La BCE s’apprête-t-elle à faire pleuvoir 650 milliards d’euros pour Noël ?

L’hystérie hygiénique revient sur le devant de la scène. Pendant que les médias en font leurs choux gras, la Banque Centrale européenne (BCE) se prépare à nous noyer sous une deuxième vague de milliards. Il se murmure que Francfort va rouvrir ses vannes monétaires avant Noël. Une aubaine pour le Bitcoin.


Zizanie à 600 milliards

Reuters s’est renseigné auprès de 8 indics ayant leurs entrées à la Banque Centrale Européenne (BCE). L’agence de presse mondiale rapporte que la tension monte. Christine Lagarde, qui avait réussi à recréer le consensus perdu sous l’égide de Mario Draghi, serait trop conciliante avec les gouverneurs souhaitant assouplir davantage la politique monétaire.

La frange « hawkish » du conseil des gouverneurs se plaint que la bonne tenue de l’économie cet été ne soit pas plus mise en avant. A contrario, les gouverneurs « Dovish » poussent Christine Lagarde à adopter un langage plus ombrageux mettant en exergue les risques planant au-dessus de la croissance et l’appréciation de l’euro face au dollar.

Les deux factions ont des vues diamétralement opposées. Les faucons voudraient que la BCE commence à revendre les dettes qu’elle détient dans son bilan. Les colombes souhaitent au contraire augmenter le « Pandemic Emergency Purchase Programme » (PEPP). En somme, du “Quantitative Easing” (QE) mais édition spéciale Covid

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

Inside the ECB

Mario Draghi avait pris l’habitude de faire des déclarations publiques lourdes de sens avant même d’en parler au conseil des gouverneurs. Une attitude qui avait échauffé les esprits, notamment celui de Jens Weidmann, le président de la Bundesbank.

On croyait la hache de guerre enterrée grâce au tact réputé de Christine Lagarde mais la discorde a fini par faire son grand retour. En cause, le gouverneur Panetta qui a pris ses aises la semaine dernière en déclarant que la BCE devait risquer de « faire trop plutôt que pas assez ».

« C’est comme si Mario était de retour » a déclaré la source anonyme de Reuters…

Mario Draghi whatever it takes
La Une sur Mario Draghi après son fameux “wathever it takes” en 2012

En ce qui concerne le staff permanent de la BCE, ce dernier semble aussi d’avis de perpétrer une politique monétaire très « accommodante » en préconisant de faire passer le QE spécial Covid de 1350 milliards à 2000 milliards! Christine Lagarde ne s’est pas montrée réceptive à cette suggestion mais il se murmure que la majorité des gouverneurs verrait d’un bon œil des annonces en ce sens le 10 décembre.

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Dans la hotte de la Banque Centrale

Les banques de la Zone Euro peuvent déjà emprunter à un taux allant jusqu’à -1% (le fameux TLTRO). Dit autrement, la BCE paie les banques privées pour qu’elles viennent emprunter à son guichet. Mais les sources de Reuters laissent entendre que la BCE n’agira pas sur les taux cette année.

Soit dit en passant, une fois cet argent emprunté, les banques s’exposent à un taux négatif de -0.50% si elles le gardent dans leurs “coffres” sans le prêter à l’économie réelle (les PME).

Reste donc principalement le QE (rachat des dettes souveraines) pour tenter de relancer la machine de l’endettement. Le mécanisme étant qu’après avoir racheté les dettes aux banques privées, ces dernières se retrouvent avec beaucoup de cash qui sera taxé à -0.50%. Ce qui les force à prêter, aux États ainsi qu’aux multinationales notamment, à n’importe quel taux, du moment qu’il est supérieur à -0.50 %. De nombreux pays comme l’Allemagne, la France, l’Autriche ou la Hollande se font désormais payer pour s’endetter. Par exemple, le taux à 10 ans Français est actuellement de -0,25 %.

Épidémie fantôme et fausse monnaie

Pour résumer, la BCE se sert de la crise du Covid comme d’un prétexte pour distribuer des milliards d’euros tout en se faisant oublier derrière le brouillard antiseptique médiatique. Ni vu ni connu, nous assistons au renflouement massif des banques. Autant de milliards qui finiront par alimenter le ponzi de la dette et la sacro-sainte croissance.

Conséquence perverse (recherchée ?….) de ce système : les multinationales se bousculent au portillon et se servent de toute cette manne gratuite pour racheter leurs propres actions. Ce qui génère une hausse artificielle de leurs cours de bourse et exacerbe les inégalités.

Rachats d'actions des entreprises americaines
Source : BRI

Autre conséquence : la monnaie est dévaluée. Dit autrement, l’épargne et notre pouvoir d’achat sont rognés par l’inflation. À ce propos, ne manquez pas notre gros papier à paraître cette semaine sur l’énorme manipulation des chiffres d’inflation.

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Petit à petit, un peu partout dans le monde, les autorités entretiennent la peur et l’affolement avec une épidémie fantome n’ayant plus rien à voir avec celle du mois de mars au niveau de la létalité. Il semble écrit d’avance que la BCE sautera sur l’occasion d’un reconfinement pour imprimer notre appauvrissement. Protégez avant qu’il ne soit trop tard. Épargnez sous forme de Bitcoin!

two gold Bitcoins

Les institutionnels ont aidé au rallye du Bitcoin (BTC) avec des volumes en forte augmentation

Alors que le Bitcoin (BTC) connait actuellement une hausse sur le marché ces dernières semaines, les analystes s’intéressent aux facteurs ayant favorisé ou déclenché ce cycle. L’examen de certains paramètres a permis à CryptoCompare de révéler dans un récent rapport…
Bitcoin (BTC) le 30 octobre 2020

Bitcoin (BTC) le 29 novembre 2020 – Piège haussier ou vraie prouesse ?

Bitcoin (BTC) peut-il clôturer le mois de novembre 2020 aux environs des 19 000 USD ? Le BTC n’a pas encore absorbé l’énorme chandelier rouge du 26 novembre 2020 mais, c’est en bonne voie. Un nouvel investisseur institutionnel pourrait bientôt pousser le…
A dolmen in the forest trace of celts in the brittany region

Bretton Woods 2.0, pourquoi serait-ce un désastre ?

La thèse d’un Bitcoin (BTC) agissant comme une banque centrale mondiale, faisant office de référence pour les autres monnaies, ne tiendrait donc finalement pas la route ? On négocie un second Bretton Woods. Le premier avait couronné le dollar ; le second…
Bitcoin on Wood Grain

Ray Dalio admet qu’il manque peut-être quelque chose avec Bitcoin (BTC)

Si seulement on avait une trace de toutes les discussions autour de Bitcoin (BTC) par les personnes impliquées d’une manière ou d’une autre dans sa création, durant l’ère pré-BTC. On saurait au moins avec plus de certitude le destin que…
Bitcoins

Bitcoin (BTC) le 28 novembre 2020 – Les 30 000 USD !

Et si Bitcoin (BTC) visait maintenant les 30 000 USD ? C’est trop tôt pour une prévision aussi optimiste ? Le BTC a repris le chemin de la hausse aujourd’hui, 28 novembre 2020. Il s’attaque déjà à une première zone de résistance dont…