La réglementation des valeurs mobilières autour des cryptos avec les affaires Kik et Longfin

reglementation_tokens_cryptos

Ce mois-ci, deux mesures coercitives de la SEC ont fait la une des journaux de la communauté crypto. L’une concernait la plate-forme de messagerie Kik, l’autre la société holding Longfin.

Pour la première affaire, bien que les investisseurs aient perdu de l’argent, la responsabilité de Kik n’est toujours pas établie. On ne sait toujours pas si des allégations mensongères ont été faites autour du potentiel ou de la proposition de valeur de la monnaie.             

Ils ont émis un token sous la forme d’une valeur mobilière, mais lors de la vente, ils n’ont pas respecté les lois propres à cet instrument. En revanche, la plus grande partie de cette perte financière est liée à l’effondrement du marché des tokens en général plutôt qu’à des problèmes avec le Kin lui-même.

Dans le second cas, il semblerait que Longfin a commis une fraude manifeste en déformant ses activités de crypto. La direction aurait en effet répandu volontairement des déclarations frauduleuses. La SEC a mis en cause une perte d’argent des investisseurs parce qu’ils étaient mal informés sur les perspectives commerciales de l’entreprise.

La juxtaposition de ces deux affaires a clairement montré que le token soit considéré comme une security ou non, les régulateurs ont autant de mal à protéger les investisseurs de la fraude.

En réalité, lever des fonds par pure fabrication ou en manipulant les informations fournies par un business peut -et devrait- faire l’objet de poursuites criminelles et civiles. Les lois sur les valeurs mobilières fournissent de l’aide à cet égard dans le cas où les déclarations faites par l’émetteur s’écartent de ce qui est exigé alors qu’elles influencent directement la décision de placement.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin est des crypto-monnaies

ibm-blockchain

IBM brevète un browser web blockchain

Le géant américain de l'informatique IBM a récemment fait breveter son nouveau projet, un browser web de type Chrome ou Safari, seulement celui-ci serait basé sur la technologie blockchain. D'après le brevet, sa particularité serait d'enregistrer les données des recherches sur la blockchain.
Blockchain-Auto

Siemens teste actuellement une blockchain pour une solution d’auto-partage

La société allemande Siemens qui fabrique notamment des produits électroniques est actuellement en train de tester de nombreux cas d’usages pour utiliser la technologie blockchain, dont l’un d’eux est de l’auto-partage.

Le Bitcoin (BTC) maintenant une forme légale de paiement en Nouvelle-Zélande

Le ministère des finances néo-zélandais a annoncé dans son rapport d'Aout que les cryptomonnaies étaient maintenant une forme légale et taxable de paiements. Ce même rapport donne aussi un cadre légal qui permet aux entreprises de payer leurs employés en cryptomonnaie.
india-crypto

La Cour Suprême indienne pourrait juger illégale l’interdiction des cryptomonnaies

Le 14 août, la Cour Suprême indienne entendait les arguments de l'Internet and Mobile Association of India (IMAI) contre la Reserve Bank of India (RBI). L'IMAI aurait plaidé que la RBI a dépassé son domaine de juridiction en proposant une interdiction générale des cryptomonnaies en…
Copyrights-Blockchain

Comment fonctionnent les copyrights sur la blockchain ?

La technologie blockchain ne fait pas actuellement partie d’une réglementation propre en terme de copyright, observons comment cela pourrait évoluer.