De la vigne au vigneron, comment la Blockchain distille le vin ?

blockchain-vin

De la vigne au vigneron, le secteur du vin en France doit désormais faire face aux producteurs dits du “nouveau monde” que sont l’Australie, le Chili, l’Afrique du Sud ou encore la Nouvelle-Zélande, et bénéficient de conditions de production favorables et d’un cadre réglementaire plus souple. Si le maître chai règne toujours sur les caves, la France a tout à gagner en misant sur l’excellence de ses productions et de son savoir-faire ancestral, une excellence boostée par le big data, la robotique et désormais la blockchain !

L’innovation et la blockchain, une véritable tournant pour l’activité viticole ?

La viticulture, comme l’ensemble des secteurs d’activité, peut bénéficier des apports de la technologie et du numérique pour améliorer ses conditions de production, sa traçabilité, voire mêmes ses produits. l’IoT (Internet des Objets) est notamment un premier vecteur fondamental de la transformation des entreprises, y compris dans le monde agricole et le secteur du vin. Imaginez la possibilité d’analyser des historiques de production, des informations précises sur la météo, la température, ou encore l’humidité des sols grâce à des capteurs posés près des pieds de vigne. Nous pouvons aussi envisager recourir aux images satellites de parcelles de vignes, utilisées par des solutions d’Intelligence Artificielle pour améliorer la productivité viticole, limiter la consommation d’eau ou encore faire de l’analyse prédictive pour anticiper les intempéries. Allons plus loin et imaginons une traçabilité des produits sans faille, sur-mesure, grâce à la technologie blockchain, mais aussi l’authentification d’une bouteille ou encore l’amélioration de l’expérience client. Suivez-nous dans l’exploration des opportunités offertes par la Blockchain dans le secteur du vin.

Quatre opportunités blockchain à ne pas rater dans le monde du vin 

Le secteur du vin est, nous l’avons vu, un secteur porteur et avide d’innovations technologiques. Avec plus de 32 milliards de bouteilles consommées dans le monde en 2018, et une production de vin français de 3,7 milliards de litre faisant du pays le deuxième producteur de vin mondial (16% de la production mondiale), les enjeux sont de taille. Pour répondre aux nouvelles exigences, la blockchain promet des opportunités intéressantes dans une filière en forte croissance. 

Regardons de plus près :

  • L’authentification d’une bouteille : la contrefaçon coûte cher dans le secteur du vin, or, au moins 20% du vin vendu dans le monde serait contrefait. La blockchain offre une riposte de taille face à cette menace de taille : en permettant la traçabilité inaltérable et décentralisée de toutes les étapes du processus de production et de distribution d’un vin, mais aussi en permettant d’authentifier et de certifier une bouteille a posteriori. En 2016, l’authentification d’une bouteille de vin était certifiée pour la première fois sur une blockchain, grâce à The Chai Method ® développée par la spécialiste de la fraude Maureen Downey et l’entreprise technologique Everledger. Chain Wine Vault collecte ainsi et encrypte dans la blockchain 90 types de données liées à une bouteille, allant des photos haute résolution jusqu’à l’historique des propriétaires du vin et ses conditions de stockage. Ce coffre-fort virtuel est ainsi mis à jour à chaque événement de la vie d’une bouteille et l’URL vers la chaîne authentifiée est exposée en même temps que la bouteille lors d’une vente par exemple.
  • La traçabilité tout au long de la chaîne de production : ceci permet de rassurer le consommateur sur la provenance du vin et d’en garantir son authenticité. La plateforme The Oversea Liquor tracking platform, développé par VeChain, utilise une blockchain pour authentifier des bouteilles de vin. Le concept est simple, le consommateur accède aux données produits par la blockchain en scannant le QR Code ou la puce NFC de chaque bouteille avec l’appli VeChain. Cette puce est aussi scellée au bouchon afin d’éviter qu’une bouteille ouverte soit remplie à nouveau et remise dans le circuit de distribution.
  • L’amélioration de l’expérience client : en traçant le cycle de vie d’un vin et en le rendant accessible simplement, la blockchain fait la promesse d’une expérience client augmentée pourtant traditionnellement résumée à quelques lignes au dos d’une bouteille. L’expérience proposée par MyStory, développée par l’entreprise DNV GL propose, à partir d’un simple scan du code placé sur la bouteille, de fournir des informations sur les différentes caractéristiques du vin, son processus de production, ses conditions de conservation afin d’offrir au consommateur un achat informé. La blockchain permet en outre que les informations demeurent inaltérables et accessibles en tout temps.
  • La fidélisation du client : le constat est clair aujourd’hui, malgré plus de 32 milliards de bouteilles de vin vendues par an dans le monde, la grande majorité des vignobles ne maîtrisent pas leur chaîne de distribution et ne connaissent pas leurs clients. C’est pour remédier à cela que VinX propose une plateforme blockchain permettant aux vignobles de commercialiser leurs vins en direct par l’émission de contrats à termes. Avec ce procédé, les bouteilles vendues sont ainsi matérialisées sous forme de jetons pouvant être échangés jusqu’à la disponibilité effective du vin.

