La FED se déclare meilleure alliée du Bitcoin (BTC) à jackson Hole

Les prix ne reflètent plus la « sagesse collective » des « investisseurs ». La main invisible ajustant magiquement tous les paramètres de ce monde pour atteindre l’optimum permanent est un leurre. Les « marchés efficients » sont un mythe aussi commode qu’hypnotisant mais la vérité est que les banquiers centraux orchestrent tout. Le grand prêtre de la politique monétaire américaine, le Mr Prix, le commandeur de l’inflation, se nomme Jerome Powell. Le président de la FED a récemment eu des propos hautement intéressants pour les bitcoiners.


2 %…

Pour ceux qui ne le savent pas, les banques centrales ont une grande mission : maintenir l’inflation proche mais au-dessous de 2 %. Pourquoi 2 % ? Pourquoi pas 1 % ou 3 % ? Vous trouverez les explications de la BCE ici. Nous pouvons lire :

« L’objectif d’inflation de 2 % offre une marge adéquate pour réduire le risque de déflation (baisse des prix). »

BCE

Le quidam se posera automatiquement cette question : Pourquoi la BCE craint-elle la baisse des prix ? N’était-ce pas la promesse du « progrès » que de pouvoir jouir de davantage de choses ? Quelle est la finalité des gains de productivité, de l’automatisation et des avancées technologiques si ce n’est de pouvoir jouir de plus à temps de travail égal?…

La vérité est ailleurs… La BCE redoute la déflation car qui dit baisse des prix dit baisse des revenus de la TVA pour les États. Si les prix baissent, les revenus de la TVA baissent aussi. Il devient alors beaucoup plus difficile de rembourser la dette publique car la TVA est de très loin la première source de revenus des États (200 milliards en France).

Ce ne serait absolument pas un problème si les États n’avaient pas accepté de devenir prisonniers de la dette en la faisant rouler contre intérêts. Car ne l’oubliez jamais, les Banques Centrales sont les gardiennes d’un système usurier que nous pourrions tout à fait remplacer par un autre. Mais ça, vous ne le lirez pas dans les Échos ou le Figaro Économie…

La BCE vise 2 % pour faciliter le remboursement de la dette par les États et surtout parce que l’inflation est inhérente au système d’esclavage de la création monétaire à partir de dette et d’intérêts ! Ce système a besoin que la dette globale augmente en permanence pour fonctionner.

La raison principale de cette boulimie de dette est que 100 % de l’argent existant est constamment en train d’être remboursé. Sans compter les intérêts qui n’existent pas au moment des emprunts. La façon dont nous créons l’argent nous condamne à prêter toujours plus que la veille. L’endettement global DOIT augmenter.

J’insiste, sans un roulement régulier de nouveaux emprunts plus grands que les anciens, la quantité de monnaie en circulation ne peut que s’assécher. C’est la récession, le « credit crunch ». Il est vital que chaque génération s’endette davantage que la génération précédente pour que le système perdure. C’est la définition même d’un Ponzi qui se terminera probablement lorsque la production de pétrole commencera irrémédiablement à décliner…

Tout cela pour dire que si la dette augmente, cela signifie que la quantité d’argent en circulation augmente. Ce qui, toutes choses égales par ailleurs, provoque de l’inflation. Ainsi, c’est l’OBLIGATION de gonfler l’endettement global qui fait dire aux Banques Centrales que leur mission est de générer 2 %. Mais elles ne vous présenteront jamais les choses sous cet angle-là…

2 % n’est pas une “marge de manœuvre” mais une conséquence inéluctable de notre système monétaire moderne.

Jerome Powell

FED president powell avec un masque
Jerome Powell, président de la FED

Maintenant que nous avons révélé pourquoi les Banques Centrales se donnent pour unique mandat de maintenir l’inflation proche de 2 %, revenons sur l’événement de la semaine passée : le discours de Jerome Powell, le timonier de la FED.

Ce dernier a annoncé que la FED ne visera plus une inflation strictement inférieure à 2 % mais plutôt une inflation « moyenne » de 2 %. La FED ne vise plus 2 % d’inflation annuelle mais 2 % en moyenne sur une plus longue période. Quelle période exactement ? Nous ne le savons pas…

« En cherchant à atteindre une inflation moyenne de 2 % au fil du temps, nous ne nous lions pas à une formule mathématique particulière qui définit la moyenne. »

Powell

En d’autres termes, la FED a l’intention de laisser filer l’inflation si pratique pour faire diminuer le poids de la dette esclavagiste en spoliant le pouvoir d’achat de tous…

En effet, les salaires ont tendance à stagner et ne pas augmenter aussi vite que l’inflation générale des prix. L’inflation des salaires et quasiment inexistante, surtout quand on calcule la moyenne globale en intégrant tous ceux qui sont au chômage… Plutôt que de la bonne inflation (hausse des salaires), la FED est surtout forte pour provoquer l’inflation des actions de bourses dont plus de 50 % appartiennent au 1 % le plus riche des États-Unis.

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Voici le temps qu’il faut pour que tel ou tel taux d’inflation détruise la moitié du pouvoir d’achat de la monnaie :

1% – 70 ans
2% – 35 ans
3% – 24 ans
5% – 14 ans
8% – 9 ans
15% – 5 ans
25% – 3 ans
50% – 2 ans

Maintenant il faut savoir que les avancées technologiques et les gains de productivité concomitants (un paysan travaillant avec un tracteur par exemple) font selon certaines estimations baisser les prix entre 5 % et 10 % par an…

Dit autrement, la baisse des prix liée au progrès technologique, l’augmentation de la consommation d’énergie gratuite et la délocalisation vers des pays esclavagistes, dissimulent la véritable inflation inhérente à la débordante création monétaire.

