Les Banques Centrales préparent une hausse de l’Inflation – Bitcoin jubile

Que vont-ils faire de ces dettes incommensurables ? Ils les dissiperont avec de l’inflation. Après avoir imprimé des milliers de milliards pour racheter les dettes des États, les banquiers centraux préparent maintenant le terrain à la deuxième phase du plan : la vague inflationniste. Il n’a jamais été aussi primordial de posséder du Bitcoin.


L’inflation…

La Banque Centrale Européenne a pour unique mandat de garantir la « stabilité des prix ». Une personne sensée aura donc tendance à dire que l’objectif est 0 % d’inflation dans la zone euro. Que nenni… Dans le monde orwellien de la BCE, « stabilité des prix » rime avec 2 % d’inflation chaque année

Ce qui paraît peu au premier abord mais plus tellement lorsque l’on fait les comptes après quelque temps. Une inflation de 2 % par an signifie que la monnaie perd la moitié de son pouvoir d’achat en 35 ans… Un taux d’inflation annuel de 2 % se solde par une augmentation de 624 % des prix 100 ans plus tard (prix multipliés par 7,24). Ce qui n’est pas vraiment la définition de la « stabilité », vous en conviendrez…

L’inflation est un phénomène complexe et simple à la fois. Si les banques prêtent trop d’argent, et que les capacités de production sont déjà au maximum (ce qui est très souvent le cas), les prix montent. Et vice versa : il suffit de prêter moins pour que l’inflation se tasse.

Une contrainte physique, comme une pénurie de pétrole peu cher, générera aussi de l’inflation. Le manque de matières premières n’est pas encore le facteur déterminant de l’inflation mais cela ne saurait tarder puisque que nous allons franchir avant 2030 le pic pétrolier, si ce n’est pas déjà fait

La hausse vertigineuse des prix immobiliers que l’on observe partout dans le monde occidental ne se fait pas par l’opération du Saint-Esprit de l’offre et de la demande. Elle est orchestrée par les banques qui prêtent volontairement de plus en plus d’argent. Le graphique suivant (Royaume-Uni) illustre bien que ce ne sont pas la taille de la population ou le stock de logements qui influencent les prix mais la quantité d’argent mis à la disposition des ménages via les prêts immobiliers.

Annulation des dettes

Il n’y a pas qu’en augmentant les montant des prêts immobiliers que l’on peut générer de l’inflation. Un État participe aussi à créer de l’inflation en faisant courir un déficit budgétaire. Il s’agit d’argent injecté qui n’est jamais remboursé (les États ne remboursent pas la dette, ils la font « rouler »).

Maintenant rappelons-nous que les Banques Centrales ont imprimé des milliers de milliards ayant servi à racheter une bonne partie de la dette des États aux banques privées. Un pactole représentant tout de même 25 % de la dette publique totale en ce qui concerne la zone euro. Que se passerait-il si les États décidaient de ne pas rembourser cette dette ? Très probablement qu’ils pourraient augmenter leurs dépenses. Ce qui se traduira par de l’inflation.

Ce scenario d’annulation des dettes rachetées via le « Quantitative Easing » aura lieu plus tôt qu’on ne le pense. C’est en tout cas ce qu’il est permis de penser lorsque Lael Brainard, gouverneur de la FED, déclare vouloir abandonner l’objectif strict d’inflation inférieure à 2 %. Dit autrement, Brainard est en faveur de laisser l’inflation dépasser les 2 % lorsque cette dernière s’est affichée significativement au-dessous de 2 % par le passé. Un avis partagé par… Vitor Constancio, l’ancien vice-président de la BCE.

Le fait que les banquiers centraux commencent à plaider en faveur de plus de flexibilité quant à l’inflation doit nous mettre la puce à l’oreille et nous convaincre que ce n’est pas une mauvaise idée que de posséder une monnaie absolument anti-inflationniste telle que le Bitcoin.

Monnaie et inflation

Fut un temps où les puissants se contentaient de réduire la taille des pièces de métal précieux ou d’utiliser un alliage contenant de moins en moins d’or/argent. Une fois arrivé sous le règne de l’empereur romain Gallienus (253-268), la teneur en argent du denier n’était plus que de 2 % contre 100 % sous le règne d’Auguste (-63/-19) ! C’est à partir de Néron que les empereurs prirent l’habitude de rogner la quantité d’argent et d’or des pièces pour augmenter leur quantité. Résultat, en l’an 300, les prix sont de 50 à 70 fois plus élevés qu’au premier siècle

Ce n’est pas une coïncidence si le puissant Empire romain commença à se déliter vers la fin du quatrième siècle. Les dévaluations monétaires à répétition, l’inflation galopante et le creusement des inégalités (qui en découlent) finissent toujours pas rompre le lien de solidarité entre le paysan et l’aristocrate, entre le salarié et l’actionnaire… L’épidémie de variole et les invasions contribuèrent aussi à la chute de l’Empire mais l’inflation fut probablement un facteur systémique central.

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Il faut retenir de ce petit clin d’œil historique que les puissants ne peuvent pas s’empêcher de tricher sur la monnaie alors qu’elle devrait être une réserve de valeur immuable. À ce propos, il est intéressant de comparer les opinions monétaires de deux grands philosophes qui vécurent lors des prémices de l’épopée de la monnaie :

Platon vs Aristote

Platon (-428/-348) déclara à propos de la monnaie qu’il ne s’agit que d’une simple convention sociale. Qu’elle soit sous forme de coquillage, de blé ou de sel, du moment que tout le monde est d’accord pour l’utiliser, tout va bien.