Nous l’avons vu, les cas d’usages sont multiples pour implémenter la technologie blockchain dans la filière du vin, sans parler de l’amélioration du modèle de financement des vignobles qui peut également être repensé grâce à l’authenticité garantie par la blockchain.

Regard croisé sur les nouveaux venus dans la filière du vin

A l’heure où de nombreux acteurs de la grande distribution développent et enrichissent les outils de traçabilité des produits sur la chaîne de production, la filière du vin surf, elle aussi, sur la vague des innovations technologiques pour proposer aux clients, consommateurs et fournisseurs de bénéficier d’un haut niveau d’authentification et de traçabilité offerts par la blockchain. Allons voir du côté des start-ups ce qui s’y trame.

  • WineDex, l’application lancée par IdealWine, première maison de vente aux enchères de vin en France, repose sur une blockchain construire à partir du réseau Ethereum et s’appuie sur la technologie RFID, des radio-étiquettes permettant de sauvegarder et récupérer des données à distance. Mais l’application ne s’arrête pas là, elle joue également le rôle de registre sur le marché secondaire, permettant aux utilisateurs de suivre le transfert de propriété directement via la plateforme, suite à une vente de gré à gré par exemple. Cyrille Jomand, PDG d’IdealWine, imagine même à plus long terme un dernier pas de l’application vers la tokenisation du vin. Un DEX (Decentralized exchange) permettrait aux parties prenantes de s’échanger leurs bouteilles de vin en direct, tel une plateforme de trading. 
  • EzLab, start-up italienne, intègre la blockchain pour suivre et garantir la traçabilité de l’ensemble de la filière de production de manière certifiée et transparente, sur le modèle de VeChain citée plus haut.
  • Vinsent, fournit un accès facilité à la vente sécurisée en primeur grâce aux atouts indéniables de la blockchain, en permettant de suivre le contrat et en assurant l’authenticité des bouteilles. “Grâce à notre appli le vignoble peut commencer à vendre des vins à terme dès la vendange en générant des liquidités et en renforçant sa communauté” indique ainsi son fondateur.
  • O’Wine propose lui de lutter contre les problèmes de contrefaçon en développant une solution originale de gravure laser avec une inscription de l’achat dans la blockchain. Toute l’histoire de la bouteille figure ainsi dans la blockchain.

Alors, prêts à blockchainiser votre canon pour sauver les vignerons ? 

Un article co-rédigé avec Karen Jouve, consultante en transformation digitale chez Wavestone.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin est des crypto-monnaies

or-blockchain-suisse

CoinShares lance un réseau de tokens basés sur l’or sur une sidechain Bitcoin

Le gestionnaire d'actifs numériques CoinShares met de l'or sur la blockchain bitcoin.
projet-Libra-secoue-banques-centrales

Le Libra est un coup de fouet pour les banques centrales

Selon le chef de la banque centrale de Suède, le projet de cryptos Libra est en train de secouer les banques centrales.
ciphertrace-cryptos-API

Le service d’analyse blockchain de CipherTrace couvre maintenant 700 cryptos !

Les transactions de plus de 700 crypto-monnaies sont désormais consultables via l'offre blockchain de CipherTrace.

Le Pays de Galles lance sa propre cryptomonnaie !

Le Pays de Galles, cette charmante région du Royaume-Uni, prévoit de lancer sa propre cryptomonnaie pour stimuler l'économie locale des petites et moyennes entreprises (PME). Ces petites et moyennes entreprises sont les plus à même de bénéficier de cette cryptomonnaie qui faciliterait les échanges et…

TON : Telegram suspend son channel et efface son historique

Faisant suite à la charge de la SEC (Security and Exchange Commission) qui a déclenché les hostilités vendredi, le projet TON de Telegram est dans la tourmente. Symptôme de la sensibilité de la situation : Telegram vient de suspendre ses communications et d'effacer l'intégralité des…