Voici comment la blockchain empêche Facebook d’abuser de vos données personnelles

facebook-blockchain-data

Depuis 2014, Facebook récolte et utilise les données personnelles de ses utilisateurs à des fins commerciales. Rendez-vous compte: sur le premier trimestre de 2019, Facebook a généré 15 milliards de dollars rien que grâce à la publicité! La blockchain pourrait bien être la solution pour empêcher le géant américain d’utiliser vos données de la sorte.

On le sait pertinemment depuis un moment, mais la lutte pour la préservation de ses données personnelles est et sera l’un des grand combats du 21e siècle. Facebook l’a compris avant tout le monde et est désormais particulièrement intrusif dans notre vie privée, tant il est géant et tentaculaire. Toutefois, des progrès sont faits pour limiter cette emprise. On peut citer à titre d’exemple le règlement général sur la protection des données, récemment adopté par l’Union européenne.

La réalité, c’est que tant que la récolte de données restera rentable (et elle le sera !), les entreprises continueront à faire tout leur possible pour piocher et manipuler les données des utilisateurs. Les records battus par Facebook s’établissent grâce à la quantité gargantuesque de donner que la boîte parvient à obtenir. Lorsqu’on récolte autant de contenu, il est difficile de ne pas céder à la tentation d’en faire quelque chose de rentable. C’est d’ailleurs cette tentation qui a fait plonger Facebook dans l’abus, comme cela a été révélé par le scandale de Cambridge Analytica. Il est à noter que Facebook est loin d’être le seul à abuser des données de ses utilisateurs, ce type de pratiques est évidemment présent à toutes les échelles.

Et si la blockchain changeait la donne?

Face à cette menace pour vos données, la blockchain pourrait bel et bien vous permettre de protéger votre bien le plus précieux du net. En effet, l’avantage numéro un de la blockchain, c’est que les données sont totalement décentralisées, ce qui rend une utilisation abusive de celles-ci particulièrement compliquée. C’est assez simple: Facebook ne peut abuser des données des utilisateurs que parce qu’il les contrôle et parce que celles-ci sont centralisées avec eux. En stockant tout cela dans un nombre potentiellement infini d’emplacements, la blockchain empêche le contrôle fait par une entité.

De plus, ces données sont immuables et réparties entre tous les utilisateurs de la blockchain. Ceux-ci peuvent décider de conserver leurs données cryptées ou les révéler sélectivement. Blockchain assure donc une transparence totale à ses utilisateurs, ce qui permet de résoudre le soucis d’utilisation abusive des données, comme Facebook peut le faire. Cette transparence fait d’ailleurs partie de l’essence-même de la blockchain. C’est sans doute là que se trouve la plus grande différence entre les deux géants: Facebook ne donne pas à l’utilisateur son mot à dire sur la façon dont sont utilisées ses données.

À titre d’exemple, un récent rapport de recherche publié par des chercheurs de l’Université Northeastern et de l’Université de Princeton, a révélé que Facebook s’est rendu coupable de partages de données que les utilisateurs n’ont même pas soumises, sans avoir le moindre contrôle sur le contact avec les annonceurs. Pire encore, les utilisateurs ne peuvent pas effacer ces données des dossiers de Facebook. Ce genre de violations de notre vie privée est la raison-même pour laquelle la blockchain a été conçue.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin est des crypto-monnaies

ibm-blockchain

IBM brevète un browser web blockchain

Le géant américain de l'informatique IBM a récemment fait breveter son nouveau projet, un browser web de type Chrome ou Safari, seulement celui-ci serait basé sur la technologie blockchain. D'après le brevet, sa particularité serait d'enregistrer les données des recherches sur la blockchain.
Blockchain-Auto

Siemens teste actuellement une blockchain pour une solution d’auto-partage

La société allemande Siemens qui fabrique notamment des produits électroniques est actuellement en train de tester de nombreux cas d’usages pour utiliser la technologie blockchain, dont l’un d’eux est de l’auto-partage.
india-crypto

La Cour Suprême indienne pourrait juger illégale l’interdiction des cryptomonnaies

Le 14 août, la Cour Suprême indienne entendait les arguments de l'Internet and Mobile Association of India (IMAI) contre la Reserve Bank of India (RBI). L'IMAI aurait plaidé que la RBI a dépassé son domaine de juridiction en proposant une interdiction générale des cryptomonnaies en…
Copyrights-Blockchain

Comment fonctionnent les copyrights sur la blockchain ?

La technologie blockchain ne fait pas actuellement partie d’une réglementation propre en terme de copyright, observons comment cela pourrait évoluer.
barclays-coinbase

Barclays met fin à son partenariat avec Coinbase

La banque mondiale britannique Barclays aurait arrêté de travailler avec Coinbase cette semaine d'après des sources proches de l'échange. Coinbase aurait cependant lancé un nouveau partenariat avec la startup ClearBank mais le cachet de Barclays, fameuse institution bancaire britannique, va certainement manquer à la plus…