E-Dinar : la CBT dément, les russes rétro-pédalent, le doute demeure

Après un phénomène de buzz assez conséquent ce week-end à l’annonce du lancement par la Tunisie d’une première « vraie » cryptomonnaie nationale, la Banque Centrale de Tunis (CBT) a quelque peu refroidi les ardeurs.

Aucun projet ne serait en réalité en cours de formalisation avec la société russe Universa Blockchain.

Difficile en l’état de savoir si la start-up russe s’est emballée, a tenté un bon vieux « pump and dump » ou a tout simplement été la victime collatérale d’une communication mal calibrée et au timing incertain.

E-Dinar, ou E-Bobard ?

L’ambiance internationale s’y prête, les technos sont disponibles, les Etats et Banques Centrales s’observent en chien de fusil à travers le monde…Quelle sera la premiere nation à officiellement se lancer dans la grande course à la monnaie numérique ?

Il y a deux jours, le monde a pensé avoir un gagnant. En effet, tout indiquait que la Tunisie serait précurseur sur le sujet, avec le lancement imminent d’un E-Dinar, forte de l’assistance de la crypto-société russe Universa Blockchain.

Las, après une période de buzz festif vient l’inévitable gueule de bois. La Banque Centrale de Tunisie vient ainsi de doucher les espoirs de tout le monde en opposant un démenti ferme : Point de monnaie numérique d’Etat tunisienne, RIP E-Dinard, petit cœur parti trop tôt.

« Ces rumeurs sont infondées. La [Banque centrale de Tunisie] n’a pas engagé la moindre relation, de quelque nature que ce soit, avec un fournisseur national ou étranger dans le but de créer une monnaie numérique. » Communiqué de la Banque Centrale Tunisienne du 12/11/2019

Reculer pour mieux sauter ?

Selon des observateurs proches du dossier, si l’autorité monétaire centrale a été prompte a réagir c’est parce qu’au delà de ce cafouillage un peu théâtral, le sujet d’une monnaie numérique, et plus exactement d’une Monnaie numérique de Banque Centrale (CBDC, central bank digital currency) constitue un sujet à la fois sérieux et sensible.

Ainsi, au même titre que nombre de ses homologues à travers le monde, la Banque Centrale Tunisienne réfléchit sérieusement à la mise en place d’un tel outils. Et dans ces circonstances, elle est un peu obligé de l’admettre sans avoir l’air d’y toucher :

« Nous étudions toutes les alternatives existantes. Cependant, il n’y a pas de plans immédiats pour la mise en ligne d’un E-Dinar : La banque étudie les opportunités et les risques inhérents à ces nouvelles technologies, notamment en termes de cybersécurité et de stabilité financière. » 

« Il n’y a pas de plan immédiat ». Tout est dit, dans le feutré.

Et Universa Blockchain dans tout ça ?

Il n’a pas fallu longtemps pour que les regards (et les accusations) se braquent vers la crypto-société russe Univers Blockchain, supposée travailler main dans la main avec la Tunisie à l’emergence du E-Dinar.

Retour sur un emballement

Il n’est pas inutile dans ce contexte de souligner qu’Alexander Borodich, PDG d’Universa, n’avait pas ménagé sa peine dans les semaines précédentes.

Il avait en effet présenté le projet de E-Dinard au AI & Blockchain Summit de Malte avant d’exposer plus avant le principe de la devise numérique à l’occasion du FOREX Exchange Club (think tank bancaire tunisien réunissant les acteurs financiers du pays et dont c’était le 50eme anniversaire). Cet événement, réunissait décideurs, investisseurs et banquiers autour de conférences et d’un programme qui faisait la part belle aux cryptoactifs et à leur avenir.

C’est cet événement que l’agence de presse russe TASS évoque initialement, donnant du même coup le top départ de l’emballement médiatique autour du E-Dinar. L’agence – au même titre que les canaux officiel du Forex Exchange Club – mentionne ainsi notamment que la réunion a donné l’occasion d’un transfert symbolique de Dinar numérique entre le chef de la banque centrale tunisienne Marouane El Abassi et un représentant du FMI (très vraisemblablement Herve Tourpe, représentant l’institution lors de la conférence).

