en train de changer.

Il explique qu’il ressent lui aussi cette lutte intergénérationnelle au coeur de laquelle se trouve le Bitcoin :

« Aujourd’hui, il y a cette bataille entre les vieux et les jeunes. »

Robert Kiyosaki

Afin d’étayer son propos, Robert Kiyosaki explique que l’attitude de rejet catégorique du Bitcoin de Warren Buffett, ou encore de Charlie Munger, s’inscrit totalement dans le cadre de cette lutte.

La crise économique de 2020 accélère la prise de conscience du côté inévitable de Bitcoin

Pourtant, dans ce type de lutte, la nouvelle génération finit toujours par l’emporter. On ne peut arrêter une révolution telle que le Bitcoin. Tôt ou tard, la révolution Bitcoin finira par prendre le dessus.

Ceux qui l’embrasseront en premier seront ceux qui en bénéficieront le plus.

Tout le challenge pour les membres de l’ancienne génération est d’arriver à se remettre en question. Ils doivent chercher à comprendre les avantages du Bitcoin afin de ne pas être dépassé :

« En tant que vieil homme, il m’a fallu un certain temps pour me familiariser avec Bitcoin, mais maintenant j’en achète.»

Robert Kiyosaki

Les décisions prises par la Fed et les autres banques centrales afin de faire face à la crise économique de 2020 ont agi comme un électrochoc pour Robert Kiyosaki. Et il n’est pas le seul dans ce cas.

Un nombre important de personnes découvrent les failles du système monétaire et financier actuellement. Ces failles sont mises en lumière comme jamais auparavant.

Bitcoin est la grande opportunité à saisir au coeur de cette crise économique de 2020.

La jeune génération, et donc Bitcoin, finira par gagner la bataille

Dans la décennie à venir, l’adoption du Bitcoin va exploser. Ceci permettra à son prix d’atteindre des hauteurs qui étaient difficilement imaginables à sa création en 2008. Le point fort du Bitcoin est qu’à mesure que la demande va augmenter, l’offre en nouveaux Bitcoins va diminuer. C’est inéluctable.

Ces deux forces contraires pousseront son prix vers le million de dollars si l’on s’en tient aux principes de la loi de l’offre et de la demande.

Outre cette augmentation phénoménale du prix du Bitcoin à prévoir dans le futur, l’autre grand enjeu pour le Bitcoin sera qu’il viendra concurrencer l’hégémonie du dollar Américain et des autres monnaies fiat.

Dans un monde post-Dollar à prévoir, le Bitcoin, en tant que monnaie neutre aura son rôle à jouer. Voir une hard money comme le Bitcoin venir réduire la domination hégémonique du dollar Américain serait une bonne idée pour permettre une meilleure stabilisation de l’économie mondiale.

Finalement, il sera intéressant d’observer la réaction des gouvernements dans les années à venir à mesure que le Bitcoin verra son nombre d’utilisateurs augmenter. Une opposition frontale n’étant d’ailleurs pas à exclure.

Représentant lui aussi les Baby Boomers les plus âgés, le célèbre investisseur Jim Rogers pense même que les gouvernements ne supporteront pas cette concurrence du Bitcoin. Pour lui, ils essaieront tôt ou tard de tuer le Bitcoin et les autres crypto monnaies.

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Une tentative des gouvernements pour tuer le Bitcoin ne ferait que renforcer un Bitcoin qui est clairement devenu inarrêtable de mon point de vue. La lutte intergénérationnelle à laquelle nous allons assister sera passionnante, mais tôt ou tard, je pense que le Bitcoin permettra à la jeune génération de prendre le dessus sur l’ancienne génération. Comme toujours si j’ose dire. C’est le sens de l’histoire. Ceux qui refuseront d’évoluer vis-à-vis du Bitcoin finiront par disparaître tout simplement.