Stablecoin et or physique, l’avenir de la crypto ? Part 2 : de Bitfinex à VeraOne

Chroniques des stablecoin : les crypto stables adossées à de l'or physique

Le débat devient récurrent : au mieux, Bitcoin serait trop instable et fluctuant, incapable de réaliser son potentiel de valeur refuge, encore moins de monnaie du quotidien.


Pire : pour ses contempteurs les plus virulents, il n’incarnerait encore aujourd’hui qu’une monnaie du darknet et du blanchiment. Quant à la myriade des autres cryptomonnaies, elle ne seraient de leur côté que de vils instruments de spéculation artificiels, ne reposant que sur la conviction de leurs détenteurs, autrement dit sur du vide, additionné d’air chaud.

Et pourtant, 10 ans après la naissance de Bitcoin, un de ses héritiers occupe la scène de manière inédite : le stablecoin. C’est bien simple des Etats les plus autoritaires aux sociétés les plus libérales, tout le monde veut le sien !

Continuons aujourd’hui notre exploration des potentialités de cette nouvelle classe d’actif numérique. Et intéressons nous plus particulièrement à lui lorsque il présente l’avantage déterminant d’être intrinsèquement lié à ce que l’Humanité considère comme le standard le plus précieux et le plus tangible depuis 50 siècle : l’or physique.

De l’actif virtuel au sous jacent réel

Dans les épisodes précédents

Dans la première partie de cette chronique, l’occasion a été donnée de dresser un parallèle entre le Bitcoin et l’or physique, puis de deviser sur les propriétés d’un des héritiers de la création de Satoshi Nakamoto : le stablecoin. Le stablecoin, cette étrange créature crypto-monétaires débarrassées de la fâcheuses tendance des actifs numériques à fluctuer brutalement et de manière pour le moins aléatoire.

Il n’aura ainsi pas fallu longtemps pour que des acteurs majeurs de l’industrie s’aperçoivent qu’une des façons les plus efficaces de lutter contre l’apparente – et parfois repoussante – instabilité des cryptomonnaies était de les arrimer, de les “backer” solidement, à des actifs tangibles, en guise de sous-jacent.

L’absence de confiance se mérite

La tendance à la fluctuation étant réglée, restait à instaurer une mécanique assurant aux utilisateurs une stabilité de valeur suffisante pour que les stablecoins puissent être manipulés sans crainte.

Autrement dit, que la confiance à la fois en la cryptomonnaie mais également en la solidité de son sous-jacent garantisse que l’actif soit utilisable partout et tout le temps. On rappellera que l’une des critiques les plus récurrentes adressée aux cryptoactifs – y compris au plus important d’entre eux le Bitcoin – serait précisément qu’ils « ne reposeraient sur rien », risquant en conséquence de perdre toute valeur en un instant, et à tout moment.

Cette argutie justifierait mécaniquement un des principaux reproches en bonne place sur la longue liste des griefs des anti-Bitcoin : l’absence du moindre actif tangible derrière la valeur de l’actif, de “collatéral”, serait le symptôme le plus évident d’une pyramide de Ponzi géante, dont seule l’alimentation en capital frais par de nouveaux arrivants serait à même de conserver un semblant d’intégrité.

Bien-sûr, l’amateur de crypto, n’ignore pas que la valeur de Bitcoin, ce qui fonde son cours dans le cadre de l’offre et de la demande, est à la fois aussi intangible et fondamental qu’il est sans précédent et précieux : un outils monétaire de pair-à-pair, offrant au plus grand nombre le pouvoir de se passer d’une banque ou du moindre tiers de confiance, par la délégation de cette fonction à un réseau vertueux par design.

Résultat de recherche d'images pour "bitcoin gold"
Bitcoin Gold. Étonnamment, rien à voir ni avec Bitcoin, ni avec la moindre paillette d’or !

Pour autant, si cette proposition de valeur du Bitcoin est d’une solidité à tout épreuve, on conviendra qu’elle résonnera plus particulièrement aux oreilles des technophiles et à une catégorie d’individus à la tendance quelque peu libertarienne, soucieux de leurs droits et présentant un petite tendance à la subversivité. Or, il faut admettre que ce profil psychologique ne présente que quelques maigres % de la population moderne.

