Ripple (XRP), la « cryptomonnaie des banques » qu’on adore détester

En anglais, le mot Ripple signifie onde légère, qui perturbe à peine la surface d’une eau tranquille. Les concepteurs du XRP n’auraient pas pu choisir meilleur nom pour leur invention dont tout le monde parle au point de créer des confusions. En effet, il n’est pas toujours aisé de cerner clairement ce à quoi renvoie concrètement le mot Ripple. Tantôt l’on a l’impression que le terme désigne une cryptomonnaie, alors même que le reste du temps nombre de ceux qui parlent de Ripple se référent plutôt à un système de paiement. Qu’en est-il réellement ? Nous avons préparé un dossier qui fait la lumière complète sur le Ripple, ce qu’il est, ce qu’il n’est pas, ce qui fait sa spécificité… Envie de tout savoir sur le Ripple ? Suivez le guide.  

Qu’est-ce que le Ripple ?

Le mot Ripple renvoie à la fois à une entreprise, un protocole d’échanges de valeurs et à une cryptomonnaie. Commençons par l’entreprise.

Ripple, la start-up

La société Ripple est créée en 2012. Son siège se trouve à San Francisco en Californie. A sa fondation, l’entreprise s’appelait OpenCoin avant d’être rebaptisée Ripple Labs. A partir de 2015, elle prendra simplement le nom de Ripple. Cette société a mis en place le protocole Ripple (RTXP) ainsi que la cryptomonnaie Ripple (XRP). 

Le Ripple Transaction Protocol (RTXP)

La start-up a mis en place un système dit RTBR (Règlement Brut en Temps Réel), autrement dit, un système où les instructions de transferts des valeurs (titres et fonds) sont effectuées individuellement. Ce système peut être utilisé tant pour les monnaies fiduciaires (ou fiat)que pour les cryptomonnaies. Pour réussir ce challenge de rationalisation des transactions interbancaires, la firme a mis en place trois plateformes : xCurrent, xRapid et xVia.

Le Ripple est dores et déjà utilisé par beaucoup d’institutions financières dans le monde. Parmi les plus en vue, on peut citer : UniCredit, UBS, National Bank of Abu Dhabi (NBAD), Santander, American Express.

En France, Crédit Agricole est la première institution financière à envisager l’adoption du protocole Ripple.  Pour sa phase test qui devra durer 6 mois, la banque compte effectuer le transfert des salaires de ses clients vivant en France, mais travaillant en Suisse et percevant par conséquent leur salaire dans la monnaie suisse (francs suisses).

La firme a également développé un service facilitant le transfert d’argent international, le service On-Demand Liquidity (ODL). MoneyGram et plusieurs entreprises effectuant les transferts d’argent se sont déjà intéressés à ce service et envisagent de l’adopter.

Le Ripple en tant que cryptomonnaie

La cryptomonnaie XRP a été créée de manière à assurer une opérationnalité du système de paiement en temps réel. L’ambition qui se cache derrière la création des tokens Ripple est de fluidifier la circulation de l’argent à l’échelle internationale, sans devoir passer par les institutions financières traditionnelles qui prélèvent des commissions. C’est pourquoi la société Ripple ne prélève pas de frais de garde. Elle se contente de retenir une portion infinitésimale de Ripple (environ 1/1000ème de token) à l’occasion de chaque transaction. Cette portion est détruite après la transaction.

Le 13 juin 2016, le département d’État des services financiers de New York a délivré à Ripple une licence de monnaie virtuelle. Le Ripple devient ainsi la quatrième entreprise titulaire de la convoitée « BitLicense ».

La cryptomonnaie Ripple a pour symbole XRP ; elle peut être divisée jusqu’à 6 décimales. Sa plus petite unité est nommée « goutte », de sorte que 1 XRP= 1 million de gouttes.

Le fonctionnement de la cryptomonnaie Ripple est intimement lié à l’objectif initial de la société Ripple, à savoir, fluidifier les transferts d’argent internationaux. Comment le système Ripple facilite-t-il les transferts internationaux ? Prenons un exemple pour faciliter l’illustration.

Supposons que Bob se trouvant en France veuille envoyer de l’argent à Alice vivant au Canada. L’argent de Bob est d’abord transféré à un intermédiaire en France et celui-ci le convertit en son équivalent XRP. Ce montant de Ripple sera transmis à un autre intermédiaire au Canada. A son tour, celui-ci convertit la somme XRP en montant fiduciaire. Ce montant est alors récupéré par Alice, destinataire final qui n’a plus à payer que le coût local des transferts, puisque le transfert international est fait sous forme de Ripple, échappant ainsi aux frais internationaux inhérents.

