Pourquoi BitMEX est accusé de “Trader Bitcoin contre ses Clients”

BitMEX, l’exchange connu pour son chic blog « BitMEX Research » et son effet de levier criminel 100x, se retrouve enfin devant la Justice US. Après des années de rumeurs et d’accusations permanentes aux quatre coins de twitter, la plateforme de trading risque de rendre des comptes. Cet article met à nu les technique incriminés par les plaignants que BitMEX est accusé d’utiliser contre ses clients...


Insider trading

Tout commence en 2018 lorsque le fondateur Arthur Hayes révèle que BitMEX possède sa propre activité de trading, qui plus est dirigée par Nick Andrianov, un ancien trader de la Deutsche Bank…

Un aveu qui confirme les soupçons voulant que BitMEX verse dans le délit d’initié pour trader contre ses propres clients (explication dans un instant).

Arthur Haye se défend alors en assurant que ses traders ne sont là que pour des opérations de « Market Making ». Marketmakoi?? Un market maker est un opérateur qui améliore la liquidité en se portant en permanence acheteur ou vendeur.

Les prix offerts par les market makers sont placés un peu au-dessus et au-dessous du dernier prix coté. On appelle cet écart un « spread » qui leur permet de profiter de ceux qui veulent immédiatement exécuter leur ordre d’achat ou de vente. #liquidité

Le market maker offre donc en permanence un ordre d’achat et de vente dans le carnet d’ordre. Si un trader se met en face de son ordre de vente, le market-maker doit dans l’instant prendre la position inverse. La raison étant que le Market Maker n’est pas là pour prendre des paris mais pour rester aussi neutre que possible.

Il fait son beurre grâce à l’écart entre prix d’achat et de vente que ses clients sont prêt à payer pour pouvoir passer leurs ordres immédiatement. Plus cet écart (spread) est bas et plus les traders préféreront passer par lui.

Regardez ces deux graphiques du prix du Bitcoin sur la même time frame.

Difference de spread sur Bitcoin entre Bitfinex et BitMEX
Bitcoin sur BitMEX (gauche) et Bitfinex (droite)
Source: @lowstrife on Twitter

La différence que vous pouvez observer entre la cotation du Bitcoin sur BitMEX (gauche) et sur l’exchange Bitfinex (droite) est une différence de spread. Sacré spread… Le beurre et l’argent du beurre…

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

Margin Call

Mettons la question du spread de coté et posons-vous maintenant cette question :

Si un propriétaire de casino en ligne était autorisé à jouer ses propres parties de poker, pensez-vous qu’il résisterait à la tentation de regarder les cartes de ses adversaires ?…

Dans le cas des traders (« market makers ») de BitMEX, les cartes des adversaires sont les stop loss. Les connaître permet de placer de gros ordres d’achat ou de vente pour aller déclencher ces stop loss et forcer des liquidations en cascade. Pourquoi faire ?

Explication :

Admettons que vous savez où se trouve une ribambelle de stop loss. Mettons qu’il s’agisse de stops loss placés par des traders qui se sont positionnés à l’achat. Nous sommes d’accord que ces stops, si déclenchés, vont générer des ordres de vente qui vont déboucler les positions acheteuses afin de couper les pertes ?

Or, si le prix s’approche d’un niveau où se trouvent beaucoup de stop loss, se déclenche alors ce que l’on appelle dans le jargon une « cascade » de stops qui va mécaniquement déclencher les stops suivants et forcer le prix à la baisse. L’exemple parfait d’un effet domino.

Par conséquent, si vous savez où se situent ces chapelets de stops, vous avez intérêt à pousser le prix jusqu’à atteindre les premiers stops. Une fois la cascade terminée, vous pouvez revendre/racheter et empocher la différence par rapport au prix auquel vous êtes entré pour amorcer les premiers stops de la cascade.

BitMEX nie en bloc mais il y a des indices qui ne trompent pas…

Server Overload

Penchons maintenant sur les problèmes de serveur récurrents depuis DES années.

