Préparez dès Aujourd’hui le Staking d’Ethereum 2.0 (ETH)

Pub

Parfois présenté comme une tentative de changer le moteur d’un bolide en pleine course, le future passage d’Ethereum (ETH) d’une architecture en Preuve de Travail (PoW) à la Preuve d’Enjeu (PoS) réputée plus vertueuse, pousse l’industrie crypto toute entière à retenir son souffle.

En jeu, rien moins que la pérennité sur un marché d’une capitalisation totale de 52 milliards de dollars mais surtout le maintien de fondations qui soutiennent une grande partie de l’écosystème, bien au-delà de la simple valeur crypto-monétaire de l’ETH.

Le coup d’envoi imminent de la mutation d’Ethereum est ainsi scruté par toute l’industrie dans la mesure où la manœuvre s’annonce historique à tout point de vue. Les investisseurs ne sont pas en reste et nombreux sont ceux qui cherchent à anticiper le futur virage, de manière à ne pas manquer une opération qui pourrait se révéler très lucrative, et ce en dépit des nombreux défis qui parsèmeront la route vers Ethereum 2.0.

On rappelle aujourd’hui les conditions et les enjeux de l’opération. Par ailleurs, l’occasion est parfaite pour découvrir comment vous préparer au mieux dès aujourd’hui afin de profiter des dispositifs d’investissements et de rendements inédits que proposera le futur Ethereum 2.0

Avertissement : Cet article sponsorisé vous est proposé en partenariat avec la société Feel Mining. Les investissements crypto sont risqués par nature, faites vos propres recherches et n’investissez que dans les limites de vos capacités financières. Cet article ne constitue pas une incitation à l’investissement.

Et pour être rentable encore plus vite, profitez de 5% sur l’ensemble des services de Feel Mining (y compris les machines !) avec le code TCT (Hors offres exceptionnelles et de staking).

Ethereum, un pilier de l’écosystème 

On en conviendra sans peine, en 5 ans, Ethereum a été en capacité de relever un nombre de défis croissant, accompagnant et favorisant l’essor d’une partie non-négligeable du continent crypto et inspirant également un grand nombre de nouvelles initiatives. Il n’a pas fallu longtemps pour que certaines d’entre-elles soient présentées comme des “Ethereum-Killer” car décrites comme aussi performantes que le grand-frère, tout en étant dépourvues de certaines de ses limitations organiques originelles.

En effet, on rappellera que même si Ethereum a souhaité pousser plus loin les potentiels esquissés par Bitcoin, son infrastructure blockchain s’est largement inspirée de la création de Satoshi Nakamoto. On pensera bien évidemment à son approche dite en “Proof of Work” (preuve de travail), clef de voûte de la sécurisation de son réseau décentralisé. 

Très énergivore, lent, voire même qualifié de “dépassé”, le modèle PoW pourrait représenter aujourd’hui le boulet à même d’envoyer Ethereum par le fonds, torpillé par les besoins toujours croissants des nouvelles pratiques crypto. Le tout, sans même parler de l’explosion des frais de transactions induits par un décalage toujours plus grand entre les besoins de l’industrie en volume et rapidité et les capacités – limitées par nature – d’une infrastructure foncièrement designée en 2010 dans un contexte balbutiant et à des années-lumières des attentes et besoins actuels. 

Qualités et limitations du Proof of Work

L’approche dite en “Proof of Work” (preuve de travail) est intrinsèquement associée à Bitcoin dont elle va jusqu’à caractériser le fonctionnement. On rappellera que dans une mécanique en PoW, la sécurité et la résilience de la blockchain sont garanties par l’énergie et la puissance de calculs informatiques mise à disposition du réseau par les “mineurs”, ces derniers étant incités à maintenir le système en contrepartie de récompenses en cryptomonnaies (récompenses de bloc et frais de transactions). 

On l’a vu, Ethereum s’est inspiré du PoW pour forger sa propre proposition de valeur, au même titre que nombre d’autres devises crypto au demeurant (tout les forks de Bitcoin notamment comme Bitcoin Cash (BCH) ou Bitcoin Satoshi Vision (BSV)). Cependant, si le protocole PoW anime plusieurs poids lourds du secteur, ses grandes qualités, tout autant que ses défauts les plus gênants sont bien connus.

Qualités du PoW :

  • Sécurité et résilience importante d’un point de vue infrastructurel
  • Protocole ouvert et démocratique (barrière à l’entrée limitée, chacun peut rentrer et sortir du réseau sans contraintes importantes)
  • Transparence et auditabilité 
  • Distribution et décentralisation (à partir d’une certaine masse critique)
  • Financièrement assez incitatif pour les mineurs

Défauts du PoW

  • très énergivore
  • écologiquement complexe à justifier (même si les études les plus récentes démontrent que l’essentiel de l’énergie permettant à Bitcoin de fonctionner est d’origine renouvelable, loin de l’image de “monstre écologique” qu’on aime à lui attribuer) 
  • Lent s’agissant de la validation des transactions (4/secs pour Bitcoin, 15 pour Ethereum).

