Bitcoin succédera au Dollar en tant que monnaie internationale de référence

Une monnaie digne de ce nom doit être une réserve de valeur. Le dollar n’en est pas une. L’euro non plus, puisque sa quantité augmente bien plus rapidement que le PIB. Le nombre d’euros en circulation croît ainsi de 5 % par an et considérant que nous sommes loin d’afficher 5 % de croissance, il en résulte mécaniquement de l’inflation. Pour le dire plus simplement, la monnaie vaut de moins en moins. Son pouvoir d’achat diminue et l’épargne est spoliée…

Il est également appréciable qu’une monnaie puisse permettre des paiements anonymes ET sans permission. Ce dernier attribut (« permissionless » en anglais) et l’une des qualités remarquables du Bitcoin dont on ne parle pas assez. Probablement parce que, somme toute, les banques nous interdisent rarement de transférer notre argent (encore que…). Est-ce que cela sera toujours vrai pour tout le monde ? Soyons clair, ce n’est déjà plus le cas et les Russes ou les Iraniens ne diront pas le contraire…

Dans cet article, nous allons parler de l’extraterritorialité du dollar, ou quand la monnaie devient une arme pour faire chanter les nations...

Le dollar, monnaie intergalactique

Le dollar est devenu la monnaie internationale incontournable en 1974. Quatre ans après avoir franchi son pic pétrolier et trois ans après avoir suspendu (pour toujours) la convertibilité du dollar en or, les États-Unis réussirent le plus grand coup de poker de l’Histoire : forcer l’Arabie Saoudite à vendre son pétrole dans aucune autre monnaie que le dollar américain.

Un retournement de situation géopolitique extraordinaire alors que la fin du Gold Standard et l’épuisement des gisements de pétrole américains étaient sur le point d’éteindre la domination mondiale des États-Unis.

Depuis, toutes les nations du monde sont obligées de se procurer du dollar, d’une manière ou d’une autre, pour pouvoir acheter l’or noir indispensable à toute puissance industrielle.

Cet impérialisme monétaire offre d’innombrables avantages aux États-Unis, le plus important étant bien évidemment de pouvoir échanger du pétrole contre du papier vert… Le dollar permet aussi aux États-Unis de capter environ la moitié de l’épargne mondiale pour financer sa dette grâce au recyclage des pétrodollars.

Eh oui! Que font les banques centrales avec leurs montagnes de dollars ? Bingo : elles les réinvestissent dans l’actif le plus liquide du monde – la dette du gouvernement américain – afin d’engranger des intérêts. C’est pour cette raison que les États-Unis peuvent se permettre d’avoir une balance commerciale chroniquement déficitaire sans que la valeur du dollar ne s’écroule. Les dollars collectés par les pays producteur de pétrole finissent in fine par revenir abreuver la dette US et les marchands d’armes US. Un parfait circuit fermé.

Signature d'un contrat de vente d'armes entre Donald trump et le roi Salman

Sans surprise, le dollar represente donc 60 % des réserves de devises des banques centrales du monde entier (80 % dans un passé pas si lointain).

C’est bien simple, en 2018, l’Union européenne a réglé seulement 20 % de ses importations énergétiques en euro et les 80 % restant en dollar. Même Air France achète ses Airbus (fabriqués en Europe) en dollar… Ceux qui voient l’UE comme une nécessité pour peser face aux États-Unis sur la scène internationale en tireront leurs propres conclusions.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

LAWFARE and justice for all

Entrons maintenant dans le vif du sujet. L’autre grand avantage du dollar est de pouvoir sanctionner les pays qui ne s’aligneraient pas sur le « droit extraterritorial » américain ou, pour dire les choses plus clairement, sur la politique étrangère impérialiste américaine.

Cette guerre par le droitn’ayons pas peur des mots – fut théorisée par le colonel de l’armée américaine Charles Dunlap et formalisée peu après les attentats du 11 Septembre 2001 comme un mode alternatif à l’action militaire (Lawfare).

Charles Dunlap
Charles Dunlap

La Lawfare permet de décréter des embargos monétaires qui se transforment de facto en embargos économiques. La BNP Paribas en a fait les frais en 2014 quand elle fut condamnée à payer 9 milliards $ pour avoir facilité des transactions en dollar pour le compte de pays sous embargo américain (Iran et Cuba). Pour résumer, toute transaction en dollar doit être conforme au « droit » US, c’est-à-dire conforme aux intérêts des États-Unis, sous peine de sanctions.