Plusieurs fois par jour, la plateforme de BitMEX arrête de fonctionner pendant un certain temps… BitMEX appelle ces moments « servers overload ». C’est-à-dire que trop d’ordres arrivent en simultané pour que la bécane de BitMEX puisse tous les traiter.

En d’autres termes, si vous êtes en position à ce moment, vous êtes à la merci du marché sans pouvoir fermer vos positions.

Mais devinez qui peut continuer à passer des ordres sur la plateforme lors des « servers overload ». Bingo, les traders « market makers » de BitMEX qui peuvent en profiter pour faire de l’arbitrage frauduleux.

Pub

Explication :

Imaginons… « Servers overloads ». La plateforme ferme. Vous êtes déconnecté de BitMEX alors que vous avez un ordre en attente pour vendre un Bitcoin à 10 000$. Et mettons que pendant que vous êtes déconnecté de la plateforme, le prix du Bitcoin monte jusque 10 500$ sur les autres exchanges.

Et bien les traders de BitMEX, pour qui la plateforme EST accessible, peuvent acheter votre Bitcoin à 10 000$ et le revendre simultanément sur l’autre exchange à 10 500$. 500 $ de profit sans prendre aucun risque.

Lorsque vous pouvez enfin vous reconnecter, vous vous retrouvez avec une position affichant une perte latente de 500 $ que vous auriez pu couper plus tôt si seulement BitMEX n’avait pas eu un « servers overload ».

D’où les accusations de « trader contre ses clients ».

On peut tromper une fois mille personnes…

Il est difficile de savoir ce que les « market makers » de BitMEX manigancent dans leur paradis fiscal des Seychelles. Mais le fait est que ces overloads arrivent quotidiennement et que les dirigeants de BitMEX n’ont jamais levé le petit doigt pour régler ce problème. Ce qui suggère fortement que BitMEX bloque sa plateforme à dessein pour trader contre ses propres clients…

La lamborghini d'apparat du fondateur de BitMEX
Arthur Hayes et sa lambo de location

Cette suspicion a été confirmée par Michael Kirovych du site Bitquant. Ce dernier a écumé le blog de BitMEX et découvert la quantité de transactions faisant dérailler ses serveurs, histoire de la comparer à d’autres exchanges…

Il en est ressorti d’une part que « BitMEX gère environ 200 000 000 transactions par semaine » (soit 330 transactions par seconde en moyenne). Et d’autre part que les overloads arrivent lorsque le nombre de transaction est multiplié par 20 ou 30 par rapport à la moyenne.

Pour le dire autrement, BitMEX est débordé par 10 000 transactions par seconde. Cela fait peu pour l’un des plus grands exchanges du monde, surtout quand on sait par exemple que l’exchange Bybit peut en gérer 100 000

BitMEX avance que les effets de levier colossaux offerts à ses clients l’obligent à utiliser un système de management du risque très gourmand en capacité de calcul. Sauf que Binance qui a aussi introduit des effets de levier – peut en gérer 1.2 millions… 10 000 / 1 200 000…..

Comment est-il possible qu’un exchange aussi riche que BitMEX ne fasse rien pour remédier à un tel problème ? L’explication la plus plausible est qu’ils laissent leur market maker jouer contre leurs clients…

De nombreux traders rapportent également des positions gagnantes clôturées arbitrairement par BitMEX. Tant qu’à faire… Et que dire des volumes totalement bidons qui ont pour but d’attirer de nouveaux traders en herbe pensant pouvoir bénéficier de spreads exceptionnels… Dans le milieu, on appelle cela du wash trading.

Exchange = cancer de la crypto

Pour résumer, BitMEX possède sa propre salle de trading (longtemps dissimulée) qui est très officiellement accusée de trader contre ses clients via des techniques déloyales consistant à bloquer ses utilisateurs et profiter d’informations privilégiés (emplacements des stop loss).

