Interview de Adil Zakhar, CEO de Keplerk : solution qui permet d’acheter du bitcoin (BTC) chez son buraliste.

Keplerk développe une solution française qui permet d’acheter du Bitcoin (BTC) directement dans en bureau de tabac. Lancée début 2019, cette dernière a pour objectif de démocratiser l’usage de Bitcoin (BTC) en rendant son acquisition plus simple. Nous avons eu la chance de poser toutes nos questions à Adil Zakhar, le nouveau CEO de la start-up made in France.

Bonjour Adil, peux-tu présenter ton parcours en quelques mots ?

Après 10 ans de travail à l’étranger en tant que directeur dans le domaine de l’hôtellerie, je suis rentré en France pour des raisons personnelles. J’ai commencé à m’intéresser à la cryptomonnaie à partir de 2016. J’ai eu envie de m’intéresser plus en détail au fonctionnement des cryptomonnaies puis j’ai voulu faire quelque chose dans ce domaine  avant le pic de 2018. Après avoir rencontré différentes personnes, j’ai intégré l’aventure Keplerk, en tant que directeur de la stratégie puis depuis peu en tant que CEO.

Combien de personnes composent les équipes de Keplerk aujourd’hui ? Comment est financé le projet ?

Nous sommes une start-up d’une vingtaine de personnes aujourd’hui. Nous avons une très belle équipe de développeurs, sans eux rien ne serait possible, ils font un super boulot. Concernant le financement nous avons longtemps hésité à réaliser une ICO, émettre un token ou non. Le temps et les nombreuses arnaques en lien avec des ICO nous ont donné raison de ne pas en réaliser. Nous avons donc fait le choix de démontrer la viabilité du projet. On attend maintenant le bon moment pour réaliser une levée de fonds classique.

En tant que start-up française, vous faites aussi partie du label french tech, est-ce que les déclarations de Bruno Lemaire qui souhaite faire de la France un “Pays prêt à soutenir la révolution blockchain” se font ressentir sur le terrain ?

Ce qui nous aide surtout c’est la mise en place de la loi PACTE et le statut de PSAN (statut de prestataire de services en crypto-actifs). Le label french tech nous a permis de rencontrer de nombreux interlocuteurs, ceux-ci sont assez hétéroclytes. Sur trois personnes, une sera être pro cryptomonnaies, une autre plutôt sceptique et la troisième n’y connait rien. Nous avons un projet qui plait avec des soutiens potentiels au sein du label french tech. En revanche nous n’avons pas obtenu de soutien de la banque de France (Rire). Il y a surtout un clash entre les banques et le gouvernement au sujet des cryptomonnaies.

Parles nous du projet de Keplerk, comment tout cela a commencé ? Quel est la solution proposée ?

La solution Keplerk est née du besoin de simplicité. Avec l’engouement grandissant autour des cryptomonnaies depuis quelques années, de plus en plus de personnes entendent parler de cryptomonnaies et de Bitcoin. Beaucoup ont un désir d’acquérir de la cryptomonnaie. Cependant, le frein majeur du passage à l’achat est la complexité. Il faut comprendre ce qu’est une cryptomonnaie, ce qu’est un wallet, ce que proposent réellement les plateformes d’échanges entre CFD (..) et autres produits de trading. Il y a également un attachement à un aspect physique de la monnaie. Quand je me suis intéressé aux cryptomonnaies j’ai eu ce même ressenti de complexité alors que je m’y connait  au niveau technique, alors j’imagine que cela semble très complexe pour une personne débutante !

Je peux comparer l’achat de Bitcoin (BTC) à une anecdote personnelle : quand j’étais enfant, je souhaitais jouer de la guitare, mais mon père m’a dit que je devais d’abord connaître le solfège. Je ne joue pas de guitare aujourd’hui. Aujourd’hui on peut acheter du bitcoin sans passer par un apprentissage technique trop important grâce à Keplerk.

Keplerk vient donc apporter une solution de proximité pour se procurer du Bitcoin (BTC). Le bureau de tabac est un endroit rassurant pour les consommateurs, de nombreux utilisateurs ont l’habitude d’y acheter des cigarettes mais pas que, on y trouve depuis longtemps des recharges de crédit téléphonique. Début 2017 le gouvernement a proposé aux buralistes de diversifier leur activité afin de pallier à la hausse du prix du tabac. Nous introduisons donc le Bitcoin dans cette diversification et avons une cible de proximité.

Keplerk propose aussi une solution de portefeuille pour stocker les bitcoin (BTC) ?

