HSBC va transférer 20 milliards de dollars du papier vers la blockchain

Le groupe bancaire international HSBC explore les fonctionnalités des chaînes de bloc et les atouts de leur utilisation, selon les récentes révélations de l’organe de presse Reuters. À court terme, une plate-forme dénommée Digital Vault basée sur la blockchain sera opérationnelle pour suivre des placements valorisés à 20 milliards de dollars d’actifs.

Pub

L’usage d’un coffre-fort numérique testé par HSBC

La prochaine démarche de la Banque HSBC est annoncée comme sans précédent, du moins sur le plan du volume de fonds brassés. Avant la fin du premier trimestre 2020, l’enseigne ayant des représentations dans un peu moins de 100 pays du globe mettra en place une nouvelle plate-forme basée sur les chaînes de bloc.

Ce support prendra le nom de Digital Vaulttraduit par coffre-fort numérique – et sera destiné principalement aux investisseurs. Grâce à cette future plate-forme, les utilisateurs auront désormais la possibilité d’accéder facilement et en temps réel aux enregistrements de titres achetés sur des marchés privés, précise un porte-parole de la banque.

Dans le détail, il est annoncé que la plate-forme aura entre autres fonctions la numérisation des enregistrements papier représentant des placements privés. Pour ce faire, les technologies de la blockchain seront utilisées, ce qui aura comme avantage de réduire le temps requis pour la vérification des fonds manipulés.

Ce sont pas moins de 20 milliards d’actifs financiers qui seront concerné par ce qui constitue un des plus grands transferts d’actifs financier vers la blockchain, particulièrement émanant d’une entreprise traditionnelle (même si HSBC s’intéresser de très prêt au sujet depuis un petit moment déja).

Sur ce marché en particulier, la Banque HSBC indique qu’elle gère jusqu’à 50 milliards de dollars d’actifs, mais que les solutions sont aujourd’hui limitées. La conservation et le suivi des enregistrements sont en effet réalisés actuellement avec un support classique… le papier. Avec un tel dispositif obsolète, l’accès aux informations s’avère difficile et chronophage. HSBC, ainsi que l’ensemble des banques, ont ainsi tout à gagner à développer des solutions basées sur les chaînes de bloc.

Dans sa quête perpétuelle de transformation et pour confirmer sa prédisposition aux démarches innovantes, HSBC entend utiliser sa future plate-forme pour suivre la bagatelle de 20 milliards de dollars d’actifs.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

L’Inde mise sur la blockchain pour améliorer l’école publique

Selon l’agence de presse Press Trust of India, Ravi Shankar Prasad, Ministre Indien des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) aurait demandé à la National Informatics Center (NIC) de concevoir des solutions basées sur la technologie de la blockchain pour améliorer la qualité…

Passe d’armes entre Binance et Chainalysis sur fonds de respect des normes anti-blanchiment

Il avait su garder son calme face à un Vitalik Buterin qui ne ratait pas une occasion d’attaquer Binance sur le fait que celui-ci n’est un DEX que de nom. Mais le rapport de Chainalysis mettant en cause Binance dans des transactions illégales de 2,8…

Maduro, Petro et Casino, le tiercé gagnant ?

Nicolas Maduro joue-t-il avec l’avenir de son pays ? Le Président du Venezuela a annoncé l’ouverture d’un casino international à l'hôtel Humboldt de Caracas, un crypto-casino où tous les paris devront être placés en Petro (PTR). Maduro est en effet prêt à tout pour faire adopter…

Interdiction des exchanges crypto : La Banque Centrale Indienne se défend maladroitement

En 2018, la Banque Centrale Indienne (BCI) a récemment diffusé un avis demandant à toutes les banques du pays de cesser de fournir leurs services aux exchanges cryptographiques et aux entreprises du secteur. Cette décision avait alors entraîné la fermeture de tous les exchanges ou…

Binance qui modifie discrètement le fonctionnement du token BNB, on en parle ?

Jusqu'à récemment, Binance appliquait scrupuleusement le plan prévu selon lequel la société utiliserait chaque trimestre 20% de ses bénéfices pour acheter, sur le marché, des jetons BNB, dans le but de les détruire (les "brûler") jusqu'à ce qu’il ne reste en circulation plus que la…