La Blockchain est-elle l’avenir des RH et du marché de l’emploi ?

La technologie blockchain est en passe de révolutionner un grand nombre de marchés, d’écosystèmes et de métiers. La blockchain, qui consiste à stocker et à transmettre des informations sur Internet, organisées par chaîne de blocs reliés les uns aux autres grâce à des signatures ‘cryptographiques’ ou de ‘hachage’, se développer progressivement au sein des Ressources Humaines et attire l’attention de nombreux DRH.

La blockchain, gage de transparence et de confiance pour les RH : de la traçabilité des relations contractuelles jusqu’à la validation et la certification des compétences

Les applications de la blockchain, qui permettent des échanges facilités de pairs à pairs, sans intermédiaire et de façon quasi instantanée constituent une potentialité intéressante pour de nombreux cas d’usages RH. En effet, la blockchain pourrait apporter des services transparents et centrés sur les volontés des collaborateurs, tout en leur assurant le respect de la confidentialité de leurs données personnelles, au service des fonctions RH.

Regardons de plus près deux cas d’usages auxquels pourrait répondre la blockchain.

  • Garantir la traçabilité des relations contractuelles : en permettant d’échanger des informations validées, fiabilisées voire même certifiées, la blockchain, au moyen d’un système cryptographique, pourrait stocker et transmettre des données numériques de façon sécurisée et gérer par exemple des relations contractuelles entre une organisation et un candidat. La technologie peut aider à constituer un dossier en récupérant de façon sécurisée les pièces administratives pour la déclaration préalable à l’embauche par exemple : l’employeur aura ainsi la garantie que les données fournies sont justes et fiables.
  • Valider et certifier des compétences : la blockchain pourrait également vérifier la véracité des diplômes et la conformité des informations enregistrées dans les CV. Aussi, les employeurs auront la possibilité d’attester les fonctions assumées, les périodes d’exécution des missions d’un collaborateur au sein de l’organisation, ou encore de certifier des compétences techniques, appartenant à des référentiels communs ou encore des formations suivies par un collaborateur. Enfin, avec le développement des modes d’apprentissage collaboratifs, et l’évaluation entre pairs, la blockchain pourrait contribuer à reconnaître les progressions des parcours professionnels des collaborateurs, dont l’expertise est reconnue au sein de son organisation.  En somme, grâce à la technologie blockchain, les informations récoltées et certifiées pourraient être publiées sur les réseaux sociaux afin de renforcer le degré d’employabilité.

Processus RH et recrutement : blockchain-ez vous !

Bien que les utilisations de la blockchain soient encore balbutiantes sur le marché du travail, et qui plus est, au coeur des fonctions RH, nous pouvons imaginer 3 moyens par lesquels cette technologie pourrait transformer la façon dont les recrutements ont lieu. Prenons la route du recrutement pour une immersion dans le monde des RH de demain :

  • Le recrutement des candidats : Avec la promesse de permettre un enregistrement numérique inaltérable et tracé, la blockchain permettrait d’accélérer et d’automatiser la façon dont les employeurs vérifient les informations relatives à l’identité de leurs futurs employés, pour une meilleure correspondance entre les candidats et les postes. Ce processus pourrait aussi bénéficier aux candidats, qui, par le biais de leur établissement éducatif pourraient intégrer leur CV dans une blockchain afin de diminuer le temps passé par leur futur employeur à vérifier les références du candidat. Sur le marché du travail du futur, la plateforme de vérification de carrière APII aide TechnoJobs à devenir le premier site au monde à proposer aux employés des CV vérifiés grâce à la technologie blockchain.
  • L’édition de contrats intelligents : du point de vue des salariés, la blockchain devrait permettre de simplifier et d’éliminer de nombreuses démarches administratives. Au moyen de contrats intelligents – un contrat automatisé qui déclenche automatiquement une action sur la blockchain lorsque certaines conditions sont réunies – fini la paperasse et les ralentissements passés à définir les identifiants, les mots de passe, les modèles de mails, et les check-lists, comme il est souvent d’usage au début d’une prise de poste. Dans le domaine très prisé de la gestion des contrats, la question de la sécurité est également primordiale, et la blockchain choisie devra à tout prix éviter les failles de sécurité. A ce titre, les contrats intelligents posent aujourd’hui encore des problèmes d’ordre juridique, en cause, le contrat intelligent uniquement basé sur la confiance humaine, mais ces derniers semblent avoir un avenir radieux.
  • La rémunération d’un salaire en cryptomonnaie : Voilà une innovation de taille qui pourrait bouleverser profondément le marché de l’emploi et des RH : la technologie blockchain promet un moyen rapide, presque instantané, de payer les salariés, de partout dans le monde. C’est le cas de la plateforme Bitwage  qui utilise le bitcoin en tant que moyen de paiement indirect et le converti au taux de la devise locale du salarié, ou encore  Chronobank.io qui supprime les intermédiaires afin d’effectuer un paiement en Bitcoin directement de l’employeur vers l’employé. La blockchain démontre donc sa capacité à rendre le processus de rémunération rapide, instantané et sans intermédiaire.

