La BCE rajoute une couche de 600 milliards, Bitcoin apprécie

Comme chaque premier jeudi du mois, le conseil des gouverneurs de la BCE s’est réuni pour décider de la politique monétaire de l’ensemble des pays de la Zone Euro. De ce conclave présidé par Christine Lagarde a jailli 600 milliards d’argent frais. Une somme venant quasiment doubler le programme de rachat d’obligations censé combattre la récession économique.


Enveloppe à bulle

La Banque Centrale Européenne (BCE) n’est pas avare d’euphémismes quand il s’agit de parler de sa planche à billets. Cette « enveloppe » fait quand même 1350 mètres cubes… Pour le dire autrement, si la BCE crachait un billet de 20 euros chaque seconde, il faudrait plus de 2 millénaires pour arriver au bout du compte.

1350 milliards d’euros vont être créés ex nihilo pour acheter des titres de dette souveraines, mais aussi des dettes de multinationales et même des produits « titrisés » (grâce auxquels la mafia de Wall Street a pu faire sauter la banque en 2008). Ce programme est une énième augmentation du célèbre « Quantitative Easing » sous couvert de combattre une récession provoquée par un confinement inutile… #Oùsontlesmasques?

Pas moins de 140 milliards d’euros seront injectés chaque mois dans les banques jusqu’en 2022, voire plus si affinité… La réponse de la BCE à la Cour de Karlsruhe semble plutôt claire… Cette dernière doit se mordre les doigts d’avoir déclaré que son arrêt ne concerne pas les mesures prises par la BCE dans le contexte de la crise du Coronavirus.

« L’Economie Réelle »

Nous pouvons lire dans le communiqué de la BCE que ces achats vont permettre « de supporter les conditions de financement de l’économie réelle. ».

Traduction : « nous remplissons les banques privées d’argent frais afin qu’elles puissent continuer à alimenter le ponzi de la dette ».

Seulement on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif ! Les nouvelles générations sont au chômage et ceux qui travaillent doivent faire le sacrifice de s’endetter sur 25 ans pour acheter 4 murs et un toit…

Dit autrement, la BCE inonde les banques de liquidités en espérant qu’elles prêteront à des gens qui ne peuvent pas emprunter. Il ne va pas se déverser 1350 milliards dans l’économie réelle d’ici fin 2022. Cet océan d’argent restera dans la sphère financière où il rend tout de même deux services :

  • Maintenir les taux d’emprunt bas pour tous les pays de la Zone Euro. [Ce qui est une très bonne chose]
  • Diminuer le montant des intérêts que les États paient sur leur dette. [La BCE reverse aux État les intérêts qu’elle collecte sur les dettes rachetées]
Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

L’Inflation Réelle…

Ces milliards restent dans les comptes des banques. Ce qui fait dire à certains qu’il n’y a pas d’inflation à craindre. Oui et non…

Les achats de dettes par la BCE ne changent absolument pas la quantité de monnaie en circulation dans l’économie. Il ne s’agit que d’un artifice comptable, un jeu d’écritures, entre les banques privées et la banque centrale. Les banques se retrouvent avec les « coffres pleins » (façon de parler) mais pour que cet argent se retrouve dans l’économie réelle, il faudra que quelqu’un vienne l’emprunter…

Pub

Dans le système monétaire moderne, la dette est l’ombre de la monnaie. Il n’y a absolument aucun argent en circulation sans dette. Par conséquent, si personne n’emprunte, vous ne risquez pas d’avoir de l’inflation.

Maintenant que l’on a clarifié les choses, notons que les Français continuent d’emprunter. Les emprunts immobiliers sont le premier canal (60 %) par lequel l’argent de la BCE finit par ruisseler dans l’économie réelle.

Les ventes immobilières de portent très bien. D’après les statistiques de la BCE, le volume d’emprunts global augmente en moyenne de 5 % par an dans l’ensemble de la Zone Euro. En France, l’inflation de la pierre est d’ailleurs aussi de 5 % par an.