La poursuite du besoin de simplicité nous a mené à proposer une solution de portefeuille bitcoin en option. Cela permet aux débutants d’acquérir leurs bitcoins rapidement. Notre vocation première n’est pas d’être un portefeuille bitcoin mais comme le besoin est là, nous améliorons le portefeuille afin qu’il soit plus simple et plus rapide pour les utilisateurs de Keplerk. En revanche nous ne communiquons pas la clé privée du portefeuille afin d’éviter les erreurs de débutant qui par mégarde peuvent confondre clé privée et clé publique. Une clé privée publiée sur Internet et on peut perdre l’ensemble de ses cryptomonnaies.

Peut-on transférer les bitcoins (BTC) achetés via Keplerk sur un portefeuille bitcoin existant ?

Oui tout à fait, notre solution est très flexible. Une fois votre ticket Keplerk retiré chez votre buraliste vous pouvez transférer les bitcoins sur l’adresse du portefeuille de votre choix. Ceux qui ont opté pour le portefeuille Keplerk peuvent également les transférer sur un autre moyen de stockage par la suite.

Le secteur des cryptomonnaies fait l’objet de nombreuses attaques cybercriminelles, quelle place est accordée à la cybersécurité chez Keplerk ?

Nous accordons une place très importante à la sécurité. En effet, nous disposons en interne de spécialistes de la cybersécurité. Nous subissons régulièrement des attaques. La dernière en date a duré 10 jours mais n’a pas réussi à passer notre premier niveau de sécurité. Nous sommes donc confiant dans notre capacité à offrir un service sécurisé pour nos utilisateurs.

En temps que nouveau CEO, quels sont les objectifs de développement que tu as fixé pour Keplerk ?

Notre développement en France et à l’international est en cours. Nous travaillons particulièrement au développement de nos applications pour offrir le meilleur service. Concernant les points de vente, nous avons aujourd’hui des accords avec 6000 points de ventes. Si tout se passe bien, nous en aurons 10 000 d’ici la rentrée de septembre. Nous projetons aussi de déployer la solution dans un autre pays européen sous peu.

Bientôt d’autres cryptomonnaies que Bitcoin (BTC) disponibles à l’achat via Keplerk ?

Nous faisons le choix de nous cantonner au Bitcoin et de développer des services autour de la cryptomonnaie. Ce choix s’explique par notre volonté de garder de la simplicité pour les utilisateurs mais aussi pour les commerçants. Pour nous, ce serait très simple de proposer d’autres cryptomonnaies. Mais du côté des commerçants, ils devraient se former aux différentes cryptomonnaies pour fournir des explications aux clients ce qui n’est pas forcément évident pour eux.

Crois-tu en l’adoption globale du Bitcoin (BTC) ?

Je ne serai pas dans le bon business si je ne croyais pas dans le Bitcoin n’est-ce pas ? (Rires).

Ma croyance se base sur des éléments macroéconomiques concrets. Aujourd’hui les intérêts des banques et des gouvernements ne convergent plus. Ces derniers ne bénéficient plus du système actuel monétaire centralisé comme dans les banques. La Grèce l’a d’ailleurs subit fortement, tout comme l’Espagne…

Quel est ton point de vue sur le Bitcoin (BTC) ?

Aujourd’hui Bitcoin a le potentiel pour devenir une monnaie unique mondiale. En effet, ces dernières années les barrières géographiques tombent, il est facile de voyager à l’étranger, le phénomène de globalisation est réel. Une monnaie unique a tout son sens. Les monnaies classiques comme l’Euro et le Dollar ne sont que des approximations des valeurs d’échange. Bitcoin est lui un instrument designé sur-mesure pour être une monnaie d’échange idéale dont le prix serait fixé par l’offre et la demande sur le marché.

Au fil des années, la monnaie a changé de format, du blé au sel à l’or puis au papier jusqu’à une ligne informatique aujourd’hui. Le pouvoir de la monnaie est concentré dans un nombre limité de personnes. La révolution blockchain c’est cela : redonner le pouvoir à tout le monde. Imaginer Bitcoin comme une monnaie mondiale constitue aussi un instrument de paix dans le monde en évitant les crises économiques liées aux variations des taux de change. Quel intérêt à faire chuter le cours d’une monnaie si c’est la même pour tous ?

Le futur de la monnaie et du moyen de paiement est lié avec le sentiment populaire d’une perte de contrôle politique. D’un côté, des Etats en perte de vitesse, et de l’autre, les GAFA affichant des chiffres d’affaires de l’ampleur de PIB nationaux. Nous pouvons imaginer dans une dizaine d’années la monnaie comme étant un regroupement de plusieurs cryptomonnaies et de tokens qui seraient représentatifs des intérêts de chacun. Ainsi, le geste du paiement se transformerait en un geste citoyen. Un moyen simple d’exprimer un désir politique.