Les spécificités du Ripple

En tant que cryptomonnaie, il est tentant de mesurer les spécificité du XRP en le comparant avec Bitcoin, la première cryptomonnaie (à tout point de vue, de son ancienneté, à son volume dans le marché). Et il faut dire tout de suite que le Ripple sort de plus en plus de l’ombre du bitcoin, depuis notamment 2017 où l’augmentation ahurissante de 36 000 % de son cours lui a valu d’être considéré comme la cryptomonnaie la plus performante de l’année (le Bitcoin se contentant d’un « petit » 1318%…

Le Ripple, un objectif de base différent de celui des autres cryptomonnaies

Le Ripple subit les conséquence d’une certaine incompréhension de son fonctionnement, voire à l’occasion d’une franche hostilité ! En effet, considéré par beaucoup comme ne constituant pas une « vraie » cryptomonnaie, en dépit de sa solide 3ème place dans le marché crypto, il est bien souvent qualifié – avec une moue dédaigneuse – de « monnaie de banques ».

Or, pour une grande partie de la communauté crypto, les banques constitue la forme la plus tangible d’un «système » à abattre. A ce titre, Ripple passe pour l’incarnation d’une forme de traîtrise à la « cause ». Par ailleurs, sa centralisation et le contrôle d’énorme quantité de l’actif par l’entreprise-mère, contreviennent également à la définition de ce que devrait être une « cryptomonnaie idéale ».

Ainsi, si l’on veut comparer le Ripple et le Bitcoin, il convient déjà d’opérer une distinction entre leurs ambitions de base. Le bitcoin a pour projet de créer une alternative au système de paiement traditionnel. Bitcoin veut permettre les échanges de valeurs selon un système pair-à-pair, sans intermédiation, se posant en solution de rupture comparé au systèmes classiques.

Résultat de recherche d'images pour "xrapid"
Derrière “Ripple”, de multiples avatars

En revanche, le Ripple n’a jamais dissimulé vouloir composer avec les acteurs traditionnels du système mondial de transaction financière. En conséquence, si le Ripple est lui aussi axé sur la blockchain et donc un système qui demeure malgré tout relativement décentralisé, il est de nature a être adopté massivement par les acteurs institutionnels bancaires…contrairement au bitcoin.

Par ailleurs, il faut dire que le Ripple n’est pas un projet destiné à remplacer les monnaies fiduciaires dans les achats des biens en ligne, alors que c’est l’un des buts du bitcoin.

Le Ripple, un avantage concurrentiel au niveau du coût

L’atout maître du Ripple par rapport aux autres cryptomonnaies, c’est qu’il permet les transferts internationaux à des coûts locaux. Comme nous l’avions expliqué plus haut, lorsque le montant transféré est converti en Ripple au moment du transfert, la société Ripple ne perçoit aucun frais de garde, juste une petite portion de Ripple, qui est prélevée, puis détruite. Il ne reste dès lors à payer que les frais de transferts locaux.

A ce titre, large avantage à Ripple dont le coût de transaction est ultra-réduit alors même qu’il est potentiellement conséquent pour le Bitcoin, au gré de la disponibilité ou au contraire de la congestion du réseau (on a vu les frais atteindre 40 dollars par transaction lors du rush de fin 2017.

En comparaison avec le système de transfert bancaire ordinaire, le système du Ripple offre aussi un avantage lié à la quasi-immédiateté du transfert. En effet, un transfert international prend ordinairement quelques jours. Avec le Ripple, le transfert se fait de façon instantanée.

Le Ripple et le bitcoin du minage à l’émission maximale, le jour et la nuit

Le bitcoin peut être obtenu par minage, avec pour processus la preuve de travail. Rien à voir pour le XRP, qui n’est pas produit par ce type de processus. Tous les tokens sont déjà créés par la société Ripple qui détient elle-même environ 60% desdits tokens.

Alors que l’émission maximale du bitcoin est de 21 millions de bitcoins, l’émission maximale du XRP est de 100 milliards de Ripple, tous déjà pré-minés.

De même, il faut rappeler que ce sont des serveurs indépendants, appartenant à des tiers, qui s’occupent de la sécurité des transactions. Chaque transaction est soumise à une validation par consensus.

Les visages emblêmatiques du Ripple

Plusieurs figures sont aujourd’hui à retenir quand on parle du Ripple. D’abord il faut retenir le nom de Ryan Fugger qui a conçu en 2004 le Rippleplay, précurseur du protocole Ripple. Il était alors un développeur Web à Vancouver et s’était inspiré de son travail sur le système d’échange local à Vancouver. L’idée lui vint alors qu’il pourrait créer un système similaire au système d’échange local, qui permettrait aux communautés de disposer d’une monnaie propre, fonctionnant selon un système décentralisé. 

