L’émergence du web 3.0 : les sites Internet décentralisés

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouvel article dédié à l’observation de l’émergence du web 3.0. Dans le cadre de cette série, nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer l’importance des protocoles, puis de nous intéresser à la notion d’Identité Décentralisée.

Pub

Aujourd’hui nous allons ensemble plonger au cœur d’un nouveau continent : l’émergence des sites Internet décentralisés. Ces sites incensurables incarneront-ils le standard des interfaces dans le futur ou demeureront-ils une niche dédiée aux enthousiastes et aux activistes ?

Qu’est ce qu’un site Internet décentralisé ?

Avant de passer à toutes ces réflexions très intéressantes ils convient de définir ce qu’est un site décentralisé et quels en sont les enjeux.

En effet, le principe de décentralisation est éminemment abstrait et, plus que pour d’autres concepts, chacun en possède une définition propre, assortie de critères variables permettant de juger de la décentralisation ou non d’un projet ou d’un service.

Mais dans le cadre de l’Internet décentralisée, qualifié également de web 3.0, un consensus existe au sein de l’écosystème sur quelques fondamentaux. Ainsi, le décentralisation doit a minima permettre une large autonomie vis-à-vis de certains acteurs habituels dans le cadre de la mise en place de sites Internet.

Autrement dit, un site réellement décentralisé sera impossible à faire disparaître par la volonté de son hébergeur par exemple, ou à être effacé des moteurs de recherches parce que son nom de domaine aura été censuré ou racheté.

Ces différents critères permettent d’établir une sorte de profil type du site Internet décentralisé. Cependant, ces standards n’ont pas forcément besoin d’être tous réunis pour valider une décentralisation effective. Dresser une liste n’est pas forcément la démarche la plus pertinente, mais elle présente l’avantage d’offrir une nomenclature dans la quête de la décentralisation d’un site Internet.

A ce titre, il existe une fondation incontournable à l’édification d’un site Internet visant à la décentralisation : son hébergement et sa diffusion ne doivent pas être centralisés en un seul point mais au contraire distribués au maximum au travers d’un grand nombre de nœuds du réseau.

A ce stade, il importe de souligner qu’il existe deux types de décentralisation :

  • Celle, d’ordre technique dont nous venons de dresser sommairement le portrait,
  • mais également celle dont la nature est plus politique

En effet il est également important de prendre en compte qui contrôle ou plutôt ne contrôle pas les systèmes informatiques et le développement des projets.

Si derrière un site internet distribué sur différents serveurs et qui utilise ENS n’opère qu’un seul gestionnaire qui contrôle totalement le contenu du site, peut-on encore décemment parler de site décentralisé ?

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

Pourquoi avoir recours à des sites Internet décentralisés ?

Si le déploiement d’un site internet est aujourd’hui assez simple dans la mesure où votre hébergeur vous facilitera la plupart des processus, celui d’un site décentralisé est un peu plus compliqué nous le verrons par la suite.

La question peut donc se poser en ces termes : quel peut bien être l’intérêt de mettre sur pied un site Internet décentralisé alors même que d’autres services sont plus simples, moins onéreux et permettent un déploiement plus rapide ?

La raison, nous la connaissons tous plus on moins confusément. Si ces services sont plus simples et moins coûteux c’est qu’ils sont assortis de contreparties dont les utilisateurs ont une conscience variable.

En effet la tendance à la centralisation des services Internet tels que les calculs ou l’hébergement par d’énormes entreprises comme Amazon ou Microsoft peut a terme porter préjudice au web sous la forme que nous lui connaissons. Les données de nombreux utilisateurs transitent par ces serveurs dont les conditions d’utilisations restent très opaques et sous la juridiction des États-Unis. Malheureusement il faut en convenir : il n’existe pas aujourd’hui de réelle alternative à ces géants dans le cadre de services de qualités et à coûts réduits, mais également scalables pour tout types de projets.

Résultat de recherche d'images pour "AWS"

Ces situations de monopoles de fait posent plusieurs problèmes d’éthiques notamment liés aux utilisations de ces sites Internet mais également à leurs contenus.

