La Russie ne légalisera pas Libra

Le président de la commission de la Douma sur les marchés financiers, Anatoly Aksakov, a déclaré que la future cryptomonnaie de Facebook, Libra, ne sera pas légalisée en Russie, a rapporté le 18 juin le média local TASS.

M. Aksakov a déclaré que la Russie ne légaliserait pas l’utilisation de la nouvelle cryptomonnaie de Facebook que la société a l’intention de déployer en 2020 car elle pourrait représenter un danger pour le système financier du pays. Aksakov a également souligné que la Russie n’avait pas l’intention d’adopter une législation “qui prévoit un espace pour l’utilisation active des outils de crypto créés dans le cadre de plates-formes ouvertes, les blockchains”.

Les déclarations d’Aksakov semblent contredire celles du vice-ministre des Finances Alexeï Moiseev, qui a déclaré que le principal projet de loi du pays sur les cryptomonnaies pourrait être adopté dans les deux prochaines semaines.

Selon M. Aksakov, les gens pourront acheter Libra sur les plateformes financières étrangères, tandis que le développement de systèmes comparables sera strictement limité en Russie :

“En théorie, nous devrions parler de la possibilité d’organiser toutes sortes d’échanges, de plateformes de négociation et de ventes de ces devises. Nous limiterons ou interdirons la création de tels sites. Ceux qui veulent acquérir ces outils en utilisant la législation étrangère peuvent le faire à leurs propres risques”

Les régulateurs d’autres pays s’inquiètent également de l’émission de la monnaie numérique de Facebook. Maxine Waters, présidente de la Commission des services financiers de la Chambre des représentants des États-Unis, a demandé à Facebook d’arrêter le développement de sa crypto:

“Compte tenu du passé agité de l’entreprise, je demande à Facebook d’accepter un moratoire sur toute avancée dans le développement d’une cryptomonnaie jusqu’à ce que le Congrès et les régulateurs aient l’occasion d’examiner ces questions et de prendre des mesures”

Le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré qu’il avait l’intention de “demander des garanties” à Facebook à l’égard de Libra. Le Maire a indiqué que ce dernier était un “attribut de la souveraineté des États ” et qu’il devrait “rester entre les mains des États et non des entreprises privées répondant à des intérêts privés”. 

Facebook a publié un white paper sur Libra indiquant que le coin fonctionnera sur la blockchain Libra et sera soutenu par une réserve d’actifs prétendument “destinés à lui donner une valeur intrinsèque” et à atténuer la volatilité de son flux.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin est des crypto-monnaies

Ouverture du premier Master en Blockchain à Malte !

Malte, surnommée la "Blockchain Island" en Méditerranée, dispose d'une autorité gouvernementale pour certifier les plates-formes blockchain, d'une réglementation pour gérer les contrats intelligents et d'un cadre légal pour lancer les ICOs. Aujourd'hui, il est même possible de suivre un programme de Master en Blockchain. Le…

No-Deal Brexit, une aubaine pour le marché crypto ?

Les législateurs britanniques ont voté en faveur du report d'un vote Brexit crucial et ont forcé le Premier ministre Boris Johnson à demander à l'UE une prolongation. Quels effets un Brexit No-Deal pourrait-il avoir sur le marché crypto ?
Nasdaq-indice-cryptos

Le Nasdaq liste les 100 meilleurs acteurs du marché crypto sur la base d’un indice IA

La bourse du Nasdaq propose un indice des 100 premières cryptos, aux côtés des indices les plus connus sur le marché comme le S&P 500 et le Dow.
libra-projet-lancement

Le Libra fait face aux problèmes mais anticipe toujours 100 membres au lancement

L'Association du Libra prévoit toujours un lancement avec les 100 membres initialement prévus dans son annonce de juin, y compris de nouveaux partenaires financiers et bancaires.
fraude-one-coin-menace

Une Britannique fait face à des menaces de mort après avoir dénoncé l’arnaque derrière OneCoin

Une victime britannique du probable système de Ponzi derrière OneCoin dit qu'elle a reçu des menaces de mort pour s'être prononcée contre le projet.