Et ce n’est pas tout, la justice américaine n’hésite même plus à attaquer les entreprises de pays alliés. Elle est devenue un outil de guerre économique tous azimuts travaillant main dans la main avec la NSA qui espionne tous contrats de plus de 200 millions $. L’entreprise Alcatel a par exemple vu l’étreinte de la justice américaine se desserrer (dans une affaire de pots-de-vin avec un homme politique Costaricain) seulement après avoir accepté de fusionner avec l’entreprise américaine Lucent. On apprendra plus tard que ce chantage visait à obtenir les brevets sur la fibre optique

Même chose pour Alstom, ce fleuron de l’industrie française, à qui les Américains ont tordu le bras pour mettre la main sur la fameuse turbine Arabelle, pièce maîtresse des sous-marins nucléaires français.

Les turbines Arabelle d'Alstom, objet de toutes les convoitises américaines
Une turbine Arabelle. Parfois, la taille compte

Pour le dire autrement, nous nous sommes faits castrer via des techniques mafieuses avec l’entière coopération du département de la justice US

« On ne peut plus faire de sous-marin nucléaire en France sans autorisation américaine »

Alain Juillet, ancien directeur de la DGSE

SWIFT, la cheville ouvrière

Washington mène une guerre économique de chaque instant qui prend des formes multiples. Amendes, chantages, gels de comptes bancaires et embargos monétaires. A ce stade, je sais ce que vous vous dites : « Qu’est ce qui nous empêche d’utiliser d’autres monnaies que le dollar ?

Ce n’est pas si simple car que vous fassiez un virement en euro, dollar ou tenge kazakh, votre virement passera de toute façon par un centre névralgique se situant en……. Belgique.

En effet, toutes les transactions financières internationales doivent passer par la société SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication) qui est un genre de coopérative de banques privées assujettie à l’empire US.

Le système SWIFT

Ce dernier est seul autorisé à déconnecter les banques de n’importe quel pays du réseau SWIFT. Donc même si l’Iran décidait de commercer en euros, elle ne pourrait pas le faire…

Les banques iraniennes sont en effet déconnectées depuis 2012. La seule aparté eut lieu pendant l’éphémère accord sur le nucléaire iranien que Donald Trump s’empressa de faire voler en éclats sitôt élu. L’Union européenne a bien fait semblant de s’offusquer en créant une espèce de chambre de compensation pour faire du troc avec l’Iran, mais elle n’a jamais été utilisée (INSTEX). Il aura suffi que les États-Unis menacent de taxer les grosses berlines allemandes pour que toute l’Europe se couche (l’automobile reine représente 20 % des exportations allemandes).

Bref, la conséquence est que la république islamique d’Iran ne peut plus payer pour ses importations ou être payée pour ses exportations, dans quelque monnaie que ce soit.

Soit dit en passant, l’Iran refuse catégoriquement de vendre son pétrole en dollar depuis très longtemps. Tient, cela me rappelle aussi que Sadam Hussein avait decidé de vendre son pétrole exclusivement en euro plutôt qu’en dollar deux ans avant de recevoir la visite des GI Joe… Le pétrodollar, sempiternel nerf de la guerre…

Les États-Unis refusent même que l’Iran puisse recevoir du matériel pour combattre l’épidémie de Coronavirus. Ils sont comme ça les Américains…

SWIFT est ainsi un mécanisme de domination mondiale permettant de forcer des changements de régime par l’étranglement de leurs économies.

Il est maintenant temps de revenir à notre préambule : Bitcoin est une monnaie ayant le bon goût d’être « permissionless », contrairement au billet vert. En d’autres termes, si la Chine achetait le pétrole iranien en Bitcoin, les États-Unis n’y pourraient strictement rien. Enfin “rien”… la Chine, seul pays au monde qui ose braver l’embargo sur le pétrole iranien décrété par les Américains (en faisant du troc), est désormais en guerre commerciale avec les États-Unis qui ont décidé de taxer à 25 % la moitié des importations made in china. Une guerre exacerbée par le coronavirus puisque 60 % des ports chinois sont toujours à l’arrêt.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

D.E.C.E.N.T.R.A.L.I.S.A.T.I.O.N

Toutes les banques, et donc toutes les monnaies, doivent passer par SWIFT, si bien que les pays qui menacent le pétrodollar s’exposent à une déconnexion du réseau par l’oncle Sam.

