Une Baleine Japonaise du Nasdaq se paie google, Facebook et Bitcoin (BTC)

BTC/USD est de retour sur l’aimant des 10 000 $. Le recul de Wall Street fait tanguer Bitcoin (BTC), la reine de cryptomonnaie dont le sort semble malheureusement toujours solidaire avec le ponzi boursier… Alors que faut-il prévoir pour les semaines à venir ?


La baleine du NASDAQ

Les banques croulent sous les liquidités. Les prix ne reflètent plus un optimum raisonnable tel un niveau à bulle s’équilibrant naturellement avec le référentiel terrestre. Les banques spéculent et deversent un océan d’argent vers quelques multinationales (pouvant facilement influencer le résultat de l’élection américaine…).

Le Financial Times et le Wall Street Journal rapportent que Softbank est derrière une bonne partie de la récente hausse délirante des GAFAM. Soit dit en passant, le conglomérat japonais n’est pas une banque à proprement parler mais, au Japon, la frontière est extrêmement fine entre un conglomérat (Keiretsu) et « sa » banque. Cette dernière est, dans notre cas, la troisième banque du pays : Mizuho Financial Group.

Softbank contrôle des sociétés telles qu’Alibaba, Wework ou encore Boston Dynamics. Le géant tokyoïte est capable de fabriquer aussi bien des semi-conducteurs que des robots ou encore de l’intelligence artificielle.

GaFam

D’après le FT, SoftBank a alimenté la hausse de titres tels que Tesla, Apple, Microsoft et, surtout, Google et Facebook, à coup de dizaines de milliards. « Surtout » car nous sommes en période électorale… #Cambridge_analytica

Et faut-il le rappeler, toute cette spéculation est évidemment permise grâce aux banques centrales qui, en rachetant les dettes des États, innondent les banques de liquidités. Le Bilan de la Banque Centrale du Japon représente par exemple 132 % du PIB (contre 61 % pour la BCE et 36 % pour la FED). Cela fait beaucoup d’argent ne sachant plus trop où aller sinon dans le casino boursier. Là où il viendra enrichir une poignée de multimilliardaires prêts à faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre…..

the fed hold the bull run

Bloomberg vient de rapporter que les 500 personnes les plus riches du monde ont augmenté leur richesse d’environ 870 milliards depuis le début de l’année (donc avant la chute boursière liée au confinement)…

Casino électoral

La planche à billets exacerbe de plus en plus la volatilité des prix. Les investisseurs se disent le lundi que les banques centrales seront toujours là pour imprimer des milliers de milliards. Avant de se rappeler le mercredi que les arbres ne montent pas au ciel. Un cercle vicieux très propice à l’irrationalité des marchés

NASDAQ

En effet, qui peut aujourd’hui justifier l’écart considérable entre les revenus des GAFAM et leurs valorisations boursières ubuesques ? Rendez-vous compte que le PE (Price earning ratio) de TESLA, qui est la mesure la plus importante pour estimer une valeur boursière, est supérieur à 1000… Ce ratio (prix de Tesla / dividende annuel) signifie qu‘il faut investir 1000 $ pour gagner un dollar au bout d’un an

Si votre compte épargne rapportait autant, cela reviendrait à toucher un taux de rémunération de 0.1 %. Pas terrible… Dit autrement, les investisseurs ne font plus d’argent sur les dividendes mais sur un Ponzi alimenté par les Banques Centrales

Bref, tout cela pour dire qu’il y a peut-être une raison derrière la hausse phénoménale des acolythes technologiques que sont Google et Facebook ? Pourquoi un Japonais donnerait autant d’argent aux géants de l’internet à quelques mois de l’élection US ?

Pot-de-vin

La SoftBank aurait clôturé 70 % de ses positions, ce qui peut expliquer en bonne partie la récente correction de Wall Street qui semble vouloir emporter le Bitcoin dans son sillage… Mais cela ne veut pas dire que SoftBank a totalement cessé de courtiser les faiseurs d’empereur US… Ni que les marchés sont sur le point de s’écrouler.

