Projet Libra : VISA, Ebay, Mastercard et Stripe jettent l’éponge

VISA et Mastercard quittent Libra

Mastercard, VISA, Ebay, Stripe et Mercado Pago ont annoncés il y a quelques heures qu’ils quittaient le projet de cryptomonnaie Libra de Facebook.

Si les communiqués des uns et des autres se veulent politiquement corrects et laissent certaines portes ouvertes, le coup est particulièrement sévère pour le projet de stablecoin qui vient de perdre, en l’espace d’une semaine, tous ses partenaires œuvrant dans l’industrie des paiements electroniques.

Qui Libra verra

La pression se fait plus forte chaque jour sur le projet Libra de Facebook qui, déjà bien en peine de faire face à la levée de boucliers générale des régulateurs à travers le monde, subit chaque semaine des défections de la part des membres de la Fondation originelle.

Si le bal du sauve qui peut avait commencé il y a quelques jours avec la révérence tirée par Paypal, tempérée par Libra en mode  « pas de problème, pleins d’entreprises nous font la cour pour rentrer dans la ronde » , c’est une véritable rafale de portes claquées qui vient de retentir dans le manoir Suisse de Mark Zuckerberg.

Qu’on en juge plutôt : VISA et Mastercard ont annoncés officiellement vendredi 11 octobre se mettre en retrait du projet, à peu près en même temps qu’Ebay, Stripe et les sud-américains de Mercado Pago.

Bien évidemment, il n’a pas fallu attendre longtemps pour voir déferler dans les rédactions médias des communiqués de presse parfaitement formatés afin, d’une part de communiquer sur un sujet sur lequel le monde financier a le regard braqué, mais également calibrés de manière à ne pas insulter l’avenir. A ce titre, celui de VISA est un modèle du genre :

«  Visa a décidé de ne pas adhérer à la Libra Association pour le moment. Nous continuerons d’évaluer les choses et notre décision finale sera déterminée par un certain nombre de facteurs, y compris la capacité de l’Association de répondre pleinement à toutes les attentes réglementaires requises ». 

Tout aussi bon communiquant, le CEO de Libra David Marcus a rapidement réagi en ne manquant pas de remercier ces (quasi) partenaires :

« Merci à @Visa et @Mastercard d’avoir tenu le coup jusqu’à la 11ème heure. La pression a été intense (et c’est un euphémisme) et je respecte leur décision d’attendre jusqu’à ce que la réglementation soit claire pour que @Libra puisse aller de l’avant, par rapport aux menaces invoquées (par beaucoup) concernant leurs activités. »

Une grosse perte stratégique

Au-delà de l’effet d’annonce désastreux sur l’image du projet et de la perte de plusieurs membres importants, il y a – à la mode des poupées gigognes – une mauvaise nouvelle dans la mauvaise nouvelle : entre la défection la semaine dernière de Paypal et le départ de VISA et de MasterCard aujourd’hui, Libra se retrouve dépourvue de membres d’envergure évoluant dans les secteurs des paiements physiques et électroniques.

Or, de l’aveu même de Facebook, et tel que rappelé à la fois dans le Livre Blanc du projet et la récente mise en garde communiquée aux investisseurs cet été, il s’agit là d’un réel point faible de l’entreprise californienne qui comptait bien sur des partenariats solides sur ce sujet à la fois complexe et stratégique.

Malheureusement pour le projet monétaire hégémonique de Facebook, il semble que ces grands acteurs financiers aient reçus 5 sur 5 le tout récent message de l’Administration fiscale Américaine : Persister à demeurer au sein de Libra, c’est être assuré de subir des contrôles poussés et tatillons, non seulement sur le projet en lui-même, mais également sur les activités financières traditionnelles des sociétés partenaires.

L’œil de Sauron de la SEC et du fisc Américain semblant représenter une menace efficace, ce sera merci, mais non merci, donc.

Même si Dante Disparte, responsable de la communication de Libra, indiquait ce matin encore « avoir hâte de tenir la réunion inaugurale du conseil de l’association, et d’en annoncer les premiers membres »,  peut-être est-il encore temps de décommander la salle des fêtes et les caisses de Champagne, tant l’avenir de Libra n’a jamais semblé aussi mal engagé. 

La Chine se lance dans la Blockchain avec des acteurs majeurs du secteur crypto

Le 1er décembre à Hangzhou, dans la province chinoise Zhejiang, s’est tenue la première conférence des partenaires du réseau de services Blockchain (BSN). Ce réseau a été créé sous l’initiative du Centre d’Information de l’État (SIC) et compte déjà comme membre l’exchange de cryptodevise Huobi…

La Juventus lance “le Bitcoin du Football”

Le club italien de football professionnel, Juventus, vient de rendre public son propre jeton de cryptomonnaie après un an de développement. Ce token permettra aux supporters du club de participer aux votes sur certains événements relatifs à la vie du club.  Un token pour voter…

La première version de VOICE, le “Facebook Killer” crypto d’EOS, sur le point de sortir

Après une annonce pour le moins tonitruante il y a un peu plus de 6 mois, les observateur s'étonnaient du silence radio entourant le projet VOICE du géant crypto EOS (4 milliards de dollars levés lors de l'ICO, on le rappelera). Ce silence est désormais…

La patronne de Bakkt bientôt sénatrice ?

La directrice générale de l’entreprise crypto Bakkt, Kelly Loeffler, aurait été choisie pour occuper le poste vacant du sénateur de Géorgie. Cette annonce a été publiée vendredi dernier dans le journal The Atlanta Journal-Constitution (AJC). Une nomination qui n’est pas du goût de Trump Faisant…

Cette bourse de cryptomonnaies va donner des notes à ses clients

Coinbase, a déposé un brevet pour un vérificateur automatique qui contrôle et détecte les faux comptes. L’outil, baptisé Coinbase Patents, a été conçu pour être conforme aux réglementation KYC et sera utilisé pour la lutte contre le blanchiment d’argent.  Lancé sur fonds de conformité KYC L’Office…