Fondation de Droits de l’Homme : l’anonymat des stablecoins est très relatif

Human Rights Foundation (HRF), organisation à but non lucratif, a analysé le paysage de la censure et celui de la protection de la vie privée des utilisateurs de stablecoins dans un rapport publié le 20 novembre dernier. Les cryptos centrées sur l’anonymat des utilisateurs et qui ne sont pas des stablecoins ont enregistré de grosses pertes cette année. Ces pertes se situent entre 24 % et 34 % selon HRF. Cet état de choses aurait été un facteur déterminant pour renforcer l’attractivité des stablecoins notamment dans les pays aux économies hyper inflationnistes.

Pub

Un laxisme des émetteurs de stablecoins ou une volonté de contrôle ?

Selon le rapport, les stablecoins offrent les mêmes avantages que le dollar en termes de stabilité, de plus, le fait qu’ils soient basés sur la blockchain leur permet aussi d’avoir un accès démocratisé. Le HRF affirme en outre que de tels avoirs ont le potentiel de libérer les citoyens de l’effet néfaste des contrôles de capitaux imposés par l’État. Ils permettent également de se soustraire à la surveillance centralisée exercée par les processeurs de paiements numériques ainsi que les autres intermédiaires bancaires et non bancaires. Cependant, au-delà de ces avantages potentiels, le HRF considère que la résilience à la censure et à la protection de la vie privée est un aspect crucial, mais négligé par cette classe de crypto-actifs.

Contrairement aux devises traditionnelles comme le dollar, tous les stablecoins peuvent être détenus et traités sans qu’on ait besoin de connaître les propriétaires et ce, grâce à un système cryptographique de partage de clé publique et privée. Ils sont généralement plus résistants à la censure, à la confiscation par l’État ou à l’extorsion par des criminels.

Toutefois, le rapport signale que plusieurs émetteurs de stablecoins peuvent eux-mêmes compromettre ces différentes protections en introduisant des listes noires. Cette action permet de geler les stablecoins détenus à des adresses spécifiques, pour par exemple contenir l’impact négatif des piratages informatiques.

image.png

Les émetteurs de Tether (USDT), USD Coin (USDC), TrueUSD (TUSD), Pax Standard (PAX) et Binance USD (BUSD) possèdent toute cette fonctionnalité, précise le rapport. Le rapport mentionne aussi une liste de crypto-actifs indexés en dollars indiquant leur niveau de résilience à la censure et à l’anonymat. Il montre en outre que le code de la blockchain et du smartcontrat qui sous-tend lesdits actifs est open source. L’open source permet de scruter les capacités techniques des émetteurs des crypto-actifs ainsi que leur historique de gel des avoirs. Cependant, les données obtenues ne permettent pas quant à elles de comprendre les motivations de ces décisions, indique le rapport. Les auteurs ajoutent :

« Il est intéressant de prendre en compte le fait qu’un crypto-actif est aussi irréversible que sa blockchain sous-jacente. Si Tether ne peut pas geler les USDT en circulation sur Liquid, il ne faut par contre que la volonté de cinq entreprises pour qu’un actif soit gelé. »

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

Les outils de protections actuels sont inadaptés aux stablecoins

Pour ce qui est de la confidentialité, HRF note que des sociétés spécialisées dans l’analyse des blockchains à l’instar de Chainalysis peuvent aujourd’hui surveiller 90 % du volume total des échanges de crypto. Puisque la blockchain est immuable et qu’il est possible de faire des enquêtes sur l’ensemble de la chaîne, l’outillage de protection de l’anonymat est essentiel. On observe pourtant que la plupart des stablecoins sont « extrêmement lacunaires » sur cet aspect selon les termes du rapport.

Le USDT sur Liquid s’en sort avec une note positive tandis que Dai (SAI) sur Ethereum (ETH) est très vulnérable. Le rapport propose une liste restreinte de technologies basées sur Ethereum pouvant aider à pallier à ces insuffisances.

Pub

DOGECoin nous réserve-t-il une magnifique surprise ?

Le réalisateur et producteur américain James Cullen Bressack est très optimiste par rapport à l’avenir du Dogecoin (DOGE). Dans un récent tweet, il a signifié que la cryptomonnaie allait bientôt atteindre la barre des 1 $ et que beaucoup de personnes regretteraient de ne pas…

L’héritier du Bitcoin naîtra t-il dans un stade de Foot ? Lagardère Sport s’associe à Socios (Chiliz)

Le 17 février 2020, la branche Sport du puissant groupe de communication français Lagardère a annoncé avoir noué un partenariat stratégique avec Socios, l'entité derrière la success story crypto Chiliz. On rappellera que ce que propose Chiliz, ce n'est rien de moins que de tokeniser…

Binance Cloud : Votre propre exchange crypto en kit

Le 8 février dernier, le fondateur et PDG de Binance, Changpeng Zhao (CZ), faisait allusion à l'introduction de la plateforme Binance Cloud. Officiellement lancée le 17 février, ladite plateforme est une véritable innovation dans l'industrie de la cryptographie. Selon un article de blog de la…

Le crypto-dollar occupe la scène politique et parlementaire US comme jamais

Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, n'a pas été la seule voix à se faire entendre au Sénat américain cette semaine sur le sujet de l'avenir de la monnaie. Lors de son audition ce jeudi 13 février, Judy Shelton, la candidate de Donald Trump au…

L’Inde se rêve plus démocratique grâce à la blockchain

La Commission Électorale (CE) de l’Inde a donc voté pour le développement d’un système de vote utilisant la blockchain. Ce nouveau système devrait théoriquement permettre d’améliorer la pratique de la démocratie dans le pays. L’Inde devancera-t-elle les pays occidentaux, qui se voient en « champion de…