Complexe à sécuriser en deçà d’une certaine taille (risque d’attaque 51% accru)

Focus sur la Preuve d’Enjeu et ses champions

En rupture totale avec la Preuve de Travail, la Preuve d’Enjeu (ou Proof of Stake, et ses nombreux dérivés) est une approche le plus souvent privilégiée par les nouveaux modèles blockchain émergents. A une débauche de puissance de calcul et de travail, elle substitue ainsi une approche par une forme de preuve de possession : les détenteurs d’un crypto-actifs consentent à participer au fonctionnement et à la sécurisation du réseau en verrouillant une certaine quantité d’actifs, sous la forme d’une caution (ou collatéral). 

Sur le papier, les effets de cette approche sont vertueux. Outre permettre une vitesse et un nombre de transactions simultanées colossaux (plusieurs dizaines, voire centaines de milliers d’opérations par seconde selon les projets), le PoS est peu énergivore et d’une grande souplesse. En revanche, à la nécessité d’investir et de déployer du matériel de minage sophistiqué, il substitue l’obligation de disposer de fonds potentiellement importants en actifs pour participer à la bonne marche de l’infrastructure, ceci constituant une forme de barrière à l’entrée, infranchissable pour beaucoup.

Pub

En jeu, la possibilité d’obtenir des récompenses (ou dividendes) en contrepartie de la sécurisation du réseau, un système incitatif qui tend à se répandre et fait les beaux jours des investisseurs dans les “Masternodes”, ces rouages essentiels des blockchain en PoS.

Au rang des grands compétiteurs sur ce terrain stratégique, on citera Tezos (XTZ), EOS ou encore Cardano (ADA) et Avalanche (AVAX) tous de sérieux concurrents d’Ethereum.

Sur la route d’Ethereum 2.0

Toucher un rouage d’Ethereum, c’est interagir très directement avec un écosystème qui se déploie bien au-delà de sa simple blockchain native pour impacter des milliers de tokens ERC-20 (la norme des jetons Ethereum), mais également des écosystèmes complexes et intrinsèquement liés à la bonne marche du réseau principal. 

Pour cette raison, la transition vers Ethereum 2.0 se fera par étapes précautionneuses, conformément à un calendrier très étudié. Ainsi, dans quelques jours débutera la “phase 0”, dite Beacon Chain. Cette étape déterminante est supposée permettre le démarrage d’une version d’Ethereum purement PoS, via la génération d’un bloc “Genesis”, soit le premier maillon de la nouvelle chaîne. 

Pour permettre cette mise à feu, Beacon Chain est cependant supposé attendre d’avoir été rejoint par un total de 16 384 validateurs, qui accepteront chacun de verrouiller 32 ETH (soit un peu plus de 12 000 euros au cours actuel). Afin de montrer l’exemple, le créateur d’Ethereum Vitalik Buterin a lui-même délégué 3 200 ETH au réseau. Le seuil minimal est supposé être atteint avant le 1er décembre prochain. A défaut, Beacon Chain débutera une semaine après que les seuils minimaux auront été atteints. 

La véritable phase 1 est baptisée Shard chains. Elle est supposée être déployée courant 2021. Cette phase concerne le déploiement de multiples chaînes parallèles, rendant la blockchain Ethereum plus scalable. A l’issue de cette phase, le réseau Ethereum devrait supporter jusqu’à 100 000 transactions par seconde.

La phase 2 se nommera EWASM et consistera à remplacer la machine virtuelle actuelle d’Ethereum (celle-là même qui permet l’exécution des contrats intelligents) par une autre plus performante lui permettant une scalabilité encore plus étendue et l’acceptation de nouveaux langages de programmation.

Il convient de retenir que jusqu’à la finalisation de la phase EWASM, la version actuelle d’Ethereum continuera à fonctionner normalement. Par ailleurs, les détenteurs d’ETH n’ont pas a priori à se soucier de perdre leurs actifs, la transition étant supposée se faire de manière transparente pour les utilisateurs. Enfin, les projections les plus raisonnables laissent entrevoir une transition de plus de 2 ans avant cette mutation d’Ethereum, un temps suffisant pour que l’écosystème s’adapte, notamment s’agissant des mineurs actuels d’Ethereum.

Demain se prépare aujourd’hui

Quoi qu’il en soit, l’émergence du staking d’Ethereum n’est plus désormais qu’une question de temps, un temps compté puisque la mise en caution du collatéral nécessaire au staking (32 ETH donc), on l’a vu est ouverte depuis quelques semaines. Vous pouvez au passage suivre l’état d’avancement de cette course à l’Ether sur le smart contract dédié (au 19 novembre, le nombre d’ETH déposés avoisine les 105 000 soit environ 20% de l’objectif).

Fort de tous ces éléments, il est parfaitement possible que vous soyez pris de l’irrépressible envie de rejoindre l’aventure. Soit qu’il vous paraisse indispensable de rentrer dans l’histoire et de ressentir un frisson (un peu) similaire à celui des premier mineurs de Bitcoin en 2009-2010 ou que plus prosaïquement vous soyez intéressé par la démarche en tant qu’investisseur.