Gardons en tête que les élections US vont avoir lieu dans moins de deux mois maintenant. Trump contrôle la FED et l’on voit mal pourquoi cette derniere risquerait sa “réputation” en renversant les marchés juste avant une élection présidentielle.

Sans compter que la fameuse « deuxième vague » ne s’est matérialisée nulle part dans le monde. Ce qui est assez logique puisque ce n’est jamais arrivé dans l’histoire que des personnes contaminées, mais asymptomatiques, soient à l’origine d’une véritable épidémie (avec des morts). Or la disparition du spectre d’un nouveau confinement est un puissant stabilisateur pour la bourse.

Morts UK covid

C’est donc vers l’élection américaine qu’il faut se tourner pour tenter de faire des prévisions quant à l’évolution prochaine de la bourse. D’après les sondages, Donald Trump est en train de refaire son retard. À surveiller de près.

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Our Best Days Still Lie Ahead

Depuis 1936, la bourse US (S&P 500) a progressé en moyenne de 10.2 % durant les années électorales contre seulement 5.8 % pour les autres années. Toujours en moyenne, la bourse a tendance à reculer un peu au cours des deux mois précédants les élections, avant de fortement remonter.

Mais il ne s’agit que d’une moyenne et mieux vaut ne pas s’y fier aveuglément. Il faut réfléchir aux conséquences de l’élection de l’un ou de l’autre.

Si Joe Biden gagne les présidentielles américaines, il faut souligner que la très influente Alexandria ocasio-cortez (membre du parti démocrate) est bien déterminée à taxer les revenus supérieurs à 10 millions $ au taux de 70 %. Dit autrement, il n’est pas tout à fait certain que cela soit très haussier pour la bourse…

Ce n’est pas la position officielle de l’establishment démocrate mais il est tout de même prévu de remonter le taux d’imposition des sociétés de 21 % (contre 35 % avant l’arrivée de Trump) à 28 %. Cela veut dire moins de dividendes, ce qui n’est pas franchement haussier pour la bourse.

Cela dit, Big Pharma devrait tirer son épingle du jeu puisque les démocrates veulent réintroduire ObamaCare. Un gros gâteau pour les entreprises pharmaceutiques qui ont tout intérêt à faire élire l’ancien vice-président de Obama plutôt que Trump….

Keep America Great

Trump a dit vouloir être jugé sur la performance de la bourse… On voit donc mal pourquoi la bourse ne saluerait pas la réélection de celui qui a fait les poches de la FED (qui était d’abord plutôt partie pour relever les taux en milieu de mandat…) pour faire flamber les actions de bourse.

Arrivons-en maintenant au plat de résistance en signalant que le patron de SoftBank, Mr Masayoshi Son, le « Bill Gates du Japon », est un bon ami de Trump

Trump reconnaissant avec Masayoshi Son
Masayoshi Son et Trump

Le timing de la hausse des cours de bourse des entreprises technologiques, notamment FACEBOOK, n’est pas anodin. Est-ce un pot-de-vin permettant d’acheter la complaisance de Zuckerberg ? Lui, qui a déjà aide Trump à se faire élire une fois… #Cambridge_Analytica

Et puis n’oublions pas que Trump mène une guerre commerciale féroce contre la Chine. Le pays du soleil levant a tout intérêt à ce que les États-Unis maintiennent une pression maximale sur son ennemi intime.

Guerre civile

Il y a un troisième scénario… Celui qu’Hillary Clinton conseille à Biden. C’est-à-dire ne pas reconnaître les résultats de l’élection… Il sera d’autant plus facile de contester les résultats que l’épidémie de coronavirus a incité de nombreux États à proposer de voter par courrier. Voici ce que le General Attorney (ministre de la justice US) à dire sur ce sujet brulant (pour les anglophiles) :

Barr réagit au fait que Trump ait suggéré aux américains de voter deux fois

Et le Bitcoin dans tout ça ?