Cette idée sera enrichie avec les réflexions de Jed McCaleb. Puis ce sera le tour de David Schwartz et Arthur Britto qui, en mai 2011, vont entamer le développement d’un système de cryptomonnaie où les transactions sont vérifiées de façon consensuelle par les membres du réseau.  

Une autre figure importante du Ripple entre alors en jeu : il s’agit de Chris Larsen. Il avait une expérience pratique des services financiers pour avoir déjà créé E-Loan et Prosper, deux sociétés de services de prêt. Il se joindra aux développeurs. C’est ainsi qu’en septembre 2012, la société OpenCoin voit le jour. Aujourd’hui, Chris Larsen demeure l’une des figures majeures du Ripple, accompagné de Brad Garlinghouse, l’actuel directeur général de Ripple. A noter que 350 employés œuvrent à plein temps pour Ripple, dans 6 bureaux distincts.

Vous serez au passage heureux d’apprendre que 91% des employés de Ripple se disent « heureux de travailler dans l’entreprise »

Le potentiel de disruption du Ripple

Le Ripple aura apporté une véritable révolution dans le système de transfert international. En tant que monnaie de compensation, le Ripple pourrait à terme remplacer les process traditionnels qui, en comparaison, sont assez coûteux et très lents. En cela, le Ripple a profondément marqué la finance mondiale. Deux ans après sa création, le Massachusetts Institute of Technology (MIT) a classé Ripple Labs parmi les 50 sociétés les plus « smart » de 2014.

Où acheter du Ripple ?

L’achat est le seul mode d’acquisition du XRP, étant donné qu’il n’est pas possible de miner cette cryptomonnaie. Pour acheter du Ripple, on se rapprochera utilement des plateformes d’échanges de cryptomonnaies classiques, comme Binance, BitBay, Bitpanda

On retiendra que le XRP est une cryptomonnaie développée par une société nommée Ripple ayant également mis en place un système optimisé de paiement pour les transactions financières internationales.

Quoi qu’il en soir, qu’on la déteste ou qu’on l’adule, la cryptomonnaie XRP associée à son protocole Ripple, est devenue le vecteur d’une véritable révolution dans les flux financiers au plan mondial. Il ne faudra pas cependant perdre de vue que comme toutes les cryptomonnaies, le Ripple est soumis à une importante volatilité liée au jeu de l’offre et de la demande. C’est pourquoi, même si sa valeur a crû de 36 081% en et que sa capitalisation avoisine les 10 milliards de dollars, il importe de n’investir dans cette cryptomonnaie que ce que l’on peut se permettre de perdre.

Acheter du Bitcoin et des cryptomonnaies en toute sécurité : Sécuriser votre adresse mail

Ca fait malheureusement partie de la jeunesse de l'industrie. Le domaine crypto se trouve à la croisée des chemins entre le continent financier - est sa cohorte de risques induits, d'avidité et de dangerosité - et celui de nouvelles technologies à la fois complexes et…

L’anti-Bitcoin : Tether, la cryptomonnaie stable de référence

La plupart des cryptomonnaies que nous connaissons se caractérisent par un taux fluctuant, ce qui crée leur volatilité et la détermination de leur valeur par le jeu de l’offre et de la demande. La cryptomonnaie Tether fait exception à cette règle largement partagée. Cette cryptomonnaie…

L’émergence du web 3.0 : L’Identité Décentralisée

Bonjour à tous et bienvenue dans ce premier épisode de ce format dédié à la découverte du Web 3.0 et de ses acteurs. Aujourd'hui nous commencerons notre étude par un sujet qui fait étonnamment peu de bruit en dépit de toutes ses promesses : l'identité…
Une baleine Bitcoin s'envolant paresseusement To The Moon

Crypto-Lexique : « Baleines du Bitcoin », soutien du marché ou cauchemar de l’investisseur ?

Accusées de se trouver derrière le moindre mouvement suspect, à la hausse, comme à la baisse, les « baleines du Bitcoin » sont autant jalousées que redoutées ! Ainsi, en bonne place dans le vocabulaire et de manière récurrente dans les échanges avec les autres…
La Chine, future leader blockchain et crypto ?

Hausse du Bitcoin, retour de Binance… La Chine, futur Crypto-Eldorado. Oui, mais à quel prix ?

Binance, la plus grande plateforme de trading de cryptomonnaies mondiale, s'apprête à ouvrir un second bureau en Chine.  Plus fondamentalement, des sociétés trans-frontalières et des exchanges chinois viendraient d'obtenir des licences d'exploitation crypto accordées par Pékin.  Si la nouvelle se confirmait, il s'agirait d'un changement radical…