Je vous laisse donc imaginer quelle est la véritable inflation ambiante. Nous pouvons en avoir une idée en regardant l‘agrégat monétaire M3 qui est une bonne représentation de la quantité de monnaie en circulation. Nous sommes à 9 % par an dans la zone euro…

Dit autrement encore, si les banques ne prêtaient pas toujours plus d’argent, notamment à des géants comme wallmart ou Amazon (qui détruisent le petit commerce), nous devrions voir notre pouvoir d’achat augmenter de 5-10 % par an…

C’est le futur que l’on nous a promis grâce à l’automatisation et que nous ne verrons jamais à cause de l’inflation (gonflement de la dette) et le pic pétrolier que nous avons potentiellement déjà passé. Le pic de pétrole conventionnel a été franchi en 2008 à 68 millions de barils par jour, et a décliné depuis d’un peu plus de 2.5 millions de barils par jour.

Pic petrolier

Jackson Hole

Les déclarations de Jerome Powell sont restées vagues. Sur combien d’années cette “moyenne” va-t-elle être calculée ? Difficile de se faire une idée sans ce chiffre clef. Il est à craindre que la FED ne le communique jamais afin de se laisser les coudées franches pour réduire le poids de la dette par l’inflation. Et nous ne parlons pas d’inflation des salaires ici…

Ce n’est pas un mythe que la population des pays avancés s’appauvrit. Le graphique suivant montre que les salaires réels (salaires moins inflation) aux États-Unis ont stagné depuis les années 1970 alors même que la productivité a continué de progresser.

salaires réels vs productivité USA
Stagnation des salaires réels aux Etats-Unis

Nous produisons toujours plus pour le même temps de travail mais nous ne voyons pas la couleur de notre labeur. Les fruits de notre travail sont siphonnés par des actionnaires de multinationales et des banques qui font tourner la planche à billets sans vergogne.

Jeff bezos guillotine
Des protestants construisent une guillotine à l’extérieur de la maison de Jeff Bezos. Hier la fortune du patron d’Amazon a dépassé les 200 milliards $.”

Les Banques Centrales, comme l’avait justement écrit Satoshi Nakamoto, ne sont pas dignes de confiance :

« Le problème fondamental de la monnaie traditionnelle est toute la confiance nécessaire pour qu’elle fonctionne. Il faut faire confiance à la banque centrale pour ne pas avilir la monnaie, mais l’histoire des monnaies fiat montre que cette confiance a été maintes fois violée. […] Elles le prêtent (l’argent) par vagues de bulles de crédit avec à peine une fraction en réserve. »

Satoshi Nakamoto

Qu’on se le dise, la FED vient d’enclencher un assouplissement monétaire perpétuel et compte bien faire disparaître la dette avec le pouvoir d’achat de l’épargne mondiale. Oui, l’épargne mondiale, car 60 % des réserves de change des Banques Centrales sont sous forme de dollar et donc de treasuries (dette du gouvernement US).

Le pétrodollar (le fait que le pétrole ne s’achète qu’en dollar) tient le monde entier en otage. La FED va faire disparaître la dette du pays en spoliant le reste du monde. Les réserves en dollar permettront d’acheter de moins en moins d’Iphones et de Teslas. C’est pour cette raison que de nombreuses Banques Centrales se sont mises à acheter de l’or ces derniers temps.

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Les aveux de la FED risquent fort d’accélérer cette tendance, ce qui est de très bon augure pour les valeurs refuges comme le Bitcoin. Sa masse monétaire fixe (21 millions) en fait une formidable protection contre l’inflation. N’attendez plus, c’est le moment de créer votre wallet.

Source : Mish Talk
Bitcoins

Bitcoin (BTC) le 30 novembre 2020 – Nouvel ATH ! Préparez-vous au décollage !

Frôler les 20 000 USD avant la fin du mois de novembre 2020, juste après un krach qui a ramené son prix au-dessus des 16 000 USD il y a encore 4 jours : Bitcoin (BTC) a déjà effacé les pertes du krach…
Space Shuttle Launch

Plus Haut Historique pour Bitcoin (BTC) après 3 Ans d’Attente

2 ans, 11 mois et 14 jours plus tard, le Bitcoin (BTC) marque un nouveau plus haut historique. Un beau triomphe malgré sa classification de « commodity » plutôt que de monnaie, les insultes des banquiers de tous horizons, le…
two gold Bitcoins

Les institutionnels ont aidé au rallye du Bitcoin (BTC) avec des volumes en forte augmentation

Alors que le Bitcoin (BTC) connait actuellement une hausse sur le marché ces dernières semaines, les analystes s’intéressent aux facteurs ayant favorisé ou déclenché ce cycle. L’examen de certains paramètres a permis à CryptoCompare de révéler dans un récent rapport…
Bitcoin (BTC) le 30 octobre 2020

Bitcoin (BTC) le 29 novembre 2020 – Piège haussier ou vraie prouesse ?

Bitcoin (BTC) peut-il clôturer le mois de novembre 2020 aux environs des 19 000 USD ? Le BTC n’a pas encore absorbé l’énorme chandelier rouge du 26 novembre 2020 mais, c’est en bonne voie. Un nouvel investisseur institutionnel pourrait bientôt pousser le…
A dolmen in the forest trace of celts in the brittany region

Bretton Woods 2.0, pourquoi serait-ce un désastre ?

La thèse d’un Bitcoin (BTC) agissant comme une banque centrale mondiale, faisant office de référence pour les autres monnaies, ne tiendrait donc finalement pas la route ? On négocie un second Bretton Woods. Le premier avait couronné le dollar ; le second…