En effet, aujourd’hui un site internet peut être censuré, bloqués ou modifié, si son contenu ne convient pas aux standards culturels ou légaux de certains pays, tels que les USA principalement. Pire, la censure peut ne pas être “simplement” politique mais également économique. En effet certains acteurs sont devenus tellement puissants, qu’ils sont en mesure de compromettre l’infrastructures (ou leur visibilité, ce qui revient au même) de tout compétiteur potentiel qui tenterait de se développer en utilisant certains de leurs services.

Comment mettre en place un site Internet décentralisé ?

Mettre en place un site internet décentralisé n’est aujourd’hui plus aussi complexe que l’on pourrait l’imaginer. En effet il existe de nombreux services pouvant simplifier le processus.

Intéressons nous tout d’abord à l’hébergement de ces sites Internet décentralisés et à la manière dont ils sauvegardent les données mises en ligne de manière distribuées. Ces sites utilisent généralement des protocoles décentralisés qui proposent des services similaires ou complètement différents de ce dont nous avons l’habitude. Découvrons ensemble certains de ces acteurs qui permettent aujourd’hui de déployer des sites Internet décentralisé.

Le protocole IPFS

Image associée

Une des pierres angulaires des sites décentralisés actuels est l’IPFS (ou InterPlanetary File System), un protocole de gestion de fichiers distribué.

Ce standard est comparable à la norme HTTP qu’il pourrait selon certains acteurs de l’écosystème, remplacer dans le futur. En revanche IPFS fonctionne différemment puisqu’au lieu de communiquer les fichiers à des serveurs précis, il interagit avec le réseau par rapport au fichier en question.

IPFS incarne donc un paradigme complètement différent qui permet de mettre plus facilement en place des sites Internet qui n’ont plus à être hébergés sur un serveur précis mais distribués au travers d’un réseau. IPFS est donc potentiellement une alternative au fonctionnement actuel du web et ce n’est pas le seul protocole allant dans ce sens. Les données déployés sur le protocoles sont stockées, non pas de façon permanente mais uniquement dans la mesure où la sauvegarde est utile du point de vue du réseau.

Différentes applications décentralisées sont déjà développées en utilisant le protocole IPFS comme Steemit ou meme OpenBazaar qui est une plateforme d’e-commerce décentralisée.

Résultat de recherche d'images pour "OpenBazaar"
OpenBazaar, le commerce décentralisé

Les noms de domaines décentralisés

ENS, les noms de domaines selon Ethereum

Jusqu’à maintenant, nous somme parvenu à faire héberger notre site sur différents serveurs de manières distribués. La communication est établie par le biais du protocole IPFS. Il nous reste que quelques étapes avant que des visiteurs ne puissent accéder à notre site internet décentralisé.

En effet pour que les internautes puissent rechercher – et surtout trouver – notre site facilement il faut désormais un nom de domaine associé. C’est une étape indispensable. Par chance, il existe des services décentralisés de noms de domaines. Le plus connu est probablement Ethereum Name Service que je vais vous présenter.

Il s’agit tout simplement d’un service de noms de domaines déployé sur Ethereum. Vous pouvez même utiliser votre nom de domaine en tant qu’adresse Ethereum évidement afin de faciliter des transferts de cryptomonnaies.

A l’heure actuelle, le service n’est pas fonctionnel pour tout les navigateurs mais il suffit aujourd’hui aux utilisateur de disposer de l’extension web Metamask. Mieux encore, il est prévu qu’Opéra (le navigateur de l’iOS d’Apple) le rende nativement fonctionnel dans le futur.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

Multiplier les interfaces

Il existe également une autre alternative qui permet de mettre sur pied un site décentralisé, ou qui permet au moins de renforcer sa décentralisation.

Il s’agit de créer ou de permettre la création de différentes interfaces autonomes liées à un même site Internet. C’est l’une des particularités des applications décentralisés qui sont déployées sur des blockchains publiques et donc accessibles à tous. N’importe qui est ainsi en mesure de réaliser sa propre interface à la même application. C’est une approche que l’on retrouve dans l’écosystème de la finance décentralisé (DeFi). En effet certains protocoles sont directement implémentés sur des applications existantes.

Inciter sa communauté à créer des interfaces indépendantes est un approche intéressante qui permet de renforcer l’immuabilité du site en question tout autant que sa décentralisation.