Peu importe, le stablecoin adossé à une matière première précieuse présente tous les arguments pour convaincre le reste de l’humanité.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

Le voir pour le croire

C’est une conséquence d’une des tendances lourdes de notre époque matérialiste : l’individu à parfois un besoin viscéral qu’un actif soit tangible, que sa réalité physique soit attestée, vérifiable, auditée.

Ainsi, si une part sans cesse croissante de la population accepte de passer de l’autre côté du crypto-miroir, l’evanescence et l’intangibilité de la valeur de Bitcoin pourrait être facilement concurrencée par la solidité des stablecoins arrimés à un sous-jacent constitué de métal précieux. Et c’est précisément la déduction faite par certains acteurs de l’industrie crypto.

Or, blockchain, stablecoin. Du potentiel et des dangers

« La seule raison de l’existence des crypto réside dans le fait que la réglementation nous empêche d’utiliser l’or en tant que monnaie. »

Peter Schiff , économiste partisan d’un retour de l’étalon-or pour le dollar

Sans peut-être tomber dans pareille extrémité, on conviendra que Peter Schiff, économiste de son état, met le doigt sur un point important.

Résultat de recherche d'images pour "Peter Schiff"
Or ou crypto ? L’économiste Peter Schiff a décidé de ne pas choisir

Cependant, et même s’il convient de rester enthousiaste, une mise en garde s’impose : plus personne n’ignore à quel point l’univers des cryptomonnaies pullule d’escrocs et de chausse-trappes en tout genre (et si malgré tout vous aviez un doute, il est grand temps d’aller vous mettre à jour sur quelques fondamentaux en relisant les 13 règles pour doper son patrimoine au Bitcoin, avant de plonger dans le grand bain).

Ainsi, déjà glissant, le terrain de l’investissement crypto peut devenir carrément dangereux dès lors que dans l’équation se rajoute le magnétisme tout particulier que dégage la relique barbare, l’or et son éclat incomparable, celui-là même qui donne la fameuse fièvre.

L’attrait de cette combinaison n’a pas échappé aux scammers et ces dernières années ont ainsi vu fleurir nombre de projets douteux tentant de dissimuler leur absence de substance derrière un paravent doré.

L’argumentaire est peu ou prou plus ou moins toujours le même : le token ou le coin (qui peut d’ailleurs ne pas rentrer dans la catégorie stablecoin) est présenté comme « garanti » par une certaine quantité d’or.

Conformément à l’adage universel, « plus c’est gros, plus ça passe », et  comme souvent dans ce genre d’escroquerie, aucun superlatif n’est suffisant pour tenter de convaincre le pigeon que sa fortune est faite tant le rendement (« garanti », forcément) s’annonce colossal.

Les vieux briscard se rappellent peut-être d’un certain projet où la quantité d’or supposée garantir le jeton était annoncée comme s’élevant à plus de 2 tonnes d’or (certains contributeurs se voyant même promettre « leur poids en or » à l’occasion de cérémonies fastueuses dans des métropoles clinquantes des Emirats Arabes Unis).

Dans la même veine (quoi de plus naturel en matière aurifère), on pourra également évoquer les quelques déboires et imprévus dans lesquels le projet Karatbar s’enlise ces temps-ci, notamment en Allemagne (Karatbar aura fait d’ailleurs partie des derniers projets ayant bénéficié des « conseils » de l’inoxydable John McAfee avant que l’intéressé ne jure mordicus qu’il arrêtait de promouvoir tout et surtout n’importe quoi).

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.
Tout ce qui brille n’est pas d’or…

Pour l’anecdote, est parce qu’il est important en la matière d’aligner des chiffres étourdissants, sachez que Karatbar avance que son système alambiqué de tokens (certains stables, d’autre non) serait garanti sur…24 tonnes d’or !

Enfin pour être complet, il existe de nombreuses déclinaisons sur le même thème, certains projets mettent en avant un sous-jacent constitué de reserves précieuses (dont la réalité est le plus souvent bien difficile à matérialiser), d’autre jouent la carte d’un stablecoin adossé – tenez vous bien – à des droits d’exploitation de terres réputées pour contenir de l’or. A ce stade, ce n’est plus de l’arnaque, c’est de l’art.

