MakerDAO, est un des projets fondateurs de la finance décentralisée (DéFi), débuté dès les années 2014 par une équipe de codeurs qui cherchaient à réduire la problématique de volatilité des cryptomonnaies. Résultat, en 2017 le premier stablecoin basé sur la blockchain Ethereum voit le jour, il s’agit du token DAI, qui a été programmé pour maintenir un cours 1 pour 1 avec le US dollar, ainsi 1 DAI = 1 USD. De la même manière qu’un autre projet de l’écosystème Défi comme Compound, MakerDao dispose d’un token dédié, le MKR qui permet à ces possesseurs de voter et ainsi prendre part à la gouvernance du projet MakerDAO. Aujourd’hui, la valeur des investissements placés dans le protocole MakerDAO représentent une valeur de plus d’1,3 milliard de dollar. TheMakerDAO est à ce titre un projet solide – voire fondateur – qui vaut vraiment le détour, tant pour son historique que pours les possibilités que son protocole ouvre. Dans cet article attachons nous à mieux comprendre l’historique de MakerDAO, son fonctionnement mais aussi les figures fondatrices et actuelles du projet qui vous le verrez n’a pas été épargné par les controverses !


Le stable coin DAI, aux origines du projet de Maker

Au centre du projet on retrouve ainsi le stablecoin DAI. En 2017, il devient ainsi le premier stablecoin basé sur la blockchain Ethereum. Le concept même de Stablecoin a émergé pour faire face à un réel besoin de stabilité sur le marché des cryptomonnaies. DAI permet ainsi en quelques sortes de poursuivre l’objectif premier du Bitcoin et qui est clairement évoqué dans le Livre Blanc présentant ce dernier et publié par sa majesté Satoshi Nakamoto. Si le Bitcoin connaît des hauts et des bas dans l’évolution de son cours, le DAI a une valeur qui est programmé pour rester fixée aux alentours de la valeur du dollar américain, monnaie Fiat jugée encore aujourd’hui comme étant une monnaie de référence à l’échelle internationale.

Un stablecoin pas comme les autres

La spécificité de DAI par rapport à d’autres stablecoins comme Tether ou même l’initiative Libra proposé par Facebook est que la valeur d’un DAI n’est pas maintenu par un organisme de contrôle central qui garantit 1 USD stocké dans un coffre fort pour 1 DAI émis sur le marché. La valeur d’un DAI est maintenue grâce à plusieurs mécanismes sur les marchés qui automatisent la vente de DAI lorsque le cours dépasse le cours du dollars, ou dans le sens contraire automatise l’achat de DAI lorsque ce cours est trop bas, ce mécanisme permet ainsi d’ajuster la valeur du stablecoin pour conserver une volatilité minimum et lui permettre ainsi de jouer pleinement son rôle, à savoir :

  • être une monnaie d’échange pour régler des achats ou réaliser des paiements de manière rapide aux quatre coins de la planète. Le stablecoin allie ainsi les avantages d’une monnaie Fiat stable et les avantages technologiques d’une cryptomonnaie, sans oublier l’aspect décentralisation.
  • être une réserve de valeur, une fois de plus on joue ici sur la faible volatilité du cours, si les traders assidus préféreront investir dans des cryptomonnaies comme Bitcoin pour maximiser les gains, les personnes qui souhaitent minimiser les risques et protéger la valeur détenu en cryptoactif iront vers le DAI. C’est notamment le cas dans des pays dont la monnaie nationale fait l’objet de phénomènes d’hyperinflation que nous avons oublié dans les pays occidentaux, le cas du Venezuela est ainsi très parlant avec des millions de personnes qui préfèrent détenir des stablecoins plutôt de la monnaie nationale vénézuélienne.

Dès lors, comment fonctionne l’émission de nouveaux DAI sur le marché ?

C’est en comprenant le protocole de création de DAI que l’on comprend mieux en quoi le projet MakerDAO est au coeur de l’émergence de la DeFi. En effet contrairement à d’autres cryptomonnaies comme Bitcoin, Ether etc… qui sont émises par un procédé de type minage, préminage ou tout simplement directement émisent sur le marché, le DAI émis représente une dette. Le DAI est ainsi ce que l’on appelle sur le marché de DéFi un stable coin émis contre le placement de “Collaterals” dans le protocole MakerDAO.

Pour mieux comprendre le fonctionnement, un exemple vaut toutes les explications. Imaginons que vous disposiez de 100 ethers dans votre portefeuille de cryptos et que vous souhaitez emprunter des cryptomonnaies DAI. Vous devrez pour cela placer un montant, disons que vous placez vos 100 ethers dans le protocole, vous pourrez ainsi emprunter avec un ratio représentant 66% de votre collateral en DAI. Ainsi pour 100 Ethers vous pourrez obtenir une valeur de 66 Ethers en DAI. Les DAI ainsi obtenus pourront être échangées comme n’importe quelle cryptomonnaies sur les marchés.

Pour récupérer l’intégralité de votre collateral, vos 100 Ethers dans le cas précédent, vous serez dans l’obligation de payer la valeur des DAI empruntés ainsi que les frais de stabilité. Lorsque vous rembourserez votre crédit en DAI, ceux-ci sont détruits par le système dans l’objectif de conserver une stabilité optimale du cours.  Le système reproduit ainsi le fonctionnement de la dette et du crédit que l’on peut retrouver dans le système financier classique.