Pour autant, l’opération peut facilement se révéler complexe ou intimidante pour le particulier.

En effet, outre le montant conséquent d’Ethereum à verrouiller dans le smart contract, on soulignera que les fonds déposés dans le contrat seront immobilisés jusqu’au déploiement intégral d’Ethereum 2.0, autrement dit, pour au moins 2 ans, ce “au moins” devant être parfaitement compris dans toute ses incertitudes.

Par ailleurs, même si l’équipe est aussi crédible qu’on peut l’être dans l’industrie, on rappellera qu’une grande partie de l’écosystème crypto navigue à vue en pleine terra incognita (ce qui fait une grande partie de son charme !). En bref, l’occasion est bonne de vous souvenir que des gains importants sont nécessairement assortis d’une prise de risque.

Dans ce contexte, il n’est ainsi jamais inutile de faire jouer la communauté, la coopération, autant que de savoir s’entourer de partenaires solides. La parfaite transition pour parler de Feel Mining qui bien évidemment s’active en coulisse depuis un moment déjà pour être en mesure de proposer le staking d’Ethereum à sa communauté dès sa sortie. Difficile de savoir si Vitalik est réellement prêt, ce qui est certain c’est que Chloé et son équipe sont déjà dans les starting block !

Le staking d’Ethereum 2.0 chez Feel Mining

Comme souvent, c’est Chloé, la dynamique CEO de la société grenobloise spécialisée dans le minage de Bitcoin et les masternodes qui se place en première ligne pour offrir dans les meilleurs délais ce service attendu par beaucoup :

« La sortie d’Ethereum 2.0 – et de son staking ! – est un événement fort dans l’écosystème crypto, à la fois par sa symbolique mais également parce qu’il permet de renforcer l’émergence de nouveaux modèles de placements et d’investissements financiers. Au passage, c’est tout l’écosystème des projets en PoS qui pourrait s’en trouver dynamisé. Nos offres chez Feel Mining s’enrichissent sans cesse, mais il était impossible de ne pas se mobiliser tout particulièrement sur le tout prochain coup d’envoi de cette mutation d’Ethereum.

Il est selon moi indispensable de bien saisir l’historicité du moment : dans 10 ans, nous passerons pour des pionniers et seront enviés pour avoir connu de tels événements !

Il existe encore beaucoup d’inconnues concernant notamment les dates, le timing ou encore le niveau et la mécanique des rewards. Pour autant, l’équipe travaille dur pour être en capacité de proposer immédiatement à la communauté la possibilité de se positionner rapidement sur le staking d’Ethereum. Et comme à notre habitude, nous ferons en sorte que les barrières à l’entrée soient les plus basses possibles et l’environnement d’investissement le plus sécurisé et ergonomique qui soit. Par ailleurs, il est essentiel pour nous d’être parfaitement transparent s’agissant des inconnues et des risques induits par de telles opérations.

De grandes news sont à venir sur le sujet, restez connecté ! »

Vous l’avez compris, si vous souhaitez être parmi les premiers à profiter du staking d’Ethereum 2.0, il est temps de vous créer un compte sur la plateforme de Feel Mining !

Dans les précédents épisodes de la Tribune du Minage :

Pub

gift

Ethereum (ETH) le 6 novembre 2020 – Un Cadeau de Noël en Avance ?

Ethereum (ETH) 2.0 pourrait finalement voir le jour avant la fin de cette année 2020, un cadeau de noël avant l’heure de Vitalik Buterin et des développeurs ETH. Les choses s’accélèrent et pas que l’agenda de sortie de l’Ethereum 2.0.…

Ethereum (ETH) le 23 octobre 2020 – La fin des Fake News ?

L’Ether (ETH) a ouvert la journée du 16 octobre 2020 à 377,70 USD. Il se négocie à 405 USD aujourd’hui, 23 octobre 2020, au moment où nous rédigeons cet article. L’ETH a enregistré 2 gros chandeliers verts le 21 et…

Sur Ethereum (ETH), plus d’un Ether sur deux n’a pas bougé depuis 1 an !

Si les statistiques concernant les hodleurs du Bitcoin (BTC) sont souvent mises en avant à l’heure de faire des estimations sur le court de l’actif, c'est rarement le cas avec l’Ethereum (ETH). Glassnode qui a décidé de se pencher sur…

Ethereum (ETH) le 16 octobre 2020 – L’inquiétude des Mineurs

La semaine fut plutôt bonne pour l’Ether (ETH). Son prix est reparti à la hausse, le hashrate du réseau continue également d’augmenter. Les mineurs continuent de creuser alors que la mise en œuvre de  l’EIP-1559, le sujet qui fâche, commence…
rarible et coinfund

Coinfund investit dans Rarible (RARI), une Plateforme de Création pour NFT

Rarible a récemment fait un partenariat avec Coinfund, une plateforme d’investissement crypto réputée. Un moyen de redorer son blason après les accusations de Wash Trading ?