Epresspack et Keeex s’associent pour authentifier la communication des entreprises sur la blockchain

Epresspack Keeex

Alors que plus un jour ne passe sans que l’on parle de fake news ou de deep fakes, Epresspack, entreprise spécialisée dans la gestion des contenus de communication pour entreprise s’est associée avec la start-up Keeex, spécialisée en technologie blockchain, dans le but d’offrir à ses clients une solution unique pour authentifier leurs communiqués de presse. 

Ainsi, grâce à la technologie blockchain, les communiqués publiés sur les plateformes “Powered by Epresspack” pourront bénéficier d’une traçabilité qui garantira l’authenticité de l’information délivrée. 

Désormais, comment seront authentifiés et protégés ces documents avec la technologie blockchain ? 

Le système d’authentification par la blockchain sera directement intégré dans les plateformes Epresspack et n’impactera pas le client dans ses processus habituels. De plus, cette nouvelle technologie constitue une solution unique qui répond à des besoins multisectoriels. Concrètement, les documents tracés et protégés par la technologie blockchain seront facilement reconnaissables grâce à un logo apposé en bas à droite de chaque page du document. Afin d’éviter de nouvelles fake news, un lien d’authentification permettra en toute transparence à n’importe quel lecteur du document d’en vérifier son authenticité. 

La solution développée par Epresspack a déjà convaincu plus de 300 clients. Ces clients disposent ainsi d’une plateforme sur laquelle ils peuvent publier des communiqués qui pourront être facilement relayés dans la presse. Cette plateforme leur donne également accès à des données augmentées concernant leurs outils de communication.  

De l’autre côté, la plateforme devient une véritable mine d’or pour les médias,qu’il s’agisse de journalistes, d’investisseurs ou encore d’influenceurs, tous peuvent y trouver des sources d’informations provenant directement des entreprises. Aujourd’hui, grâce à la blockchain, cette source d’information devient encore plus qualitative, sécurisée et transparente.  

Antoun Sfeir, à l’origine de la création d’Epresspack, déclarait ainsi : 

“A l’heure des fake news, la véracité des informations est un enjeu majeur. En proposant une solution qui permet de protéger, dater et authentifier, la technologie blockchain répond à un véritable besoin des marques sans provoquer un bouleversement des processus de communication.” 

Une dizaine de clients ont déjà été convaincus par l’offre blockchain proposée par Epresspack et Keeex. L’objectif du partenariat entre le spécialiste des médias d’un côté, et la signature numérique de l’autre, est celui de doubler le nombre de clients d’ici l’automne 2019. 

Le président de Keeex, Laurent Henocque, déclarait à son tour : 

“La technologie blockchain apporte une véritable valeur ajoutée aux contenus communiqués sur la plateforme. Elle permet notamment d’attester de l’intégrité, de l’origine, de la date et de l’existence de chaque document sur la blockchain. Ces informations validées par la technologie sont donc une source d’information rare pour les journalistes. La solution permet également d’éviter que de fausses informations soient reprises par des chatbots ou autres intelligences artificielles, déjà largement utilisés par de nombreux médias.”

Ce projet est un bel exemple de partenariat entre deux entreprises françaises du secteur des médias et de la technologie. 

Epresspack, créée en 2011 par Antoun sfeir, compte déjà plus de 300 clients parmis lesquels on retrouve notamment Aston Martin, BNP Paribas ou encore Sanofi et Louis Vuitton. L’objectif de l’entreprise est de proposer à ses clients des logiciels de gestion de contenus qui permettent aux marques de gérer au mieux leur communication. Le succès des solutions Epresspack a permis d’engager un développement à l’international au Royaume-Uni, aux Etats-unis et au Canada. 

L’histoire de Keeex est un peu plus récente avec une création en 2014, la start-up française est rapidement devenue leader de la signature numérique. Le procédé d’identification développé est une solution unique qui a été breveté, si cela repose sur la blockchain, la solution de Keeex va encore plus loin. Elles compte déjà des noms prestigieux parmis ces clients comme SNCF, EDF, Orange et la Société Générale. Les projets de Keeex sont aujourd’hui incubés à la station F et accélérés par ZEBOX, l’accélérateur créé par le groupe CMA-CGM. Enfin, pour couronner son succès, Keeex a récemment reçu le prix innovation award décerné par la Société Générale et Wavestone.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin est des crypto-monnaies

eToro enrichit son offre de stablecoins

Rand, Lire turque, Dollar de Singapour…5 nouveaux stablecoins sur eToroX

La célèbre plateforme de trading social eToro enrichit son panel de stablecoins. C'est ainsi 5 nouveaux jetons, adossés à leurs monnaies nationale respectives, qui débarquent sur la filiale crypto de l'exchange eToroX, parmi lesquels le Rand sud-africain (ZARX) ou la lire turque (TRYX). D'autre actifs sont également…

E-Dinar : la CBT dément, les russes rétro-pédalent, le doute demeure

Après un phénomène de buzz assez conséquent ce week-end à l'annonce du lancement par la Tunisie d'une première « vraie » cryptomonnaie nationale, la Banque Centrale de Tunis (CBT) a quelque peu refroidi les ardeurs. Aucun projet ne serait en réalité en cours de formalisation…

La cryptomonnaie de Manny Pacquiao est maintenant disponible !

Le fameux boxeur et politicien philippin Manny Pacquiao a annoncé que son token, le PAC, sera disponible à l'achat sur la plateforme d'échange crypto GCOX basé à Singapour grâce à une première offre d'échange le 12 novembre.

La Chine encense le Bitcoin dans ses médias

L'agence de presse officielle chinoise Xinhua News Agency a publié un rapport reconnaissant Bitcoin (BTC) comme "la première application réussie de la technologie blockchain".
Vers un E-Dinar en Tunisie

E-Dinar : la Tunisie, première nation à émettre une devise numérique nationale ? [démenti]

Maj du 12/11/19 : La banque centrale tunisienne a démenti œuvrer avec Universa Blockchain à un E-Dinar. De nombreuses zones d'ombres demeurent dans ce dossier. Affaire à suivre. Alors que tous les yeux sont braqués vers la Chine, la Tunisie serait-elle sur le point de…