Bref, l’énumération pourrait durer encore longtemps mais conservez simplement à l’esprit qu’aussi pertinent que puisse être l’association de la blockchain, d’un stablecoin et d’un sous-jacent constitué d’or physique, la prudence se doit d’être votre première vertu.

Ainsi, assez paradoxalement fuyez tout ce qui brille trop pour être honnête et particulièrement les projet qui tenteront de vous aveugler à grandes poignées de paillettes dans les yeux afin de vous empêcher d’aller vérifier vous-mêmes les détails.  En bref, faites des recherches et sachez determiner avec soin les sociétés dans lesquelles vous placerez votre confiance.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

Des projets en or  

S’il est légitime que la lecture des dernières lignes vous ait quelque peu refroidi, sachez que tout n’est pas si sombre et que l’industrie regorge de pépites qui savent exploiter le filon avec sérieux et respectabilité (et c’est le moment où j’arrête de multiplier les jeux de mots médiocres, ne me remerciez pas).

Prenez tout ce qui est décrit plus haut : le clinquant, les annonces chocs, les chiffres improbables…Le plus souvent les acteurs sérieux du secteur éviteront précisément comme la peste de jouer cette partition, préférant au contraire celle de la sobriété et de la rigueur.

Bien sûr, le nerf de la guerre demeurera bien évidemment la possession en propre d’un sous-jacent en quantité suffisante pour garantir la stabilité du token sous un formule généralement des plus classiques ( 1 token = une certaine quantité de métal précieux), mais les entreprises les plus solides mettront également en avant la pertinence de leur modèle technologique et d’affaires.

Si ces dernières années, des projets de stablecoins adossés à de l’or physique se sont multipliés, nombreux sont ceux qui échoué à convaincre, ou à faire fructifier leurs modèles d’affaires, sans même parler des escroqueries pures et simples. On pourra cependant retenir quelques entreprises qui perdurent et méritent qu’on les prennent en considération.

Lode.one, un stablecoin adossé à de l’argent physique

Un peu hors-catégorie au regard de notre thème du jour, mais la philosophie est la même !

Résultat de recherche d'images pour "lode one"

Associé au token AGX, le projet Lode tokenise de l’argent physique. Là, ce sont les utilisateurs du réseau qui en échange de dépôt d’argent physique reçoivent des tokens Lode. Le métal précieux est en service de garde par l’entreprise et l’ensemble des transactions est enregistré sur la blockchain. 1 gramme d’argent = 1 token AGX. Les tokens AGX alimentent à leur tour un réseau commercial classique, associé à des moyens de paiements traditionnels.

Digital GOLD

Digital Gold est un stablecoin adossé à de l’or physique. Les reserves de l’entreprise sont auditées par un tier indépendant (Bullionstar, pour l’anecdote, la start-up conserve 7.2 kilos d’or à l’heure actuelle et…5 grammes d’argent). Par ailleurs, les smart contract qui font fonctionner l’ensemble font également l’objet d’études indépendantes, par la société spécialisée ChainSecurity.

1 GOLD équivaut à 1 gramme d’or.

Tether Gold

Tether (USDT) est la star des stablecoin adossés à de la monnaie fiat (en l’occurrence le dollar), il est question ces derniers temps du lancement par Bitfinex d’un Tether Gold, soit un stablecoin adossé à de l’or physique. Annoncé il y a quelques mois comme devant sortir « à noel », le projet a de toute évidence pris du retard, mais mérite d’apparaître dans cette selection.

Paxos Gold

Paxos, un autre acteur important de l’écosystème des stablecoins avec son PAX adossé au dollar, a lancé le Pax Gold. Chaque token correspond à 1 once d’or (environ 31 grammes). A l’heure actuelle, un peu plus de 9000 PAXG sont en circulation, d’un valeur unitaire d’environ 1400 euros. Autrement dit, Paxos a tokenisé pour environ 13 millions de dollars d’or physique.

Digix Gold Token

Résultat de recherche d'images pour "Digix Gold Token"
Digix Gold Token

Fondé dès 2014 à Singapour, ce token et la société fonctionnent sous la forme d’un DAO (Organisation Autonome Décentralisée). Digix fait un peu figure de pionnier sur le sujet. Le système fonctionne comme souvent autour de 2 tokens : Le DGX (qui équivaut à 1 gramme d’or physique) et le DigixDAO. Au regard du marketcap du DGX, ce sont plus de 122 kilos d’or qui sont tokenisés sur la blockchain.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

La prime à l’ancienneté : VeraOne

En dépit d’une image tenace qui pourrait faussement laisser penser que l’exercice est d’une grande facilité, on ne s’improvise pas vendeur d’or. La réglementation est d’une complexité incomparable, le sujet est nécessairement sensible.

Et si aucun des projets précédents n’est apparu en France, c’est que comme pour beaucoup de choses, notre législation nationale est notoirement tatillonne et rigoureuse pour tout ce qui touche aux métaux précieux. Il faut donc en convenir : monter en France une société crypto avec pour ambition de lancer un stablecoin adossé sur de l’or physique pouvait sembler impossible.

Et c’est probablement pour ça que les français de VeraOne (groupe AuCOFFRE.com) l’ont fait, ce qui mérite bien un crypto-cocorico !

Résultat de recherche d'images pour "veraone crypto"

VeraOne propose ainsi son token backé sur des reserves d’or auditées (par le très sérieux LBMA : London Bullion Market Association). 1 VRO équivaut à 1 gramme d’or. Si le projet est toujours en phase de test et devrait connaître une année 2020 des plus intéressantes, 10 000 VRO ont déjà été vendus à des acheteurs VIP, via la blockchain Ethereum.

On retiendra pour l’heure 2 particularités fortes du projet VeraOne : d’une part, 90% de l’or physique détenu en réserve rentre dans la catégorie “low impact” et “very low impact” du point de vue de l’empreinte environnementale. Par ailleurs, dans le cadre d’un accord monétaire avec Gibraltar, il est possible pour VeraOne de “frapper monnaie” et de matérialiser en un coin physique son token. Une manière étonnante de boucler la boucle.

On l’a dit, on se s’improvise pas vendeur d’or. Et si le projet VeraOne est si solide, c’est probablement parce qu’il est porté par une société qui a pignon sur rue depuis plus de 10 ans et qui, dans cet intervalle est devenu le leader français de la vente d’or aux particuliers. En la matière, l’expérience fait une large différence.

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Ainsi s’achève sur ce projet à fort potentiel – dont nous auront l’occasion de reparler dans TheCoinTribune – le deuxième volet de cette série dédiée aux stablecoin adossés à de l’or physique. Restez attentif au sujet, il incarnera une large partie de l’avenir de l’industrie.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies
Et si la conquête spatiale passait par la Blockchain ?

Et si la Conquête Spatiale d’Elon Musk passait par la Blockchain ?

La blockchain pour construire une navette spatiale : on n’y croit pas vraiment ! Mais la blockchain aurait quand même un rôle à jouer en matière de régulation, dans l’exploration lunaire ou dans celle d’autres planètes. L’espace n’appartient à personne et appartient…

200 000 USDT à gagner – SnapEx organise son 2ème Championnat du Monde de Trading Bitcoin et Crypto

SnapEx, une plate-forme de trading de contrats Bitcoin et crypto en pleine expansion, destinée aux traders débutants et expérimentés, a annoncé le dernier round de sa série de concours de trading. Le championnat mondial de trading SnapEx (WTC) est de…

Airdrop Avalanche – Jusqu’à 20 AVAX offerts par CoinEx

Binance, Bitfinex, FTX... quelques heures seulement après le lancement de son Mainnet, le projet AVALANCHE (AVAX) est listé sur tout ce que l’écosystème crypto compte d'acteurs les plus sérieux. Ne manque peut-être plus que Coinbase pour que ce projet qui…

Bertrand Levy (ancien Universal Music) intègre The Sandbox “Un pas de plus vers Ready Player One”

The Sandbox a annoncé aujourd'hui la nomination de Bertrand Levy, ancien Vice Président des Partenariats Universal Music, comme Vice Président Monde des Partenariats. The Sandbox mettra le réseau et l'expertise établis par Mr Levy pour acquérir de la valeur au…

Anonymat, Staking, DeFi… La cryptomonnaie LOKI est-elle au bord de l’Explosion ?

Célèbre Dieu de la Malice de la mythologie nordique, Loki ne pouvait trouver meilleure incarnation dans la cryptosphère qu'au travers du projet crypto présenté aujourd'hui dans une édition spéciale de la Tribune du Minage. LOKI, fort de son token éponyme,…