Bizarrement, le Bitcoin a tendance à progresser en même temps que la bourse alors qu’il est par définition l’anti-Ponzi ! Ce qui suggère que les « baleines bitcoin » ne sont pas celles que l’on croit. Il ne s’agit pas de cypherpunks ayant miné depuis le début et s’étant recyclés en goldenboys. Non, nous sommes en présence de professionnels des marchés qui se divertissent dans le Bitcoin dès que l’appréciation de leurs portefeuilles boursiers leur offrent un peu de marge de manœuvre. Aucun trader ne peut résister au marché le plus volatil du monde : le BTC. Ce dernier a perdu 50 % de sa valeur en mars quand le Nasdaq n’en perdait que 30 %.

Mais si le Bitcoin évolue en tandem avec la bourse, c’est sa corrélation avec l’or qui est fondamentalement la plus solide. Et l’or a une très forte tendance à s’apprécier lorsque les bourses chutent et/ou lorsque les banques font marcher la planche à billets.

Les marchés boursiers sont un gigantesque ponzi qui volera en éclat lorsque les tensions sur le pétrole se feront jour. Ce qui arrivera tôt ou tard pour des raisons de contraintes physiques. Et avant même que cela n’arrive, les milliards coincés dans les valorisations boursières virtuelles voudront aller ailleurs s’échapper. Ils se transformeront en hyperinflation… Il faudra alors posséder de l’or et du Bitcoin..

Le support des 10 000 $ dépend de Wall Street en attendant que leurs destins deviennent inversement corrélés… Il va falloir surveiller de près la réunion de politique monétaire de la FED dans 8 jours. Un ton « hawkish » (enclin à resserrer les vis en fermant les vannes) ferait assurément tomber les marchés. Et le Bitcoin…

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Mais pour nous rassurer, voici LE graphique qui fait plaisir… Hold 10 000 $!

Nombre d'adresse de Bitcoin avec plus de 0.1 BTC
Nombre d’adresses possédant au moins 0.1 BTC
Bitcoin (BTC) le 14 octobre 2020

Bitcoin du 26 octobre 2020

Bitcoin (BTC) est confronté à une ligne de résistance majeure avant une éventuelle impulsion vers les 14 000 USD. Le dernier vendredi du mois approche avec la menace de l’expiration mensuelle des options BTC. Des bonbons ou des farces : si le BTC…

Le CME devient le deuxième plus gros marché de Futures de Bitcoin (BTC) grâce à l’intérêt grandissant des institutionnels

Bitcoin (BTC), la cryptomonnaie des investisseurs institutionnels – c’est toujours mieux que l’actif sans valeur intrinsèque ou encore la grande pyramide de Ponzi. Ces 8 sociétés ont fait le pari du Bitcoin, PayPal se transforme en crypto-wallet, le BTC entre…
Fidelity est à fond sur le Bitcoin

Un trader partage 7 raisons d’être haussier sur un Bitcoin (BTC) au-dessus des 12000$

Bitcoin (BTC) est monté au-dessus des 13 000 USD grâce à PayPal : un facteur conjoncturel ne peut être à l’origine d’un bull run ? Cole Garner présente les 7 raisons qui selon lui, sont favorables aux taureaux. Les lecteurs assidus de The…
La valeur des transactions sur Bitcoin est en forte hausse

Microsoft et Apple vont acheter du Bitcoin (BTC) d’ici 5 ans

Les analystes sont unanimes sur le fait que le monde traverse actuellement une crise à la sortie de laquelle les monnaies fiduciaires sortiront affaiblies. Dans le même temps, les cryptomonnaies, le Bitcoin (BTC) en tête, sont à la base d’une…

Bitcoin (BTC) le 25 octobre 2020 – La règle de Trois

Bitcoin (BTC) se négocie à 13 022 USD, aujourd’hui, 25 octobre 2020, au moment où on rédige cet article. Après le rallye haussier de ces derniers jours, les niveaux clefs de support et de résistance commencent à émerger clairement. Le cours…