Marre de Bitcoin ? Ce produit bancaire a fait + 1000% en 10 ans !

Après le Bear Market de 2018 et en pleine période d’incertitude et de stagnation des prix de la crypto, qu’elle semble loin l’époque où les devises numériques connaissaient des taux de croissance insolents ! 

La décharge d’adrénaline ressentie à l’ouverture de votre portfolio vous manque ? Vous voulez retrouvez l’ivresse des progressions à 4 chiffres ? Réjouissez-vous ! On vient de s’apercevoir qu’un produit bancaire tout ce qu’il y a de plus traditionnel avait connu une fulgurante envolée de 1000% en 10 ans !

Le nom de cet actif sur-performant ? les « Frais de tenue de compte »…

Quand c’est plus gratuit, c’est toujours vous le produit

Nous connaissons tous cette petite phrase, véritable mantra qui rappelle que l’apparente gratuité d’un service est illusoire et dissimule simplement une transaction plus occulte. Facebook monétise votre attention en échange de l’ergonomie addictive de ses services, les chaines de télé privées s’accaparent à leur propre profit votre temps de cerveau disponible, etc…

Les banques ont longtemps adopté une approche semblable. En échange de la gratuité d’un panel de services, ces entreprises disposaient du privilège et des avantages stratégiques de disposer de votre argent précieusement conservé au coffre. De l’importance de ce patrimoine géré par procuration, résultait de manière mécanique le niveau de puissance, d’influence et partant, de rentabilité, au profit du banquier.

Et nous, heureux contributeurs à cette richesse créée à partir de nos avoirs, jouissions alors royalement de privilèges enivrants comme la gratuité de tenue de nos comptes en banque, l’émission d’un carnet de chèques en papier et – pour les plus chanceux – la mise à disposition gracieuse d’une carte en plastique garantissant un accès facilité à nos fonds. Bref, c’était Byzance !

Mais ça c’était avant.

En effet, quelque part en cours de route, les Conseils d’Administration bancaires ont commencés à se dire que la population semblait être mûre pour passer en douceur à « l’étape suivante » : La marchandisation de ce qui était auparavant gratuit

Comment après tout, en vouloir à nos grands argentiers ? La population occidentale n’avait-elle pas acceptée sans broncher que suite à la désastreuse crise des subprimes de 2008, des centaines de milliards de dollars d’argent public (l’argent des épargnants donc) permettent de rattraper les énormes inconséquences des banques et de leurs traders fous ?

A côté d’un tel cadeau, gratter quelques miettes sur les millions de petites opérations du quotidien, ça se tentait, non ?  Et effectivement, ça a fabuleusement marché.

Ainsi, en 10 ans toute une série de services bancaires dont la gratuité semblait aller de soi sont non seulement devenus payants, mais ont même connu une croissance affolante.

Les frais bancaires, To the Moon

C’est en tout cas ce que nous enseigne un rapport de la Fédération Française Bancaire, cité par le journal Les Echos. 

Pour synthétiser les informations contenues dans ce document émanant de l’institut Sémaphore et ayant porté sur 18 établissements, on retiendra surtout les chiffres-clefs suivants :

  • Un virement en agence coûte en moyenne 28 % de plus qu’en 2010 (3,70 euros par virement),
  • un retrait en agence coûte 61 % de plus qu’il y a neuf ans,
  • la location d’un coffre-fort coûte 14 % de plus, avec une facture annuelle moyenne de 99 euros.

Mais c’est du côté des frais dit « de tenue de compte » (soit des frais auxquels tous les clients d’un établissement sont nécessairement tenus, malin), que les compteurs s’affolent : Le coût moyen de ce service a explosé de 1 100%, passant en moyenne de 1.43 euros en 2010 à 17,06 euros aujourd’hui !

Tableau de 2017, mais ça résume bien l’ambiance

Sur la base de cette moyenne, prenons l’exemple de BNP Paribas (au hasard, il est même possible que cette banque en particulier ne soit pas concernée par l’étude). Avec ses 7 millions de clients particuliers, c’est près de 120 millions d’euros que la gestion des comptes courants rapporteraient, chaque année à la Banque. Pas mal pour des opérations quasiment gratuites jusqu’à récemment.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin est des crypto-monnaies

Ce produit financier a connu une bien belle progression donc, et on ne pourrait que trop le conseiller à tout investisseur… s’il n’existait pas au bénéfice exclusif des banques.

Découverte d’un site de pédopornographie permettant des paiements en bitcoin

Un grand jury fédéral américain a inculpé un citoyen sud-coréen pour avoir dirigé le plus grand site pédopornographique de la toile, où les visiteurs ont dépensé des millions de dollars en bitcoin (BTC) pour payer le contenu illégal.

Chute du Bitcoin sous les 8.000$ – et si ce n’était que le début ?

Bitcoin fait face à la plus forte pression à la vente depuis février et a le potentiel de tomber sous les récents creux de près de 7 750 $. Alors que la principale cryptomonnaie vient de passer sous le seuil des 8.000$, les analystes craignent…

6 ans après Bitcoin, satoshi rentre dans le dictionnaire d’Oxford

Le satoshi, la plus petite unité de compte composant un bitcoin (BTC), vient d'être accueilli dans la prestigieuse enceinte du Oxford English Dictionary, référence académique mondiale en terme de langage. Il rejoint ainsi le mot  « Bitcoin », ajouté pour sa part en 2013.  100…
or-blockchain-suisse

CoinShares lance un réseau de tokens basés sur l’or sur une sidechain Bitcoin

Le gestionnaire d'actifs numériques CoinShares met de l'or sur la blockchain bitcoin.

D’après le Congrès, Facebook devrait intégrer Bitcoin plutôt que développer Libra

Warren Davidson, un membre du Congrès Américain a annoncé que l'ajout de Bitcoin au portefeuille Calibra que développe Facebook serait une bien meilleure idée que le développement de sa propre monnaie.