Toutefois, la blockchain ne doit pas être vue uniquement sous l’angle d’une technologie disruptive, mais constitue, à bien des égards, une technologie fondamentale en passe de créer une nouvelle infrastructure économique et sociale révolutionnaire. En matière de RH, elle a capacité à modifier en profondeur certains processus fondamentaux que sont le recrutement, la sous-traitance ou encore les paiements ; cela dépend bien entendu de la capacité des entreprises à l’adopter plus globalement.

L’écosystème HR Tech boosté par la technologie Blockchain

La blockchain démontre d’une croissance et d’un développement sans précédent dans l’écosystème start-up et notamment au coeur de la HR Tech qui réfléchit à des cas d’usages en rupture tels que des outils de recrutement fiables, une nouvelle conception des CV, ou encore l’amélioration de la marque employeur.

Cap sur quelques unes des solutions qui ont retenu notre attention :

  • Talao (Talent Autonomous Organization), start-up toulousaine, développe une solution permettant la certification de données personnelles des CV grâce à la technologie blockchain. Elle permet aujourd’hui aux freelances, et bientôt aux salariés des entreprises, de disposer d’un espace de stockage sécurisé pour certifier leurs expériences professionnelles, leurs compétences ou encore leurs diplômes. La solution permet également d’enrichir et d’améliorer la réputation professionnelle des candidats. Nicolas Muller, son co-fondateur, déclare ainsi que “la blockchain est un gage de confiance, surtout dans l’aéronautique où les enjeux sont importants […] Talao doit ainsi pouvoir s’assurer de la nationalité d’un profil car toutes ne sont pas autorisées à intervenir partout” ou simplement connaître ce que “le candidat avait comme expérience”.
  • Talent Coin vise à encadrer et à sécuriser le troc de compétences. « Tokeniser le talent, cela permet aux entreprises de fidéliser celui-ci en interne tout en ajoutant des activités additionnelles, jusqu’alors pas forcément adressées » indique ainsi Alexandra Breheir, sa fondatrice.
  • HireMatch utilise, elle, la blockchain pour aider ses utilisateurs à réduire les coûts en matière de recherche, d’entretien et d’embauche des nouveaux employés.

Nous l’avons vu, aujourd’hui, la blockchain fait le pari ambitieux de s’acquitter de tâches chronophages et coûteuses, d’accélérer les processus et de réduire voire effacer les intermédiaires, dans un monde où la concurrence entre entreprises n’a jamais été aussi accrue, aussi bien d’acteurs traditionnels que de start-ups qui disruptent le marché.

L’université Central New Mexico Community College propose d’ailleurs déjà des diplômes numériques grâce à la technologie blockchain.

Si la blockchain porte en elle le pouvoir de révolutionner les processus RH, le chemin vers l’acceptation de cette technologie comme outil de gestion efficace est très long.

Un article co-rédigé avec Karen Jouve, consultante en transformation digitale chez Wavestone. 

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin est des crypto-monnaies

or-blockchain-suisse

CoinShares lance un réseau de tokens basés sur l’or sur une sidechain Bitcoin

Le gestionnaire d'actifs numériques CoinShares met de l'or sur la blockchain bitcoin.
projet-Libra-secoue-banques-centrales

Le Libra est un coup de fouet pour les banques centrales

Selon le chef de la banque centrale de Suède, le projet de cryptos Libra est en train de secouer les banques centrales.
ciphertrace-cryptos-API

Le service d’analyse blockchain de CipherTrace couvre maintenant 700 cryptos !

Les transactions de plus de 700 crypto-monnaies sont désormais consultables via l'offre blockchain de CipherTrace.

Le Pays de Galles lance sa propre cryptomonnaie !

Le Pays de Galles, cette charmante région du Royaume-Uni, prévoit de lancer sa propre cryptomonnaie pour stimuler l'économie locale des petites et moyennes entreprises (PME). Ces petites et moyennes entreprises sont les plus à même de bénéficier de cette cryptomonnaie qui faciliterait les échanges et…

TON : Telegram suspend son channel et efface son historique

Faisant suite à la charge de la SEC (Security and Exchange Commission) qui a déclenché les hostilités vendredi, le projet TON de Telegram est dans la tourmente. Symptôme de la sensibilité de la situation : Telegram vient de suspendre ses communications et d'effacer l'intégralité des…