Le Bitcoin, bien meilleur élève que le le dollar pour des relations commerciales équitables

La menace SWIFT a même été brandie devant Vladimir Poutine dans le sillage du rattachement de la Crimée à la Russie. En 2015, lorsque les menaces de l’OTAN étaient à leur paroxysme, de nombreux citoyens russes à l’étranger se sont retrouvés dans l’incapacité d’utiliser leurs cartes de paiement.

« Limiter l’accès de la Russie au système mondial de paiement bancaire international SWIFT signifierait pratiquement une déclaration de guerre.»

Dimitri Medvedev, premier ministre russe, 2019

Moscou et Pékin se sont depuis dotés de leurs propres systèmes de paiement international fonctionnant selon les mêmes standards que SWIFT afin de ne pas risquer de voir leurs économies s’effondrer en cas de mise en quarantaine de leurs systèmes bancaires (pardon). Les BRICS envisagent même de se doter d’une cryptomonnaie commune… Psssst, le Bitcoin existe déjà…

Bitcoin est une monnaie en même temps qu’un système de paiement. Deux-en-un. La cryptomonnaie inventée par Satoshi Sakamoto est également apolitique puisqu’elle ne rend service à aucun pays en particulier, contrairement au dollar qui offre des privilèges exorbitants aux États-Unis.

Bitcoin n’est pas une monnaie de seigneuriage qui demande de courber l’échine pour l’utiliser. Son fonctionnement décentralisé rend physiquement impossible d’empêcher une transaction de s’éxécuter.

Dans un monde où la compétition pour les matières premières va s’accentuer, il est peu probable qu’un bout de papier (dollar) puisse garder de la valeur sur la scène internationale. La dédollarisation du monde est en marche, qu’on se le dise, et Bitcoin a des atouts propres qui en font le candidat naturel à sa succession. Le privilège de la monnaie internationale ne reste jamais longtemps entre les mêmes mains…

Le statut de monnaie internationale n'est pas éternel

Traduction : Le statut de monnaie internationale par excellence ne dure pas éternellement…

Tôt ou tard, Bitcoin s’imposera au plus grand nombre pour ses qualités monétaires évidentes, mais également pour l’impossibilité de l’utiliser en tant qu’outil financier oppressif et idéologique – au contraire du dollar du 21ème siècle . Par ailleurs, comment oublier que Bitcoin incarne aussi la meilleure façon de se protéger de son propre gouvernement en cas de surveillance de masse dictatoriale facilitée par la fin du cash.

Disrupté ou Disrupteur ? Comprendre Bitcoin Aujourd’hui déterminera votre vie Demain

Tout le monde s'accorde à dire que le Bitcoin est la plus grande révolution technologique depuis l'apparition d'Internet. Le Bitcoin est une véritable disruption amenée à changer totalement le monde du futur en matière d'argent. Les gouvernements, les banquiers, ou encore les économistes continuent pourtant…

L’anonymat de Satoshi Nakamoto est une bénédiction pour Bitcoin

Le mystère absolu régnant concernant l'identité réelle du créateur du Bitcoin intrigue les foules. Cet intérêt allant bien au-delà du simple monde du Bitcoin désormais. Au moindre signe de vie potentiel de Satoshi Nakamoto, tout le monde se met à espérer que le créateur du…

Qu’est-ce qu’une Attaque des 51%, le pire Cauchemar de Bitcoin ?

Afin de miner plus facilement du bitcoin (BTC), les mineurs se regroupent le plus souvent en des pools. Ce regroupement leur permet essentiellement de mutualiser les efforts pour avoir une meilleure puissance de résolution. Cependant, l’importance d’un pool peut s’avérer dévastatrice pour l’ensemble de la…

Bitcoin: un ours à 6000$ avant le Bull Market Historique ?

Beaucoup de personnes imaginaient à tort que le prix du Bitcoin allait s'envoler sitôt son troisième Halving passé. Néanmoins, les choses sont rarement aussi simples dans le monde du Bitcoin. Les effets du Halving ne sont jamais immédiats. Dans les jours et semaines à venir,…

Bitcoin est bien plus qu’une cryptomonnaie, il est le protocole de l’argent d’Internet

Beaucoup de personnes considèrent principalement le Bitcoin comme un investissement financier qui peut leur permettre de devenir riche. En réalité, le Bitcoin est bien plus que cela comme je vais vous l'expliquer dans cet article. Lorsque vous aurez compris que le Bitcoin est le protocole…
Pub