Banque Centrale, FMI, transfers de dinars via blockchain. Le carburant étaient mis à disposition pour l’embrasement généralisé qui allait suivre. La dépêche russe n’avait plus qu’à mettre le feu au poudre.

La Banque Centrale Tunisienne recadre le débat

Quelle soit la teneur réelle et le niveau de la coopération entre la CBT et la société Universa Blockchain, la Banque Centrale tunisienne finit par clore le débat. Tout cela n’est en réalité qu’ un « malentendu » :

« Ce test de POC (preuve de concept) a été sorti de son contexte et est devenu une opération de marketing où le nom de la Banque Centrale Tunisienne a été utilisé à mauvais escient. »

Universa Blockchain tente d’éteindre l’incendie : parlons du U-Dinar !

Un malentendu. Universa Blockchain ne parle finalement de rien d’autre dans un communiqué de presse en date du 12/11 qui expose la chronologie suivante :

  • Le 7 novembre, Universa Hub Africa a lancé uDinar, soutenu par le dinar tunisien, en tant que preuve de concept (PoC).
  • L’application PoC utilise une technologie de registre décentralisée basée sur une blockchain locale hébergée par Agence Tunisienne de l’Internet. L’Agence est notre partenaire en termes de solutions Universa en Tunisie.
  • Universa Hub Africa a été invité en tant que partenaire technique pour présenter son projet au Congrès tunisien Forex.
  • Aucune question d’émission de CBDC liée à uDinar n’a été discutée à cette occasion.
  • La CBT envisage diverses alternatives pour la numérisation future de la monnaie et n’est pas contractuellement liée sur ce sujet avec Universa Hub Africa.
  • L’interprétation erronée dans les articles qui ont suivi n’était pas basée sur des allégations émanant d’Universa ou de Représentants officiels de la CBT
Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

Si, au même titre qu’Universa Blockchain, la Tunisie semble jouer à un drôle de jeu, difficile pour la société russe d’échapper dorénavant à des accusations de manipulation du marché. On rappellera en effet que l’annonce de la nouvelle avait littéralement – et plutôt logiquement – envoyé le token d’Universa droit vers la Lune (il a depuis repris vigoureusement la route du Sud). 

Simple manipulation permettant aux dirigeants d’Universa de récolter de l’argent facile ? Jeu trouble de la Banque Centrale de Tunisie ? soyons certain que ce dossier n’est pas clôt. 

Un projet blockchain à 40 milliards pour la lutte contre le changement climatique

Les arguments des détracteurs du Bitcoin (BTC) et des cryptos en général sous l'angle de la menace environnementale, sont mis à mal ces derniers temps. Philip Gladwel, Économiste en Chef de Chainalysis, avait blanchi (en partie) le BTC de son image de Bad Coin. Récemment,…

Nouveau partenariat de Ledger pour le stockage de Bitcoin (BTC) et cryptomonnaies

DXM, une filiale de services financiers de la fintech sud-coréenne Dunamu, vient de s’associer à Ledger, la bien-connue firme crypto spécialisée dans le stockage « à froid » de Bitcoin et de nombreuses autres cryptodevises. Ce nouveau partenariat consacre le lancement d’un service institutionnel de…

La Banque Centrale chinoise s’apprête à lancer les premiers tests du crypto-yuan

La Chine envisage d’effectuer le premier test en conditions réelles de la monnaie numérique de la Banque centrale (CBDC). Le 9 décembre, le journal local Caijing a rapporté que le projet pilote initial de la CBDC sera mis en œuvre dans la ville de Shenzhen…

Le navigateur crypto BRAVE dépasse les 10 millions d’utilisateurs

Brave confirme le très bon démarrage de son navigateur, après le lancement de la version stable 1.0 à la mi-novembre. Selon les responsables de l'application, le nombre d'utilisateurs a connu une forte croissance en décembre, séduisant 1,7 million d'internautes supplémentaires, soit un bon de +…

KT et China Mobile proposent conjointement des services 5G basés blockchain

En Asie, deux grandes sociétés de télécommunications collaborent dans le cadre de la mise en place de divers services, dont un système de blockchain. KT, principal acteur du marché des télécoms en Corée du Sud, et China Mobile renforcent ainsi leur coopération tout en manifestant…