La Cour suprême d’Inde a critiqué la banque centrale du pays pour sa gestion de l’interdiction de l’utilisation des cryptomonnaies et lui a ordonné de traiter les plaintes.

Lors de la dernière séance d’une audience en cours sur les actions de la Reserve Bank of India (RBI), le 21 août, le tribunal a jugé que les fonctionnaires n’avaient pas répondu de manière adéquate aux préoccupations de l’industrie des cryptomonnaies concernant leurs actions.

En juillet 2018, la RBI a interdit aux banques de fournir des services aux opérateurs de crypto tels que les plateformes d’échange, les empêchant ainsi de continuer à fonctionner en Inde.

La décision a donc été prise mercredi pour répondre aux critiques de Rohinton Fali Nariman, juge à la Cour suprême. Ce dernier n’a d’ailleurs accordé à la RBI que deux semaines pour justifier ses activités. Celle-ci a néanmoins exprimé son accord vis-à-vis de ce délai.

Comme Crypto Kanoon, une source présente lors de l’audience maintenant terminée, l’a exprimé sur Twitter : “L’affaire prend le tournant le plus imprévisible. Le juge Nariman ordonne que RBI réponde à la représentation de la manière appropriée. Il offre de reporter l’affaire de 2 semaines (…), [et] que RBI apporte une réponse quant au réexamen de l’interdiction bancaire. RBI est d’accord.”

La situation nait au moment même où le gouvernement indien envisage de rendre les cryptomonnaies illégales pour tous les Indiens. En juillet, un comité gouvernemental a recommandé à Delhi d’interdire tous les tokens, sauf une version numérique officielle de la roupie.

En parallèle, un expert a estimé que si l’interdiction était promulguée, le pays perdrait un marché d’environ 13 milliards de dollars.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies