Tout savoir sur les plateformes d’échange décentralisées (DEX)

Plateforme DEX

Les plateformes d’échange de cryptomonnaies décentralisées sont bien moins nombreuses que les plateformes centralisées comme Coinbase, Kraken, Binance etc… Elles ne représentent que 20% de l’ensemble des plateformes présentes sur le marché et les volumes échangés représentent seulement 1% du total ! Même si ces chiffres sont modestes il est intéressant de comprendre le principe de ces plateformes qui respectent le principe de décentralisation qui est à la base de la technologie blockchain et de la création de Bitcoin en 2009. 

Qu’est ce qu’une plateforme d’échange décentralisée (DEX) ? 

C’est une plateforme qui permet des échanges de cryptomonnaies entre deux utilisateurs de manière directe, sans avoir besoin de recourir à un tier de confiance comme dans le cas des plateformes centralisées. Les échanges sont ainsi directement réalisés sur les blockchains. Les technologies blockchains sur lesquelles se basent les DEX sont généralement les blockchain Ethereum (EtherDelta et IDEX) ou encore Graphene (Bitshares, Cryptobridge). 

Quelles différences avec une plateforme centralisée ? 

Les plateformes centralisées sont gérées par des sociétés qui cherchent à retirer des profits. Les plateformes décentralisées ne sont pas gérées par un organe central comme leur nom l’indique. Ainsi les différences sont surtout les suivantes : l’interface est souvent moins facile à prendre en main; les volumes d’échange sont plus faibles; il n’existe pas de SAV ou de service d’aide particulier, les transactions sont plus lentes, en revanche les risques d’attaques cybercriminelles sont faibles.

La majeur partie des avantages des DEX provient de l’architecture décentralisée des plateformes.

De ce fait, la sécurité est plus importante que sur les échanges centralisés.

En effet, la décentralisation et l’utilisation de la technologie blockchain ne donnent pas aux hackeurs un unique point d’entrer à casser afin de réaliser une attaque. De plus l’échange ne détient pas les fonds échangés sur les DEX ce qui augmente d’autant plus la sécurité.

Une manipulation moindre des principales métriques.

De nombreux échanges ont été accusés de manipuler certains prix afin de retirer des marges ou frais de transaction plus importants. Une autre pratique courante réalisée par les plateformes d’échange est la manipulation des volumes d’échange. 

L’anonymat est aussi plus présent sur ces plateformes décentralisées.

En effet, sur la plupart d’entre elles il n’est pas nécessaire de procéder à une inscription, pas de nom, prénom ni adresse mail n’est nécessaire afin de réaliser une transaction. 

Indépendance vis à vis des régulateurs.

Si les régulateurs peuvent demander aux plateformes centralisées de fermer ou leur imposer des régulations afin de mettre en place une législation fiscale et réduire l’anonymat des utilisateurs; ce n’est pas le cas en ce qui concerne les DEX, ces plateformes ne disposent pas d’un organe qui pourrait faire office d’interlocuteur avec les régulateurs. 

Pas de barrières à l’entrée pour les nouveaux projets.

Il est possible de créer de nouvelles cryptomonnaies et de les lister directement sur les échanges décentralisés. Cela permet d’enlever les barrières à l’entrée pour les jeunes projets portés par des start-up notamment qui n’ont pas toujours la possibilité de passer à travers un processus de sélection parfois stricte et long sur les plateformes centralisées. 

Ainsi les DEX présentent une alternative intéressante aux plateformes classiques, cependant elles ne sont pas conseillées pour les débutants car plus complexes et nécessitent un degré de compréhension du marché souvent plus important. Les 5 plateformes décentralisées les plus utilisées sur le marché à l’heure actuelle sont : Binance DEX; IDEX; EscoDEX; Switcheo et Bisq. 

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin est des crypto-monnaies

ibm-blockchain

IBM brevète un browser web blockchain

Le géant américain de l'informatique IBM a récemment fait breveter son nouveau projet, un browser web de type Chrome ou Safari, seulement celui-ci serait basé sur la technologie blockchain. D'après le brevet, sa particularité serait d'enregistrer les données des recherches sur la blockchain.
Blockchain-Auto

Siemens teste actuellement une blockchain pour une solution d’auto-partage

La société allemande Siemens qui fabrique notamment des produits électroniques est actuellement en train de tester de nombreux cas d’usages pour utiliser la technologie blockchain, dont l’un d’eux est de l’auto-partage.
india-crypto

La Cour Suprême indienne pourrait juger illégale l’interdiction des cryptomonnaies

Le 14 août, la Cour Suprême indienne entendait les arguments de l'Internet and Mobile Association of India (IMAI) contre la Reserve Bank of India (RBI). L'IMAI aurait plaidé que la RBI a dépassé son domaine de juridiction en proposant une interdiction générale des cryptomonnaies en…
Copyrights-Blockchain

Comment fonctionnent les copyrights sur la blockchain ?

La technologie blockchain ne fait pas actuellement partie d’une réglementation propre en terme de copyright, observons comment cela pourrait évoluer.
barclays-coinbase

Barclays met fin à son partenariat avec Coinbase

La banque mondiale britannique Barclays aurait arrêté de travailler avec Coinbase cette semaine d'après des sources proches de l'échange. Coinbase aurait cependant lancé un nouveau partenariat avec la startup ClearBank mais le cachet de Barclays, fameuse institution bancaire britannique, va certainement manquer à la plus…