Selon toi la critique de surconsommation d’énergie liée au Bitcoin (BTC) est-elle encore recevable aujourd’hui ?

Cette critique peut encore être recevable mais il existe aujourd’hui de nombreux moyens d’y remédier. La première solution consiste à installer des champs de minage de Bitcoin dans les zones de production d’énergies renouvelables qui disposent d’un surplus d’énergie. Les zones de production d’énergies éolienne, hydromarine et solaire disposent d’un surplus d’énergie non utilisé, qui pourrait être mis à profit du minage de cryptomonnaies.

La deuxième solution serait d’utiliser la puissance des navigateurs internet. Lorsque l’on utilise un navigateur, une partie de l’énergie est utilisée pour faire apparaître des publicités. Cette énergie pourrait également servir à miner des cryptomonnaies. Le moteur de recherche Brave travaille dans ce sens et c’est une excellent initiative, à termes ils se développeront de manière globale j’en suis sûr !  

Quel est ton opinion concernant l’engagement des GAFA dans les cryptomonnaies, avec notamment l’arrivée prochaine du “Global coin” de Facebook ?

Je pense que l’intérêt des GAFA pour les cryptomonnaies va permettre d’apporter de l’agilité et de la confiance dans l’écosystème cryptomonnaie. Je crois en une adoption globale des cryptomonnaies. Cependant il y a encore de nombreux sceptiques.

La cryptomonnaie permet d’avoir une liberté et un contrôle total avec un service plus efficace que celui fourni par le système bancaire actuel.

Ta prévision du cours Bitcoin (BTC) à terme ?

Le bitcoin n’est pas destiné à un être un objet de spéculation, même si cela attire certains. Il a été créé pour être une monnaie d’échange. Depuis 2009, les réactions sont toujours les même, quand le cours augmente tout le monde dit que le prix va s’envoler “To the moon !” (Rire) et lorsque le cours est à la baisse tout le monde explique que c’est la fin du Bitcoin ! Cependant le cours augmente, avec des haut et des bas certes. Les modèles d’analyse financière prévoient que le Bitcoin ira au-delà des 100 000 euros.

Ton mot de la fin sur Keplerk ?

Le service a été lancé début 2019 et ce fut un grand succès. Le retour à la hausse du cours du Bitcoin participe aussi du succès de Keplerk. Nous avions dû stopper le service afin de réaliser des améliorations techniques sur les opérations. La version 2.0 est prête à être lancée pour permettre un retour du service Keplerk dans le courant du mois de Juin. Un gros travail a été réalisé pour cette nouvelle version notamment afin d’améliorer la facilité d’utilisation pour les clients.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin est des crypto-monnaies

6 ans après Bitcoin, satoshi rentre dans le dictionnaire d’Oxford

Le satoshi, la plus petite unité de compte composant un bitcoin (BTC), vient d'être accueilli dans la prestigieuse enceinte du Oxford English Dictionary, référence académique mondiale en terme de langage. Il rejoint ainsi le mot  « Bitcoin », ajouté pour sa part en 2013.  100…
or-blockchain-suisse

CoinShares lance un réseau de tokens basés sur l’or sur une sidechain Bitcoin

Le gestionnaire d'actifs numériques CoinShares met de l'or sur la blockchain bitcoin.

D’après le Congrès, Facebook devrait intégrer Bitcoin plutôt que développer Libra

Warren Davidson, un membre du Congrès Américain a annoncé que l'ajout de Bitcoin au portefeuille Calibra que développe Facebook serait une bien meilleure idée que le développement de sa propre monnaie.

Pourquoi Bitcoin est-il descendu de son plateau à 10.000$ ?

Après une longue période de stabilité autour des 10.000$, une chute impressionnante à 8.000$ a surpris les investisseurs à la fin du mois de septembre. Alors qu'aujourd'hui il semble que la remontée soit enclenchée, nous devons prendre un peu de recul pour comprendre comment un…
tim-draper

Bitcoin transcende les frontières et destitue les dictateurs – Tim Draper

L'investisseur milliardaire américain ne tarit pas de compliment pour le Bitcoin. Dans un blog sur le site Medium, il a annoncé que pour lui le futur du Bitcoin était excellent et qu'il serait la monnaie de l'innovation et des startups qui changeraient le monde.