Ce qui suggère une inflation globale proche de 5 % par an. Mais vu que l’immobilier n’est pas comptabilisé dans le calcul d’inflation bidon de l’INSEE, les faux journalistes vous bêleront qu’il n’y a pas d’inflation. Les banquiers aussi car il est dans leur intérêt de dissimuler les affres de la planche à billets…

Hélicoptère monnaie vs BITCOIN

L’inflation se retrouve surtout dans l’immobilier mais aussi dans le casino boursier via les multinationales qui empruntent pour racheter leurs propres actions…

Et pendant que le Ponzi alimente les bulles immobilières et boursières – pour le plus grand bonheur des possédants -, les nouvelles générations se retrouvent obligées d’emprunter des sommes ubuesques pour acheter une maison. Mais qui sera assez fou pour accepter d’emprunter sur 40 ou 50 ans ? Surtout quand on voit l’état du monde et notamment les réserves d’énergie et de matières premières sur lesquelles reposent la croissance…

PONZI

La prochaine étape sera le taux négatif sur les emprunts immobiliers. C’est-à-dire que les banques nous verseront des intérêts pour nous inciter à emprunter et alimenter le château de cartes inflationniste de la dette.

C’est une autre façon de mettre en place l’hélicoptère monnaie que le Japon et les États-Unis ont tout récemment fait décoller. De l’argent distribué gratuitement, libre de dette. Nul besoin de le rembourser. Quand on vous dit que l’argent magique existe…

L’hélicoptère monnaie risque d’être inflationniste (tout dépend du montant) mais où est le problème si cette création monétaire profite à tout le monde de manière égale ? Il n’y en pas.

Pub

Et qui dit inflation dit feu de joie pour le Bitcoin. Le BTC se nourrit de la planche à billets. A l’instar de l’or, il existe en quantité limitée et augmente sa valeur proportionnellement à l’inflation. Et les banquiers étant condamnés à imprimer, Le Bitcoin ne peut QUE s’apprécier.

Bitcoin (BTC) le 5 août 2020 – L’Or est la Clef

C’est reparti pour une course, les taureaux remettent ça avec les 12 000 USD dans le viseur de Bitcoin (BTC). Les points pivots pour un Bitcoin proche des 20 000 USD commencent à se préciser – découvrez les raisons pour lesquelles les…

Ere Glaciaire sur l’Economie, Canicule sur Bitcoin : la Météo de ZEBITEX

Sur fonds de canicule, c'est l'ensemble de l'économie mondiale qui se liquéfie, et la France ne fait pas exception. En parallèle, il souffle comme un air de printemps sur le secteur Bitcoin et crypto. Cette fraîcheur bienvenue sur fonds d'explosion…

Bitcoin (BTC) à 20 000 $ “une formalité, l’Objectif est ailleurs” (Max Keyser)

Pas la peine de faire péter le champagne lorsque Bitcoin (BTC) aura atteint les 20 000 USD : le BTC peut mieux faire ! Et la chute du 2 août 2020, dites-vous ? Bof, une simple formalité avant un nouvel ATH historique, à en…

Faire de Bitcoin un jeu d’enfant – Blockchain, crypto et Gaming : la Symbiose Parfaite

Bienvenue dans la première édition d'une nouvelle rubrique sur TheCoinTribune : La Tribune du Gaming ! La thématique s'impose pour une raison simple : ces 10 dernières années, le secteur du jeu vidéo ne s'est pas contenté d'ajouter un secteur…

Le Flash-Crash de Bitcoin (BTC) à 1 milliard de Dollars

Le Black Thursday, le flash-crash : pour la prochaine grosse chute de Bitcoin (BTC), il faudra trouver un nom aussi cool que les précédents – The Dead Dump (DD) ; note à moi-même : pensez à déposer ce nom pour les droits d’auteur.…