La main invisible du marché n’existe pas. Tout est orchestré et manipulé par des titans à la pointe de la technologie. Et même si ces accusations restent difficile à prouver, beaucoup se réconfortent en sachant que BitMEX est aujourd’hui accusé d’avoir laissé des américains trader sur sa plateforme sans avoir la licence qui va bien.

La plainte déposée au tribunal de San Francisco parle d’un montant illégal de 3 milliards par jour en moyenne. Un record dans toute l’histoire de la régulation des marchés US…

Comme Al Caponeque la police américaine n’arriva jamais à coincer pour son activité mafieuse – BitMEX pourrait tomber pour une fraude de second rang. C’est déjà ça…

Soit dit en passant, d’autres exchanges sont actuellement poursuivis : Binance, KuCoin, BiBox, Block.one, Quantstamp, KayDex, Civic, BProtocol, la fondation Tron. Espérons que nous sommes à l’aube d’une purge…

De quoi Bitcoin est-il le nom ?

La révolution de Satoshi Nakamoto continue d’être souillée par des profiteurs. Entre les shitcoins et les exchanges casinos, on ne sent plus le vent de liberté que devait incarner la cryptomonnaie. Les exchanges ont transformé le Bitcoin en hochet pour golden boys, l’inverse de ce pour quoi il a été inventé : arrêter de jouer avec la monnaie.

Dette, planche à billets, inflation, faillite bancaires frauduleuses, spéculation, sont autant de manières de faire les poches du peuple contre lesquelles Satoshi Nakamoto s’est érigé. L’aurions-nous oublié ?

Le constat est d’autant plus ironique que la meilleure façon de faire monter le prix du Bitcoin serait de rapatrier nos Bitcoins sur nos propres wallets. Cet assèchement de l’offre de Bitcoin ferait mécaniquement monter les enchères sans rien faire…

Pub

Mais nul doute que la dystopie sociale en gestation redonnera bientôt au Bitcoin ses lettres de noblesse.

Bitcoin (BTC) le 12 juillet 2020 – Un rare signal haussier Hash Ribbon Buy

Dimanche plutôt calme pour Bitcoin (BTC) : le BTC se négocie à 9 229 USD aujourd’hui, 12 juillet 2020, au moment où nous rédigeons cet article. Un autre signal vient s’ajouter aux autres, pour annoncer un Bitcoin entrant dans une phase haussière. Un petit bilan de santé…

La fin du Dollar et l’avènement d’une monnaie comme Bitcoin (BTC) sont prévus depuis 1960

Il y a longtemps que la fin du dollar a été annoncée par Robert Triffin. L'économiste de Yale avait prévenu le Congrès US dès 1960 que faire du dollar la monnaie internationale par excellence se finirait mal. 60 ans plus tard, alors que la monnaie…

Bitcoin (BTC) le 11 juillet 2020 – Une “Gold Season”, en attendant mieux ?

Bitcoin (BTC) se négocie à 9 253 USD aujourd’hui, 11 juillet 2020, au moment où nous rédigeons cet article. Le BTC n’est qu’à quelques dizaines de dollars de casser une résistance importante. A défaut d’un Bitcoin explosif, vous pourrez toujours vous rabattre sur les altcoins. Sinon,…

2 Millions de britanniques possèdent du Bitcoin (BTC) et de la crypto (sondage)

En 2020, le nombre d’utilisateurs de Bitcoin et des cryptomonnaies est de 1,9 millions au sein de la population britannique. Cette nette augmentation de la popularité des monnaies digitales au Royaume-Uni est semble t-il notamment imputable aux médias traditionnels. Une nette augmentation des utilisateurs britanniques…
Que deviennent vos bitcoins à votre disparition ?

Que deviendront mes bitcoins après ma Mort ? Une question lancinante

Aussi long soit notre séjour sur Terre, il est acquis qu’aucun individu n’échappera à la mort et ceci malgré l’étendue de sa richesse. Puisque les biens matériels survivent à notre disparition, il est d’usage de prévoir de son vivant à qui reviendra le droit d’en…