Il fut contredit quelques décennies plus tard par son élève Aristote (-384/-322), lui-même plus tard précepteur d’Alexandre le Grand. Le philosophe affirma au contraire que la monnaie ne peut pas être une simple convention sociale et qu’elle doit également posséder une valeur intrinsèque, arguant que l’on ne peut jamais être certain qu’une convention sociale sera éternelle. Le débat entre monnaie platonicienne ou aristotélicienne méritait peut-être d’avoir lieu à l’époque où les citoyens vivaient en comité réduit dans de petites cités mais il est clair que l’histoire a donné raison à Aristote.

La définition donnée par Aristote il y a plus de deux millénaires est d’une simplicité biblique comparé aux centaines de pages des règles de Bâle qui régissent le fonctionnement du système bancaire mondial et dont la complexité ne sert qu’à camoufler le fait que la monnaie est devenue un outil d’esclavage.

La notion de réserve de valeur est de la plus haute importance. Une monnaie pouvant être démultipliée à l’envi est une monnaie incapable de servir de réserve de valeur. Elle devient une source d’inflation profitant aux possédants ainsi qu’aux États.

Inflation USA
Inflation cumulée aux États-Unis depuis 1913, date de la création de la banque centrale américaine (FED)
2463 % signifie que les prix ont été multipliés par 25,63 depuis 1913

Comment l’État profite-t-il de l’inflation ?

C’est très simple. L’État collecte des impôts et notamment la TVA (de loin sa première source de rentrées fiscales avec près de 200 milliards par an). Or, la TVA est un taux fixe ponctionné sur absolument tout ce qui est vendu si bien que lorsque les prix montent, les recettes de TVA augmentent mécaniquement.

L’inflation est un impôt déguisé qui permet à l’État d’augmenter « artificiellement » ses recettes fiscales via la spoliation de notre pouvoir d’achat. On dit souvent que « l’inflation permet d’alléger le poids de la dette » parce que son remboursement s’effectue avec une monnaie qui a moins de valeur. Voilà comment l’État survit malgré une dette gigantesque et des impôts qui ne peuvent guère plus augmenter tant ils sont devenus confiscatoires.

Tout cela étant dit, l’inflation peut être intéressante si tout le monde en profite de manière plus ou moins égale. Lorsque l’État augmente ses dépenses pour l’éducation, l’inflation résultante bénéficie à tous. Pareil en cas d’instauration d’un revenu universel. Mais s’il s’agit de construire des tanks ou des ronds-points, ce sont les marchands de canons et de béton qui profitent exclusivement de l’argent créé…

Bitcoin vs inflation

Que ce soit à cause du pic pétrolier ou d’une création monétaire trop rapide, les déclarations des banquiers centraux que nous vous rapportons sont fracassantes. Elles suggèrent fortement que le problème de la dette va se régler avec de l’inflation… Et même si l’argent est investi pour de bonnes raisons (isoler les bâtiments, construire des pistes cyclables ou des centrales nucléaires), nous aurons de toute façon de l’inflation car l’époque de l’énergie quasiment gratuite est révolue.

Et comme il n’est pas dit que nos salaires (pour ceux qui ont du travail…) progressent plus rapidement que les prix, il apparaît nécessaire de se protéger contre la perte de pouvoir d’achat qui va s’accélérer.

Disponible en quantité limitée et possédant des caractéristiques le rendant supérieur à l’or (qui enchaine les plus hauts historiques), le Bitcoin est une assurance. Il est même un investissement au potentiel immense car s’il devait valoir autant que l’or (10 500 milliards), la valeur d’un BTC serait de plus de 500 000 $…

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

N’attendez pas que les banquiers déclenchent les enfers inflationnistes. Anticipez car après il sera trop tard

Joe Biden s'entoure d'un pessimiste du Bitcoin (BTC)

Biden s’entoure d’un financier pessimiste à propos de Bitcoin (BTC)

Les Démocrates se mobilisent-ils contre Bitcoin (BTC) aux Etats-Unis ? Les électeurs ont voté, il va maintenant falloir en assumer les conséquences. Bitcoin pourrait bientôt avoir comme ennemi la future Secrétaire au Trésor. Cette dernière pourrait également freiner le lancement d’un…
three gold-colored bitcoins on black surface

Bitcoin (BTC) le 2 décembre 2020 – Les montagnes russes

Les marchés sont instables : les taureaux refusent de céder malgré la pression des vendeurs tirant le prix du Bitcoin (BTC) à des niveaux proches des 18 000 USD. Certains s’attendent à ce que Bitcoin franchisse les 20 000 USD lors de sa…

Accumulez du Bitcoin (BTC) chaque jour sans y penser – Les 3 Packs d’Investissement Crypto qui changent la donne

Le marché crypto a les (petits) défauts de ses (grandes) qualités : pas un jour ne se passe sans la sortie d'un nouveau projet, d'une nouvelle mécanique d'investissement, d'une nouvelle méthode inédite pour se servir de l'insolente croissance de Bitcoin…
three gold-colored bitcoins on black surface

Un géant financier japonais lance une offre de prêt en Bitcoin (BTC)

Un Bitcoin (BTC) en passe de devenir aussi rare (voire plus) rare que l’or : si on ne peut plus en acheter, on peut toujours recourir aux emprunts. SBI Group proposera prochainement des services de prêts en BTC, rémunérant ses clients…
Bitcoin vs Altcoins

Bitcoin (BTC) le 1er décembre 2020 – Toujours plus haut !

Le prix du Bitcoin (BTC) a atteint un nouvel ATH aujourd’hui, 1er décembre 2020. Bitcoin a bénéficié du soutien des baleines et notamment des investisseurs institutionnels sur la route vers les 20 000 USD. Doit-on s’attendre à un autre krach avec…