Les moteurs de recherches décentralisés

Difficile de l’ignorer : aujourd’hui l’immense majorité des recherches sur Internet se font via Google, le moteur de recherche ultra-dominant du secteur depuis quelques années.

Pour autant, il existe des alternatives de tous bords qui proposent des fonctionnalités comme une plus grande protection de la vie privée ou la réutilisation des bénéfices à des fins écologiques ou solidaires. Malheureusement pour l’heure aucun d’entre eux n’est en mesure de rivaliser avec le géant californien et ses milliards de dollars d’investissement en recherches et développement.

Cette situation de monopole est lourde de conséquences. Elle va notamment de pair avec la problématique de l’indexation et de la visibilité. Autrement dit : qui décide de ce qui va être vu et de ce qui ne va pas l’être ? En effet plaire à l’algorithme de Google constitue le St Graal de tout site Internet qui souhaite développer son audience. Or les modifications du fonctionnement de l’algorithme sont de nature à porter préjudice arbitrairement à certains sites internet ou à la visibilité – voire l’existence même – de pans entiers de l’écosystème numérique.

On se souviendra à cet égard des récentes mésaventures des Youtubers de la communauté crypto, rayés de la carte “par erreur”, par la faute d’un algorithme capricieux.

Le développement de moteurs de recherches alimenté par la communauté dont l’algorithme serait transparent et calibré par la communauté pourrait constituer la prochaine pierre a apporter à l’édifice du web 3.0. Rendre public ce dernier et inciter la communauté à être acteur en sélectionnant les critères de mise en avant des sites pourrait potentiellement résoudre des problématiques auquel les utilisateur font aujourd’hui face, sans toujours en avoir conscience d’ailleurs.

Et demain ? Le futur des sites décentralisés

Essayons désormais de nous projeter pour deviner ce que pourraient être les site internet décentralisés de demain. En effet si aujourd’hui l’écosystème oscille entre expériences plus ou moins abouties et projets en développement, chaque jour passé sur Internet nous démontre le besoin d’un nouveau paradigme dans les sites et applications Internet.

Après la révolution du cloud, serions-nous à l’aube de celle de la décentralisation ? Ou peut-être, la décentralisation ne s’appliquera t-elle comme aujourd’hui qu’à quelques secteurs bien précis, l’essentiel des utilisateurs se satisfaisant finalement de la cage dorée du système centralisé actuel ?

Nous arrivons au terme de cette étude sur le riche sujet des sites Internet décentralisés. Si vous avez des interrogations ou remarques à propos de cet article, n’hésitez pas à nous en faire part sur les réseaux sociaux.

Binance Cloud : Votre propre exchange crypto en kit

Le 8 février dernier, le fondateur et PDG de Binance, Changpeng Zhao (CZ), faisait allusion à l'introduction de la plateforme Binance Cloud. Officiellement lancée le 17 février, ladite plateforme est une véritable innovation dans l'industrie de la cryptographie. Selon un article de blog de la…

Le crypto-dollar occupe la scène politique et parlementaire US comme jamais

Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, n'a pas été la seule voix à se faire entendre au Sénat américain cette semaine sur le sujet de l'avenir de la monnaie. Lors de son audition ce jeudi 13 février, Judy Shelton, la candidate de Donald Trump au…

L’Inde se rêve plus démocratique grâce à la blockchain

La Commission Électorale (CE) de l’Inde a donc voté pour le développement d’un système de vote utilisant la blockchain. Ce nouveau système devrait théoriquement permettre d’améliorer la pratique de la démocratie dans le pays. L’Inde devancera-t-elle les pays occidentaux, qui se voient en « champion de…

Japon : un yen numérique « sous 2 à 3 ans »

La course vers une version numérique de la monnaie nationale serait également lancée au Pays du Soleil Levant. Si aucune annonce officielle ne détaille pour l'heure des précisions autour de la question, de hauts responsables financiers du pays confirment la forte intention des autorités locales…

Les cryptomonnaies doivent trouver l’équilibre, entre transparence et confidentialité

En tant qu’une des principales sources de données sur les transactions cryptographiques pour des agences fédérales comme l'Internal Revenue Service et le FBI, on doit cet axiome à la société d'audit blockchain Chainalysis. Cette grande entreprise mondiale qui contribue à lutter contre les activités illicites…