De 2017 à 2019 le protocole MakerDAO s’est ainsi imposé comme le numéro sur le marché de la Défi avec plusieurs millions de dollar d’Ethers placés dans le protocole et qui ont permis d’émettre de nombreux DAI, avec le développement de la Défi, le protocole de MakerDAO a évolué en 2019 pour passer d’un protocole basé sur une seule cryptomonnaie collatérale, l’Ether, à un protocole multi-collateral.

Le projet et le protocole DéFi de Maker évolu

En novembre 2019, le DAI que l’on a connaissait depuis 2017 est ainsi devenu le SAI et a laissé la place au DAI nouvelle génération. L’évolution du protocole ne s’est pas faite sans douleurs et on y reviendra à la fin de notre article.

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Ce changement de protocole d’un unique collateral vers un multiple collateral permet plusieurs évolutions. La première est que l’Ether n’est plus la seule cryptomonnaie a pouvoir être utilisée pour émettre de nouveaux DAI. En effet toutes les cryptomonnaies de type token Ethereum pourront être utilisées comme collatéral après avoir fait l’objet d’un vote par les personnes qui gouvernent l’organisation décentralisée MakerDAO. Rappelons ici que les votes sont effectués via les tokens Maker (MKR). Actuellement MakerDAO passe en revue près de 7 cryptomonnaies qui pourrait ainsi venir compléter l’offre actuelle de collateral.

La deuxième évolution avec le changement de protocole permet dorénavant de gagner des intérêts sur les DAI que vous détenez. MakerDao a ainsi mis au point la plateforme Oasis qui lorsque vous déposez vos DAI sur celle-ci vous verse des intérêts de manière automatique. Au-delà de la possibilité d’emprunter des cryptomonnaies, les détenteurs de DAI peuvent dorénavant les placer et obtenir des intérêts sur celui-ci.

Red Pill vs Blue Pill (or even Purple Pill) ? Telle est la question

Si le stablecoin DAI de MakerDAO a éliminé la problématique de la volatilité, ils n’ont pas fait de même avec celle de la gouvernance. En effet MakerDAO est un projet qui est décentralisé par nature, on retrouve à sa naissance une communauté de développeurs situés aux quatres coins du monde. Mais avec le succès qu’a connu le projet un phénomène de centralisation a commencé à naître.

Une centralisation en lien avec un intérêt grandissant de venture capitalistes qui veulent parier gros sur MakerDAO et l’ensemble du secteur de la DéFi. A la manœuvre on retrouve d’ailleurs les mêmes sociétés qui ont investi dans l’autre protocole du moment, à savoir Compound. C’est ainsi que le fonds d’investissement Andressen Horowitz a investi près de 27 millions de dollars dans MakerDAO en 2017 et 2018. Un investissement supplémentaire a été effectué à hauteur de 27,5 millions de dollars par plusieurs fonds d’investissements spécialisées dans les projets en lien avec la technologie blockchain et les cryptomonnaies, ces sociétés sont DragonFly Capital et Paradigm. Au total c’est ainsi près de 10% des jetons MKR qui sont détenus par ces fonds d’investissements basés pour la plupart à la silicon Valley.

C’est dans ce cadre qu’Andy Milenius, l’ancien CTO de MakerDAO met en ligne un papier qui fait depuis grand bruit autour du projet et de sa problématique de Gouvernance. En effet il explique que le fondateur de MakerDAO, à savoir Rune Christensen a proposé a fait une offre aux membres de Maker, ces derniers aurait ainsi le droit de choisir entre deux options.

D’un côté, la pilule rouge, avec celle-ci MakerDao se centraliserait autour de Rune Christensen avec la fondation MakerDAO à la manoeuvre du projet. De l’autre la pilule Bleu pour les membres du projet qui n’accepterait pas la rouge, ils auraient le droit de contribuer au projet de DAI Multicollateral jusqu’à son terme et seront par la suite remerciés. Autant dire que la pilule n’est clairement pas passée auprès de ceux visés par cette annonce du fondateur de MakerDAO qui a jugé nécessaire de centraliser les décisions au sein de la fondation MakerDAO afin de faire avancer le projet. Une partie des développeurs a ainsi quitté le navire après avoir proposé un projet dissident de… pilule violette, la couleur faisant ainsi référence à une proposition alternative à la rouge ou la bleu.

Avec cette décision, Rune Christensen a ainsi affirmé sa position dans la cryptosphère et dans le monde de la DéFi de manière plus spécifique. Aujourd’hui après la controverse, les équipes de MakerDAO préparent la véritable décentralisation avec une fois de plus un protocole permettant d’encadrer les prises de décision des votants. Affaire à suivre donc pour voir si MakerDAO réussira ou non le défi d’avoir créer un véritable DAO (Organisation autonome décentralisée).

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Le future de la finance (dé)centralisée ?

MakerDAO domine aujourd’hui le secteur de la Finance décentralisée, un secteur qui gagne un intérêt de plus en plus important auprès du grand public, pour preuve, les sommes investies qui ont littéralement explosées ces derniers mois. On dénombre ainsi près de 4 milliards de dollars de cryptoactifs placés dans des protocoles de finance décentralisée. Fort de son expérience MakerDAO a pour objectif de continuer à étendre son protocole auprès des acteurs de la finance institutionnelle, dans leur vision le DAI va aussi pouvoir s’imposer comme une monnaie parfaite pour réaliser des transferts monétaires internationaux de manière rapide. Alors, près de 12 ans après le Bitcoin, le DAI et tous les services DéFi qui l’entourent représentent potentiellement le future des cryptomonnaies et plus globalement le future des services financiers.